Comme chaque année, depuis l'instauration des fameuses licences pour les D1 et D2, on s'interroge pour savoir qui obtiendra le droit d'évoluer à ce niveau. On est presque à la mi-mai et on ne sait toujours pas si certains clubs, notamment ceux participant au tour final pour accéder à la D2, vont obtenir leur billet pour évoluer à l'échelon désigné par leurs résultats sportifs. En outre, comme chaque saison également, on parle beaucoup d'éventuelles faillites et de bruit de fusion(s) qui, évidemment, chambouleraient bon nombre de verdicts enregistrés sur le terrain. Entre montant supplémentaire et descendant en moins, on peut comprendre que certains...

Comme chaque année, depuis l'instauration des fameuses licences pour les D1 et D2, on s'interroge pour savoir qui obtiendra le droit d'évoluer à ce niveau. On est presque à la mi-mai et on ne sait toujours pas si certains clubs, notamment ceux participant au tour final pour accéder à la D2, vont obtenir leur billet pour évoluer à l'échelon désigné par leurs résultats sportifs. En outre, comme chaque saison également, on parle beaucoup d'éventuelles faillites et de bruit de fusion(s) qui, évidemment, chambouleraient bon nombre de verdicts enregistrés sur le terrain. Entre montant supplémentaire et descendant en moins, on peut comprendre que certains y perdent parfois leur latin. Tout ceci nous éloigne de la vérité du terrain où beaucoup de décisions sont tombées au niveau national. Noblesse oblige, commençons par l'élite où beaucoup de choses peuvent encore se produire. Hormis le titre destiné à Bruges depuis longtemps, Anderlecht, sauf accident, décrochera le deuxième sésame pour la lucrative Ligue des Champions. Pour l'Europe, la lutte acharnée à trois matches de la fin entre le Standard, Genk et Charleroi peut se décider lors de l'ultime journée. Et il en va de même pour le maintien, où quoi qu'on en dise, six équipes sont encore concernées pour sauver leur peau. Dans l'antichambre de l'élite, si Zulte-Waregem a survolé les débats, la dernière journée disputée dimanche dernier est décisive aussi bien pour le tour final que pour le maintien. A ce propos, le cas de Visé mérite un grand coup de chapeau ; virtuellement condamné au mois de décembre, le club de Guy Thiry, au prix d'une spectaculaire remontée, peut même décrocher le droit de disputer les playoffs pour monter en D1... en devant d'abord assurer sa place en D2. En D3, si Malines est champion en série A en détrônant Cappellen le dernier jour, Lommel était hors catégorie dans l'autre poule et termine d'ailleurs le championnat invaincu. Ces deux clubs retrouvent un rang plus conforme à leur passé. Le tour final pour l'accession à la D2 est le seul à avoir commencé et j'espère que les matches retour de cette triple confrontation 3A-3B auront tenu leurs promesses, et que mon club de Sprimont-Comblain aura confirmé l'avance acquise au match aller contre Cappellen (5-1). Pour la descente, en 3B, la série qui intéresse les francophones, Seraing et Veldwezelt sont rétrogradés, et Namur qui annonçait au mercato son intention, à grands coups de transferts, de disputer le gain de la troisième tranche, se retrouve barragiste sans avoir remporté le moindre match en 2005. Tournai retrouve son rang dans une série à majorité flamande, Willebroek et Leopoldsburg (après un test-match contre Millen) montent également en D3, mais le titre qui me fait le plus plaisir est celui de Verviers en série D car ce club restera à jamais un très grand souvenir de ma carrière d'entraîneur. Pour le reste, Montegnée, Couillet et Couvin jouent le tour final, Meux et Bas-Oha doivent se départager pour éviter le barrage tandis que Bercheux, Melen et Tamines sont rétrogradés. J'en terminerai avec les équipes championnes provinciales qui accèdent à la Promotion : félicitations à Heppignies-Lambusart, Spy, Hamoir et Bertrix.nETIENNE DELANGREOn peut comprendre que CERTAINS Y PERDENT parfois leur latin