Il y avait déjà David Bellion, transféré cet été de Nice, et qui est devenu le fer de lance de l'attaque girondine. Il y avait aussi le Marocain Marouane Chamakh et le Brésilien Wendel, qui trouvent facilement le cadre. Il y aura désormais l'Argentin Fernando Cavenaghi. Anderlecht est prévenu : Bordeaux ne manque pas d'armes offensives. Alors qu'on prédisait certaines difficultés au désormais deuxième du championnat de France, suite au départ de Chamakh à la Coupe d'Afrique des Nations, il n'en fut rien. L'Argentin Cavenaghi, surnommé El Torito (le petit taureau) a saisi sa chance en inscrivant cinq buts en janvier. Un en Coupe de France, deux contre Auxerr...

Il y avait déjà David Bellion, transféré cet été de Nice, et qui est devenu le fer de lance de l'attaque girondine. Il y avait aussi le Marocain Marouane Chamakh et le Brésilien Wendel, qui trouvent facilement le cadre. Il y aura désormais l'Argentin Fernando Cavenaghi. Anderlecht est prévenu : Bordeaux ne manque pas d'armes offensives. Alors qu'on prédisait certaines difficultés au désormais deuxième du championnat de France, suite au départ de Chamakh à la Coupe d'Afrique des Nations, il n'en fut rien. L'Argentin Cavenaghi, surnommé El Torito (le petit taureau) a saisi sa chance en inscrivant cinq buts en janvier. Un en Coupe de France, deux contre Auxerre, un contre Le Mans et le but victorieux face à Saint-Etienne. Soit 4 buts en Ligue 1 en 455 minutes de jeu. Neuf buts en quinze rencontres toutes compétitions confondues. Car, bien que confiné au petit banc, l'Argentin avait fait parler de lui en Coupe de l'UEFA où il avait scoré quatre fois. Il était temps. Bordeaux avait misé un paquet de 9 millions d'euros sur Cavenaghi en l'attirant durant l'hiver 2006-2007 à 24 ans, en provenance du Spartak Moscou où il n'avait pourtant pas affolé les compteurs puisque ses statistiques indiquaient 12 buts en 51 matches. Honnête mais sans plus. " Même si je n'ai pas réussi comme je le pensais au Spartak, cette expérience me servira dans ma vie d'homme ", affirme le joueur. Car cette escapade de trois ans dans la ville moscovite avait fait oublier son passé argentin. Idole de River Plate, il avait alors marqué 55 buts en 88 matches. Il n'avait que 20 ans et côtoyait des stars comme Daniel Ortega, Esteban Cambiasso ou Andres D'Alessandro. Sous l'ère Ricardo, il n'avait disputé que des bribes de matches. Pas mieux avec Laurent Blanc. Il a fallu que Chamakh parte à la CAN pour qu'il reçoive une chance digne de ce nom. Et depuis, il n'arrête pas. " Cavenaghi a le chic pour, d'un crochet, orienter le jeu sans l'autre sens, se muer en remiseur avant d'effectuer le geste juste à la conclusion ", dit de lui Jean-Marie Lanoë, journaliste à France Football. " C'est un vrai joueur de surface qui possède un bagage technique intéressant. Il est loin d'être maladroit devant le but ", ajoute son ancien entraîneur Ricardo. Reste à confirmer même quand Chamakh sera de retour. MARCELO GALLARDO, le médian argentin du PSG, ne sera resté qu'un an à Paris. Son salaire pesant trop lourd, il a été prié de se trouver un nouvel employeur. Il part à Washington DC. STRASBOURG a fêté son 2.000e match en L1 par une victoire 2-0 contre Toulouse. LILLE restait sur un mauvais bilan mais Kevin Mirallas, titulaire d'entrée en milieu de semaine, a montré la voie du succès en inscrivant le premier but contre Le Mans (3-1). Samedi contre le PSG, il est monté au jeu à la 75e. LUIGI PIERONI, qui avait débuté face à Valenciennes en milieu de semaine, ne figurait pas dans la sélection de Lens contre Strasbourg. Monnet-Paquet, qui l'avait remplacé à la mi-temps et avait marqué le goal de la victoire est resté sur le banc. RIO MAVUBA, le milieu de terrain français de Villarreal, a été prêté six mois à Lille (avec une option d'achat fixée à 10 millions d'euros). CAEN a mis fin à sa belle série en perdant lourdement (6-1) à Marseille. Les Normands restaient sur huit matches sans défaite. Elliot Grandin, le médian de Caen, rejoint Marseille. LE MANS, privé de ses Africains, a connu un gros passage à vide (3 défaites d'affilée) mais s'est repris en battant Monaco (1-0), qui lui restait sur... trois victoires. JEAN-ALAIN BOUMSONG, le défenseur français de la Juventus, rejoint Lyon pour trois ans et demi. Le transfert fut émaillé par un revirement de dernière minute du club italien. Mais Lyon a réussi à finalement convaincre la Vieille Dame. STéPHANE VANDE VELDE