Dans leur programme distribué aux quatre coins de Maspalomas, aux Canaries, les organisateurs du 21e tournoi local avaient vu les choses en grand. Malheureusement, les statistiques n'étaient pas totalement exactes puisque, selon le livre, Anderlecht n'avait été sacré que onze fois champion (contre 26 !) et la photo de l'équipe n'était pas des plus récentes non plus. Mais là où les gentils organisateurs ne se sont pas trompés, c'est que sous le titre el crack ils ont dressé un mini-portrait d' ArunaDindane. Une chose est sûre, l'Ivoirien est très connu en dehors de nos frontières.
...

Dans leur programme distribué aux quatre coins de Maspalomas, aux Canaries, les organisateurs du 21e tournoi local avaient vu les choses en grand. Malheureusement, les statistiques n'étaient pas totalement exactes puisque, selon le livre, Anderlecht n'avait été sacré que onze fois champion (contre 26 !) et la photo de l'équipe n'était pas des plus récentes non plus. Mais là où les gentils organisateurs ne se sont pas trompés, c'est que sous le titre el crack ils ont dressé un mini-portrait d' ArunaDindane. Une chose est sûre, l'Ivoirien est très connu en dehors de nos frontières. Sauf une exception : Karel Poborski, du Sparta Prague, désigné meilleur joueur de l'épreuve. Mais le capitaine tchèque est un gars bizarre. Il refusa toute interview y compris à Eurosport, qui diffusait les matches en direct. Certaines personnes prétendent que si l'on veut avoir une interview de lui, il faut payer ! Quand nous lui avons demandé -Que pensez-vous de Dindane ? ; il répondit : - Qui ça ? ûL'attaquant d'Anderlecht. - Je ne connais pas... " C'est bien le seul à réagir de la sorte. Le lundi 12 janvier, Anderlecht dispute son premier match du tournoi contre l'Hertha Berlin. Dans la tribune, l'équipe de Hambourg, qui doit jouer le lendemain contre le Sparta Prague, au grand complet. L'entraîneur hambourgeois, KlausToppmöller, est sans aucun doute un des spectateurs les plus attentifs parmi les 3.000 personnes présentes. Que pense-t-il d'Aruna ? " Ecoutez, je suis le football belge de très près et je connais très bien le potentiel d'Anderlecht. J'habite à Thiers près de la frontière et même si j'entraîne Hambourg, je travaille beaucoup de chez moi. Et quand j'en ai la possibilité, c'est-à-dire, puisque nous jouons le samedi, le dimanche je vais voir un match du championnat de Belgique. Je suis, par exemple, allé deux fois au Standard. Pour moi, il n'y a pas de doute : Anderlecht est la meilleure équipe belge. Au niveau du jeu, il n'a pas d'adversaire en championnat. Je n'ai pas attendu le match en Ligue des Champions au Bayern Munich pour me rendre compte de sa valeur. Sans compter que cette fois-là, Anderlecht ne méritait pas d'être battu sur un penalty qui n'en était pas un. Il y a eu des fautes bien plus méchantes, notamment sur Aruna Dindane, qui n'ont pas été sanctionnées aussi sévèrement. J'apprécie ce joueur. Ce sont des footballeurs comme cela que les spectateurs aiment voir. C'est clair qu'on a besoin de joueurs moins spectaculaires dans une équipe mais il n'y a rien à faire : il suffit de trois mouvements dont Dindane a le secret pour que le public soit heureux. C'est un bon attaquant, rapide et très puissant, qui a le niveau européen. Il est capable de passer un adversaire voire deux et de donner un assist parfait. C'est une donnée importante car cela masque un peu le fait qu'il ne marque pas beaucoup. Dans un championnat comme celui de Belgique, il pourrait inscrire un plus grand nombre de buts. Anderlecht, ce n'est pas seulement lui : il y a d'autres joueurs de talent et des jeunes très prometteurs. Pour dire, dès le départ d'un tournoi que, quel que soit le résultat, on disputera le prochain match avec deux joueurs de 17 ans, il faut le faire ! Personnellement, je ne connais que Vincent Kompany et ses dirigeants ont été très malins en lui faisant signer un contrat de longue durée. Cela ne m'étonne pas que l'on ait parlé d'un intérêt de Manchester United à son égard. Pour en revenir à Dindane, il est perfectible dans le jeu collectif. Il s'est déjà amélioré à ce niveau mais est encore trop amoureux du ballon ". Autant il hurle au bord du