Les gens (de la presse) sont méchants : il suffit qu' Emile, à peine débarqué au Qatar, ne soit pas aligné immédiatement pour Al-Rayyan, son nouveau club, et voilà qu'ils ricanent en prétendant que notre champion est encore et déjà blessé ! La vérité était évidemment tout autre, Emile lui-même l'a révélée ensuite au premier journaliste consciencieux qui s'est donné la peine de l'interviewer : c'était une simple question de retard physique, Emile avait d'abord pour tâche de retrouver une condition optimale ; il serait d'ailleurs en principe opérationnel pour déjà jouer " quelques minutes " ( !) dès le match suivant d'Al-Rayyan !
...

Les gens (de la presse) sont méchants : il suffit qu' Emile, à peine débarqué au Qatar, ne soit pas aligné immédiatement pour Al-Rayyan, son nouveau club, et voilà qu'ils ricanent en prétendant que notre champion est encore et déjà blessé ! La vérité était évidemment tout autre, Emile lui-même l'a révélée ensuite au premier journaliste consciencieux qui s'est donné la peine de l'interviewer : c'était une simple question de retard physique, Emile avait d'abord pour tâche de retrouver une condition optimale ; il serait d'ailleurs en principe opérationnel pour déjà jouer " quelques minutes " ( !) dès le match suivant d'Al-Rayyan ! C'est dingue. Voilà donc un mec qui n'était pas blessé, et qui faisait quand même partie intégrante du noyau d'un club talonnant l'illustrissime Bayern Munich en illustrissime Bundesliga : eh bien, des mecs comme ça, quand ils s'amènent dans le championnat du Qatar après que le cheikh du coin ait claqué pour eux des montagnes de pétrodollars, ils sont en retard de condition physique sur leurs nouveaux petits camarades ! Pas prêts illico pour le onze de base ! Je redis que c'est dingue et ne vois à cela qu'une explication : le football qatari est forcément bien plus costaud que ce que notre ethnocentrisme de footeux occidentaux nous donne à penser ! D'ailleurs, quand on compulse le ranking FIFA, on doit bien constater que le Qatar est quand même 89e sur 205, juste devant la Bolivie, la Lituanie ou l'Irlande du Nord, loin devant San Marino ou notre Grand-Duché,... et pas si loin que ça de la 55e triste place de nos Diables Roses. Ex-Diables Rouges, mais qui pâlissent. De surcroît, les équipes qataries sont à quasi 50 % composées d'étrangers qui, certains en prépension mais pas tous, sont en tout cas trop chers pour qu'un championnat comme le nôtre puisse se les offrir : hier, Caniggia, Leb£uf, Batistuta, Dugarry, Hierro, Guardiola, Romario, Desailly, Effenberg et aujourd'hui, Anderson, Fiorèse, Olembé... Mpenza, ce sont tous des jeunes vieillards que nous aurions accueillis volontiers à Charleroi, au Brussels ou à Westerlo, non ? Si. Et je crâne donc à peine en avançant que, mises à part la distance et l'anonymat médiatique, Emile ne s'enterre guère davantage sportivement en jouant le championnat du Qatar plutôt que le nôtre : le jour où il annoncera par GSM à René Vandereycken qu'il n'a mal nulle part et qu'il veut bien venir, il sera tout aussi capable, sur un match, de tagadagader en pointe et en contre si tu le rapatries du Qatar plutôt que de Hambourg ! Rapport à la patrie, calmos, y'a rien d'hypothéqué ! Ceux qui osent prétendre qu'en allant là-bas pour le fric, Emile agit " au détriment de l'aspect sportif ", ceux-là sont méchants et réducteurs ! Emile a dit que l'aspect financier n'était pas l'unique raison de sa décision,... sinon il serait allé aux Emirats Arabes Unis voisins où il aurait pu empocher le double (le double de 3,5 millions d'euros en 18 mois, glup !). Ce qui est regrettable, c'est qu'Emile n'ait pas franchement révélé l'autre raison : une rumeur affirme bien que ce qui a fait pencher la balance, c'est qu'Emile adore l'adjectif qatari, lequel le fait rire et brille comme un canari ; sans compter le plaisir qu'il éprouve à écrire, après le q, une voyelle autre qu'un u ! Mais ce n'est qu'une rumeur, je crois même qu'elle vient de moi... Ce qui est sûr, c'est que d'autres options que celle d'Emile se font elles aussi au détriment de l'aspect sportif : rester à Hambourg à cirer le banc et à attendre ton pognon sans gros espoir de onze de base, ce n'est pas davantage privilégier l'aspect sportif,... et c'est ce que font pas mal de stars de noyaux plantureux ! Emile, lui, a rappelé (sic) que chaque joueur de l'équipe nationale devait être titulaire dans son club et qu'il y travaillait, tout en ayant envie que le jeu redevienne pour lui un plaisir. Tout est donc parfait, la seule angoisse étant que l'émir en ait marre si l'Emile a trop souvent mal quelque part. Et puis, en conclusion, je vous fiche mon billet (d'avion de Doha à Zaventem) qu'Emile ne restera pas 18 mois dans son kot au Qatar : qu'au pays des déserts, des wahhabites et des odeurs d'essence, Emile qui s'ennuie vite s'ennuiera vite ! Romario s'était taillé trois mois à peine après son arrivée : mais ouf, à son départ prématuré, le chèque du cheikh représentait un magot lui permettant toutefois d'envisager l'avenir des nombreux siens en toute sérénité... bernard jeunejean