Après sa victoire au Standard, le nouveau venu bruxellois en D1 n'a pas oublié de terminer ses courses à la fin du marché des transferts. Alors que pas mal de joueurs lui filèrent sous le nez en début de saison, le club d'Emilio Ferrera et de Johan Vemeersch a trouvé ce qui lui manquait afin d'aborder plus confortablement ses obligations de club de l'élite.
...

Après sa victoire au Standard, le nouveau venu bruxellois en D1 n'a pas oublié de terminer ses courses à la fin du marché des transferts. Alors que pas mal de joueurs lui filèrent sous le nez en début de saison, le club d'Emilio Ferrera et de Johan Vemeersch a trouvé ce qui lui manquait afin d'aborder plus confortablement ses obligations de club de l'élite. Il faut d'abord souligner le goût du travail bien fait du groupe. Le Brussels avait de petits soucis de concrétisation en pointe. Le but était de résoudre ce problème et d'ajouter les flèches à notre arc en défense. Le président a déniché un attaquant estonien, Vladimir Voskoboinikov, qui nous apporte sa présence en pointe. Avant le début de la saison, j'espérais déjà engager Kristof Snelders. Suite aux récents problèmes qui l'ont opposé aux supporters du Beerschot, ce transfert est devenu possible. Kristof Snelders connaît déjà bien la D1, nous offrira sa vivacité, sa technique et sa lucidité dans le dernier geste. C'est de l'expérience en plus pour un secteur qui manquait de vécu parmi l'élite. Le Brussels devrait marquer plus facilement. Oui. La ligne médiane ne nous a pas posé de problème. Là, j'ai noté la progression de Fabrice Omonga qui avait d'abord été versé dans le noyau B. C'est une alternative intéressante en cas d'absence d'Alan Haydock. Dans ce secteur, Björn Riise s'affirme plus vite que prévu. La défense avait le même souci que l'attaque : manque de métier. Bertrand Crasson lui apportera son vécu mais en fera autant pour tous les jeunes. Bertrand se reconvertira dans le club à la fin de sa carrière. Il a fait du bien mais ne fut pas dû au hasard. Le Standard venait de gagner 1-3 au Cercle et avait sur son banc des joueurs comme Kaklamanos, Walasiak, Niemi et Mumlek. Malgré cela, notre succès ne s'y est pas discuté. Il survenait après un nul et deux défaites que nous ne méritions pas. Cette évidence prouvait que notre travail était bon. La prochaine étape, c'est la visite de Westerlo chez nous. Cette équipe est stable depuis trois ou quatre ans mais vient de perdre Tosin Dosunmu. Elle compte pas mal de vieux roublards de la D1. Le Brussels lui opposera sa jeunesse. (P. Bilic)