Victoire fragile, mais victoire quand même pour Recep Tayyip Erdogan en Turquie. Avec 51 % des votes en sa faveur, le Premier ministre devient hyper-président. Un nouveau statut qui inquiète partout ailleurs dans le monde. Est-ce qu'une victoire sans la manière, c'est une victoire quand même ?

ELOHIM ROLLAND : Je ne vais pas me risquer à un parallèle avec la politique, mais ce que je sais, c'est qu'à titre individuel, c'est parfois encore plus beau. Et pas seulement en foot. Le mieux, c'est aux cartes. Quelle fierté de remporter une partie de 8 américain en trichant, mais sans avoir été pris la main dans le sac !
...

ELOHIM ROLLAND : Je ne vais pas me risquer à un parallèle avec la politique, mais ce que je sais, c'est qu'à titre individuel, c'est parfois encore plus beau. Et pas seulement en foot. Le mieux, c'est aux cartes. Quelle fierté de remporter une partie de 8 américain en trichant, mais sans avoir été pris la main dans le sac ! ROLLAND : Plus ou moins au même âge que ce bonhomme si j'en crois la première soufflante du paternel. Faut dire que j'avais mis la barre très haut d'emblée en mettant le feu au canapé en essayant d'allumer un feu avec L'Équipe du jour. Je me suis pris une belle engueulade du père pour son journal et de la mère pour le fauteuil. Sacrée journée. ROLLAND : Il y a quelques années, j'avais pour projet d'ouvrir une boîte de nuit avec un ami français. J'aime autant vous dire que l'idée n'est pas passée. Je crois qu'il a mis 5 minutes à me faire comprendre que c'était une belle connerie. ROLLAND : Honnêtement, ce serait top. Perso, je n'ai pas grand-chose à cacher. Et puis, les rêves des autres me font souvent marrer. Donc oui, pourquoi pas. Je dois d'ailleurs vous confesser que ça fait un an et demi que je cherche la signification d'un rêve où je me suis retrouvé dans une boîte à sardines. Si quelqu'un peut m'aider, je suis preneur. ROLLAND : Spontanément, je vous répondrais que non. Mais en fait, oui, j'ai des collègues sur Lyon qui seraient prêts à tuer pour un Haribo. ROLLAND : Hormis le fait que j'ai récemment corrigé un ami de Boulogne qui faisait le fanfaron à FIFA 17 alors que je n'ai jamais eu de PlayStation chez moi, je pense aux battles parfois inégales avec Hervé Kagé à l'entraînement. Techniquement, j'avoue, on n'est pas franchement du même level... ROLLAND : Je ne voterai pas et je n'ai jamais voté. Je sais, c'est con, mais je pense qu'un vote ne changera de toute façon pas la face du monde. Mais comme les sondages n'arrêtent pas de nous répéter que ce sera Macron ou Le Pen, j'imagine que ce sera Mélenchon (rires). MARTIN GRIMBERGHS