terrain, autant Hans Meyer, l'entraîneur de l'Hertha Berlin est calme dans ses déclarations d'après match. Ses relations avec une partie de la presse berlinoise sont froides. Voire glaciales avec le Bild. On a l'impression que toutes les questions qui lui sont posées sont sans intérêt. Mais quand on lui demande ce qu'il pense de Dindane, il y va d'un large sourire et fait de l'esprit. " Vous êtes son manager ? Et bien, vous pouvez me l'amener. Plus sérieusement, c'est un superbe attaquant, très vif et très fort en un contre un. Et quand il le faut il sait conserver le ballon. Chez moi, il serait titulaire d'emblée. Lors de notre match contre Anderlecht, je l'ai beaucoup apprécié... au détriment de mon équipe. Je n'avais toutefois pas mis au point de tactique pour le contrer. Il a donc pu s'amuser et faire plaisir au public. Nous avons joué comme il fallait le faire quand on se trouve en début de stage face à un adversaire qui, lui, était prêt pour recommencer son championnat. Dindane, je n'en vois pas d'autre dans son genre en Europe. Je pense que c'est pour cette raison qu'il peut évoluer dans tous les championnats, que ce soit en Angleterre ou en Allemagne, en Italie ou en Espagne ". Cette année, les managers et scouts des grands clubs ne se sont pas présentés à Maspalomas. D'après Jorge Luis Carballo, le coordinateur de l'épreuve, c'est la première fois que cela arrive. " Probablement parce que les quatre équipes engagées dans ce tournoi sont trop connues et qu'elles ont déjà été visionnées à plusieurs reprises depuis le mois de septembre et notamment en Ligue des Champions pour Anderlecht et le Sparta Prague ". La Juventus, par exemple, a déjà visionné Dindane à plusieurs reprises. Le scout de la Vieille Dame avait annoncé sa présence contre Lyon avant de savoir que l'Ivoirien allait être suspendu pour ce match. Il est quand même venu et a remis un rapport sur un autre joueur anderlechtois, Kompany. Cela étant, il y avait quand même un manager très entouré à l' Estadio Muncipal de Maspalomas : Jose Minguella. En fait, cet homme de 62 ans a décidé de remettre son affaire voici deux ans pour devenir un " bon vivant " (en français dans le texte). Fortune faite, il a préféré mettre un terme à une carrière longue de trente ans avec des moments forts comme les transferts de Romario, Rivaldo et HristoStoitchkov à Barcelone. Le Barça, il connaît bien pour en être socio depuis plus de 50 ans et surtout pour avoir été candidat à la présidence l'année dernière où il a été devancé par JoanLaporta, qui a enlevé 38 % des voix alors qu'il a dû se contenter de 24. Mais l'homme n'a pas coupé tous les ponts et est resté conseiller. Ainsi, pendant qu'il donnait son avis sur la valeur de Dindane, il a dû répondre à deux coups de fil, l'un concernant un international nigérian (trop cher) et un joueur espagnol de 2e Liga (trop cher lui aussi). " Je tiens à préciser avant toute chose qu'en matière de transfert tout est possible : il y a des entraîneurs, des managers de clubs et des dirigeants qui, à un moment donné, sont capables de faire des folies pour avoir un joueur. Je n'en veux pour preuve que Laporta, qui a misé toute sa campagne à la présidence de Barcelone sur l'acquisition de David Beckham. Ca n'a pas marché mais bon, il faut tenir compte de la situation du marché et des grands problèmes économiques que connaissent les clubs. Voici trois ans, Barcelone a déboursé 30 millions pour Javier Saviola. Il est certain qu'il ne le ferait plus aujourd'hui. Dindane est un bel athlète qui a d'énormes qualités. Il est bien physiquement et il a 23 ans. C'est donc le bon moment pour faire un transfert. Il pourrait jouer dans 80 % des clubs espagnols de D1. Je ne mets pas ses qualités en doute mais, tout simplement, il y a des clubs qui sont fournis comme le Real Madrid. Là, les attaquants sont déjà en surnombre et la porte est fermée. Si Anderlecht demande 14 millions d'euros, je ne crois pas qu'il recevra cette somme. C'est un peu comme Porto qui réclame 20 millions pour Deco et attend encore le premier candidat acheteur. Dindane n'est pas encore communautaire et il faut en tenir compte. Le fait d'opter pour une nationalité européenne, la belge dans