Le deuxième but inscrit par le Standard à Mouscron et le deuxième marqué par Genk à Mons, tous les deux décisifs, présentent de nombreuses similitudes. Ils nous donnent l'occasion de rappeler ici trois consignes tactiques quasi incontournables lorsqu'un arrière se trouve en barrage face à un attaquant qui progresse le long du flanc, balle au pied.
...

Le deuxième but inscrit par le Standard à Mouscron et le deuxième marqué par Genk à Mons, tous les deux décisifs, présentent de nombreuses similitudes. Ils nous donnent l'occasion de rappeler ici trois consignes tactiques quasi incontournables lorsqu'un arrière se trouve en barrage face à un attaquant qui progresse le long du flanc, balle au pied. Photo 1 : Mouscron se retrouve à 2 contre 2 à la poursuite de SerhiyKovalenko (cercle rouge) lancé dans la profondeur le long du flanc. Les deux derniers défenseurs reviennent (flèches jaunes) et deux coéquipiers supplémentaires auraient aussi pu revenir (flèches blanches) si on leur en avait laissé le temps. La défense n'est pas en supériorité numérique, elle est complètement désorganisée ! Photo 2 : Alexandre Teklak va au contact de l'attaquant des Rouches (flèche rouge). C'est trop vite. Ne pas l'attaquer, c'est-à-dire temporiser (flèche blanche), aurait donné plus de chances de gagner du temps nécessaire à une réorganisation minimale de la défense. Photo 3 : Ici, les trois défenseurs montois et le Dragon qui pourrait encore revenir sont suffisamment nombreux (supériorité numérique) face aux deux attaquants de Genk, dont un qui s'engouffre, balle au pied, sur le flanc. Mais les deux défenseurs centraux sont mal positionnés : un énorme espace axial de jeu existe pour l'adversaire (figure rouge) ! Ils auraient déjà dû revenir et glisser (flèches noires) afin de fermer le chemin direct vers le but, mais aussi d'avoir un échelon de couverture pour leur coéquipier en duel. Photo 4 : Si un tel espace existe, il ne faut surtout pas donner la moindre chance à l'attaquant d'y rentrer (flèche jaune). Il faut donc le pousser vers l'extérieur, c'est-à-dire lui faire croire que c'est le débordement qui est la meilleure solution pour lui. L'arrière montois, IvanMilas, n'aurait pas dû aller au contact de NenadStojanovic, mais rester à distance et à l'intérieur du jeu, ainsi qu'à sa hauteur afin de lui ouvrir le couloir, du moins dans un premier temps. Nous parlions de similitude : les photos 5 et 6 montrent les deux buteurs, respectivement le long de la ligne opposée à leur meilleur pied. Il est du devoir de chaque joueur de lire le jeu pendant une rencontre. Il faut bien observer et donc connaître le pied de prédilection de chaque adversaire potentiel. Défendre efficacement, c'est aussi pouvoir anticiper. Une bonne préparation théorique, simple et qui va à l'essentiel, est un atout supplémentaire. Stojanovic, pied gauche et sur le flanc droit de l'attaque, s'apprête à éliminer Milas par l'intérieur du jeu avec un crochet de l'extérieur de son meilleur pied juste avant de crucifier l'infortuné IvanWillockx du même pied. Situation miroir pour Kovalenko, pied droit et sur le flanc gauche de l'attaque : il va d'abord éliminer Teklak d'un crochet de l'extérieur du droit, également vers l'intérieur du jeu ! Accélération vers le but et tir de ce même pied au ras du sol lui permettront de parachever cette merveilleuse action.Frans Masson