Si des flancs offensifs deviennent des arrières latéraux, des attaquants de pointe deviennent parfois des arrières centraux. Vidovic était un buteur prolifique à Cappellen, mais Leekens en a fait un défenseur central intransigeant. " Lorsque l'Excelsior évoluait encore en D2, j'ai le plus souvent utilisé Gordan comme attaquant, aux côtés de Piet Verschelde. Il marquait d'ailleurs beaucoup ", se souvient Leekens.
...

Si des flancs offensifs deviennent des arrières latéraux, des attaquants de pointe deviennent parfois des arrières centraux. Vidovic était un buteur prolifique à Cappellen, mais Leekens en a fait un défenseur central intransigeant. " Lorsque l'Excelsior évoluait encore en D2, j'ai le plus souvent utilisé Gordan comme attaquant, aux côtés de Piet Verschelde. Il marquait d'ailleurs beaucoup ", se souvient Leekens. " Mais, en D1, il n'était pas assez rapide pour jouer devant. Gordan lisait remarquablement le jeu, avait une bonne frappe et une bonne passe, et se montrait très dangereux sur les phases arrêtées. C'est la raison pour laquelle j'ai estimé qu'il serait d'une plus grande utilité à l'arrière. " " J'étais dans une situation semblable à celle de Vidovic ", renchérit Janssens. " Mon manque d'agilité et de rapidité aurait pu me handicaper si j'avais voulu évoluer comme attaquant au plus haut niveau. En défense centrale, on a plus de temps pour prendre la bonne décision et pour l'exécuter. " De Roover estime que les anciens attaquants reconvertis en arrières centraux disposent d'un atout supplémentaire. " L'anticipation ! Lorsque j'ai commencé à jouer comme défenseur, je réfléchissais encore comme un attaquant et je pouvais donc anticiper sur l'action de mon adversaire. " Se reconvertir en arrière latéral, pour un flanc offensif, cela semble presque couler de source. Est-ce aussi évident pour un attaquant de pointe de se reconvertir en arrière central ? " Non ", reconnaît Leekens. " Cela dépend du joueur lui-même. S'il veut apprendre les gestes défensifs, peu importe qu'il soit aligné dans le couloir ou dans l'axe. Le plus compliqué, c'est d'apprendre au joueur à analyser rapidement les situations de match. " Janssens ajoute qu'un autre aspect doit pouvoir être maîtrisé : " Il faut pouvoir contrôler ses pulsions offensives. Jadis, à Lokeren, nous jouions avec deux hommes en marquage et un libero, mais j'étais habitué à m'aventurer dans les 16 mètres adverses et j'ai dû freiner mon tempérament. Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain. " De Roover : " Il faut limiter la part de risque dans son jeu. A plus forte raison lorsqu'on joue sans libero, ce qui est de plus en plus fréquent aujourd'hui. Dans ces conditions, la moindre erreur défensive peut se révéler fatale. " " Apprendre les gestes défensifs n'est, en soi, pas très compliqué ", estime Leekens. " C'est en tout cas plus facile qu'apprendre les gestes offensifs, et c'est la raison pour laquelle on voit rarement un défenseur central se reconvertir en centre-avant. " Janssens partage l'avis de Leekens : " Lorsqu'on a été formé comme défenseur central pendant toute sa jeunesse et qu'on se retrouve subitement comme attaquant, on est souvent perdu. Plus on évolue haut sur le terrain, plus la vitesse d'exécution doit être élevée. Et cela s'apprend difficilement. Reconvertir un pur défenseur central en attaquant est presque une mission impossible, selon moi. " De Roover acquiesce : " Un attaquant a plus de mal à choisir la bonne position qu'un défenseur. En outre, c'est très compliqué d'apprendre cela à l'entraînement, car un attaquant joue le plus souvent à l'instinct. "