La semaine passée, vous avez pu lire en exclusivité comment Emma Meesseman (28 ans) voulait dénoncer les problèmes sociétaux à sa modeste manière. Pas parce que ce serait positif pour son image, mais parce qu'elle le voulait vraiment, parce que ces thématiques la préoccupent. Elle est déjà ambassadrice de Phonak, pour aider ...

La semaine passée, vous avez pu lire en exclusivité comment Emma Meesseman (28 ans) voulait dénoncer les problèmes sociétaux à sa modeste manière. Pas parce que ce serait positif pour son image, mais parce qu'elle le voulait vraiment, parce que ces thématiques la préoccupent. Elle est déjà ambassadrice de Phonak, pour aider les malentendants à briser les tabous. Cette facette hors des parquets, combinée à ses brillantes prestations sportives, à Tokyo comme auparavant, fait d'elle une figure attrayante pour d'autres sponsors. L'engagement social est en effet très important dans le marketing sportif contemporain. Nike, le géant de l'équipement, veut donc utiliser l'image de la Belge pour sa campagne mondiale "Play New". Nike demande dans cette campagne à des sportifs célèbres de s'adonner à une autre discipline, pour mettre l'accent sur le plaisir de bouger et de faire de la compétition. Cette année, par exemple, la jeune basketteuse Sabrina Ionescu et l'athlète britannique Dina Asher-Smith sont déjà apparues dans un spot. Ce sera bientôt le tour de Meesseman. La semaine précédant son départ pour les Jeux, une équipe de quarante personnes l'a suivie au hall sportif et dans la maison familiale à Ypres pour tourner les premiers extraits. Durant l'automne 2019, après le titre WNBA remporté avec Washington, notre compatriote était déjà devenue la deuxième joueuse européenne de basket, après l'Espagnole Alba Torrens, à signer un plantureux contrat avec Nike, comprenant à la fois un soutien financier et matériel. Parmi les meilleurs sportifs belges actuels, seule Nafi Thiam possède un contrat de cette nature.