son cas, ne sert pas seulement à faciliter les formalités lors des déplacements, c'est aussi une donnée économique importante. Quels sont les clubs qui pourraient débourser 14 millions pour lui ? Les clubs italiens et espagnols, donc des clubs de pays où il existe une limitation du nombre des extra communautaires. Autre paramètre, la cotation des joueurs venant de championnats comme ceux de la Belgique ou de la Hollande est inférieure à celle de compétition plus huppées. C'est la même chose en Amérique du Sud où, à qualités égales, un joueur brésilien ou argentin est plus cher qu'un bolivien ou mexicain. Ceci étant, si j'étais président d'un club je serais prêt à débourser 8 millions. Reste à voir comment se dérouleraient les négociations mais j'arrêterais à dix ". L' arbitre suisse Nicole Pertignat a dirigé le match entre Anderlecht et Berlin, qui n'avait d'amical que le nom tant les joueurs mettaient le pied. Elle a sorti six cartons jaunes tous pour de " belles " fautes. " Et encore ! Deux auraient pu être transformés en rouge. Mais cela n'aurait servi à rien de sortir deux joueurs dont Marc Hendrikx. L'engagement était tel qu'à aucun moment on a eu l'impression qu'il s'agissait d'un match amical. Les défenseurs mettaient le pied et, vu son style de jeu, Aruna Dindane était la cible des arrières allemands. Je connaissais ce joueur à travers les images de la Ligue des Champions et je dois dire qu'il m'a étonnée car, à deux reprises, il aurait pu se laisser tomber et m'obliger à siffler faute dont un penalty. Mais il a préféré prendre son avantage. Pour moi, ce n'est pas un plongeur. Je sais qu'en Belgique, il a eu des problèmes mais comme je n'ai rien vu, je ne me prononcerai pas. Ce qui est sûr c'est que dans les cours que nous recevons à l'UEFA, on nous explique que l'on doit protéger ce genre de joueurs. Maintenant, s'il a pété les plombs en championnat, c'est logique qu'il soit suspendu car il constitue une référence pour les jeunes et, en tant que tel, il ne peut donner un coup à un adversaire. A mon avis, je crois qu'il ne doit pas jouer au niveau européen avec le même esprit qu'en championnat de Belgique ". Contre Anderlecht, Bart Goor avait joué à l'arrière gauche avec l'Hertha Berlin. Il s'agissait d'une expérience puisque, lors du match pour la troisième place contre Hambourg, il avait retrouvé sa place au milieu du jeu. Ironie du sort, le capitaine des Diables Rouges n'a jamais eu Aruna Dindane dans ses parages. Il s'est frotté à Ki-Huon Seol. Entre les deux hommes, le ton est monté et il a fallu que Walter Baseggio s'en mêle. Goor prétendit avoir reçu un coup de poing de Seol... Goor : " Je revois encore le jour où Aruna est arrivé à Anderlecht. Ses qualités, comme sa facilité de dribbler et de conserver le ballon, étaient évidentes mais il était trop impulsif. Et comme il ne jouait pas beaucoup, il était encore moins calme. Sa marge de progression était grande. Manifestement, cela s'est amélioré et il a mûri. Il a également énormément progressé dans sa manière de se déplacer sur le terrain. Il lit mieux le jeu et cela lui permet d'être plus disponible pour ses équipiers. Il s'est donc également bonifié sur le plan collectif. Son contrôle de balle est parfait, il a la vista. En résumé, c'est un bon joueur ". Lucas Zelenka suit toujours avec intérêt les prestations d'Anderlecht. " J'ai vu ce que le Sporting a réussi en Ligue des Champions et cela m'a fait plaisir. J'aime beaucoup Dindane. Il m'a surpris. Rapide, il peut faire la différence. Il peut aller voir ailleurs. Je crois que l'Angleterre devrait mieux lui convenir. Ce n'est probablement qu'une impression car, étant donné son style de jeu, il est capable de se distinguer en Espagne, en Italie, en France ou en Allemagne. Le tout est que son équipe joue pour lui et tire profit de sa facilité à dribbler deux hommes. Il est égoïste mais c'est logique qu'il le soit. Et s'il ne marque pas beaucoup, c'est tout simplement parce qu'il va trop vite et qu'il n'a pas le temps de bien ajuster son tir ". Nicolas Ribaudo, envoyé spécial aux CanariesSeulement accessible pour des CLUBS ITALIENS ET ESPAGNOLS ?Joue-t-il avec le MÊME éTAT D'ESPRIT en Belgique et en Europe ?