La presse n'a pas raté la reprise des entraînements du Bayern Munich. Le Péruvien Claudio Pizarro a été particulièrement demandé. Il doit former le duo d'attaque bavarois avec Giovane Elber (30 ans). La concurrence sera rude mais seul le Brésilien semble y échapper, dans la constellation d'étoiles que dirige Ottmar Hitzfeld.
...

La presse n'a pas raté la reprise des entraînements du Bayern Munich. Le Péruvien Claudio Pizarro a été particulièrement demandé. Il doit former le duo d'attaque bavarois avec Giovane Elber (30 ans). La concurrence sera rude mais seul le Brésilien semble y échapper, dans la constellation d'étoiles que dirige Ottmar Hitzfeld. Les Bavarois sont fous d'Elber, depuis la saison dernière. Le buteur sud-américain a été un pion majeur dans le doublé championnat-Ligue des Champions du club le plus populaire d'Allemagne. Souple, vif et fin technicien, Elber est aussi un killer. Né à Londrina, une bourgade de province du Brésil, il a commencé à jouer dès l'âge de cinq ans. Contrairement à ses compatriotes, réduits à taper dans une balle de chiffon dans les ghettos ou sur les plages, Elber a appris à jouer dans une salle. Dans des espaces réduits, il a donc développé sa technique mais surtout son jeu de position. A l'âge de 19 ans, son talent lui valait un transfert à l'AC Milan. En Italie, Elber s'est entraîné avec Ruud Gullit et avec Marco van Basten mais sans jouer. Milan l'a loué aux Grasshoppers Zurich. C'est là qu'il s'est distingué. De 1992 à 1994, en 46 matches de championnat, il a inscrit 32 buts et est devenu le favori du public. Son transfert vers l'ambitieux VfB Stuttgart a récompensé son éclosion. Chez les Souabes, il a poursuivi sur sa lancée, marquant 41 buts en 87 rencontres de championnat. Il y formait le triangle magique, avec Balakov et Bobic. Le Bayern Munich n'a pas tardé à s'y intéresser. En 1997, il lui a proposé un contrat de quatre ans. Elber est devenu un des attaquants les plus réguliers du champion, avec 53 buts en cent matches de Bundesliga pour le compte du Bayern. S'il ne s'était gravement blessé au genou en mars 1999, Elber aurait pu présenter un bulletin encore meilleur. L'international (douze matches, sept buts) avait alors dû faire l'impasse sur la fin du championnat et les derniers matches de Ligue des Champions, dont la finale perdue contre Manchester United. Il ne faut donc pas s'étonner si le Brésilien a été aussi avide de revanche cette saison. (F. Vanheule)