COACH Héctor Cúper (ARG)

Quelle est la force de votre poule ? Vous commencez contre l'Uruguay, puis contre le pays hôte et vous achevez contre l'Arabie saoudite.
...

Quelle est la force de votre poule ? Vous commencez contre l'Uruguay, puis contre le pays hôte et vous achevez contre l'Arabie saoudite. HECTOR CUPER : L'Uruguay est le plus fort, sans aucun doute, mais nous pouvons terminer deuxièmes, sans sous-estimer les deux autres équipes. Un jour sans ou même un mauvais moment en match peuvent être fatals. Si nous franchissons le premier tour, tout est possible. L'Égypte doit et peut forcer le respect de ses adversaires. L'Égypte ne s'était plus qualifiée pour une phase finale depuis 28 ans. Vous êtes entré dans la légende du pays. CUPER : C'est excessif mais je suis heureux que les supporters de l'équipe nationale affichent une telle gratitude. Une qualification est toujours un moment exceptionnel, même si je ne veux pas me vanter. Je préfère mettre la prestation collective en évidence. Nous avons réussi tous ensemble. L'union fait la force et nous n'avons cessé de le répéter pendant les qualifications. L'équipe et tous ceux qui l'encadrent méritent ce succès, comme les supporters qui nous ont soutenus dans les moments difficiles. Je constate presque tous les jours à quel point cette qualification procure du bonheur aux gens. C'est à croire que le football améliore la vie des Égyptiens. J'ai déjà pas mal d'années au compteur et j'ai vécu beaucoup de choses mais cette pensée m'insuffle beaucoup d'énergie pour continuer. C'est le beau côté de mon métier. Iriez-vous jusqu'à vous qualifier de figure paternelle pour le groupe ? CUPER : Je ne suis pas très important mais mon expérience peut aider l'équipe. Je ne lui ai pas appris des milliers de choses mais je suis satisfait de la manière dont elle a assimilé certains conseils. Quelle est l'importance de Salah pour l'équipe ? CUPER : Son évolution est impressionnante. Il a commencé à travailler d'arrache-pied après ses saisons irrégulières à Bâle ( 2012-2014, ndlr) et à Chelsea ( 2014-2016, ndlr). Il n'a encore que 25 ans mais il a déjà répondu aux attentes, à tous points de vue. C'est un garçon très modeste, qui ne cherche jamais la confrontation, même si Mo sait qu'il est très important pour l'équipe. Il sait qu'il y a une équipe derrière chaque joueur important. À lui seul, aucun footballeur ne peut faire la différence. Il faut s'entraider. Un grand potentiel et une bonne attitude, ça vous mène loin. En mars, le Portugal et la Grèce vous ont battus. Cela a-t-il été très dur ? CUPER : Pas du tout. Nous avons été battus de justesse, 2-1 au Portugal, 0-1 contre la Grèce, sans être balayés. Ces matches sont indispensables pour résister aux grandes équipes pendant le tournoi. Nous avons réalisé que la moindre petite faute était immédiatement sanctionnée mais aussi que quand nous sommes bien et que nous évitons ces erreurs, nous ne devons craindre personne. correspondant en Belgique de Sada El Balad " L'Égypte est Mo Salah et Mo Salah est l'Égypte. Sa blessure est une véritable catastrophe. Les médecins de Liverpool affirment qu'il sera rétabli de justesse. Mais dans quel état sera-t-il ? Il ne se sera pas entraîné pendant plusieurs semaines et n'aura même pas touché un ballon. Or, d'emblée, il va devoir affronter l'Uruguay. Cette blessure perturbe ses coéquipiers. Comment pourrait-il en être autrement ? D'un coup, ils perdent un footballeur qui gagne des matches à lui tout seul depuis deux ans. J'ai assisté à des matches de l'Égypte où neuf joueurs tentaient constamment de passer le ballon à Salah. Je me demande aussi comment les joueurs vont gérer la pression qui émane du public. Suite à toutes les morts qu'on a déplorées dans nos stades, les supporters n'y sont plus admis depuis des années. Les matches ne sont suivis que par les officiels et les journalistes. Nos footballeurs ont donc oublié l'effet que ça faisait de jouer devant un stade comble. Ils vont peut-être être accablés par le stress. Ce qui est positif, c'est que quatre d'entre eux ont évolué en Premier League la saison écoulée. " L'Égypte compare Ramadan Sobhi à l'ancien international Mohamed Aboutrika (100 caps, 38 buts). Durant sa deuxième saison à Stoke City, Sobhi, âgé de 21 ans, a dévoilé une partie de son talent (24 matches dont douze comme titulaire, deux buts). Suite à la relégation des Potters, Sobhi est devenu une cible attrayante pour les clubs de l'élite. Mo Salah aurait renseigné son compatriote à Liverpool. Sobhi, un musulman pieux, est très populaire. Il a 4,6 millions d'abonnés sur Instagram. En 2015, il a échauffé les esprits : joueur d'Al Ahly, il est monté sur le ballon dans le derby déjà très tendu contre Zamalek. Un joueur adverse a réagi violemment et a méchamment taclé Sobhi, ce qui lui a valu une carte rouge. Un an plus tôt, Sobhi s'était disputé avec son entraîneur, Juan Carlos Garrido, ex- Club Bruges, qui lui avait reproché sa fainéantise. Par ailleurs, le joueur est marié à Habiba Ekramy, la soeur du premier gardien, Sherif Ekramy, qui a dû déclarer forfait à cause d'une blessure au genou. Mo Salah a marqué 33 buts en 57 matches. Il n'en a inscrit que quatre contre un pays non-africain (Chili, Bosnie-Herzégovine et Portugal). Autre statistique surprenante : il a trouvé le chemin des filets à 24 reprises en déplacement. L'Égypte a pris part à deux Mondiaux : en 1934 et en 1990. Elle va tenter de remporter sa première victoire. Ses matches contre l'Uruguay et l'Arabie saoudite seront ses premiers duels contre une équipe non-européenne. Elle a déjà affronté la Hongrie (2-4), les Pays-Bas (1-1), l'Irlande (0-0) et l'Angleterre (0-1). L'Égypte a été la première nation africaine à participer à une Coupe du Monde, en 1934, en Italie. Il s'est écoulé 56 ans avant sa deuxième participation. Seule la Norvège a fait encore pire. C'est l'âge du gardien Essam El-Hadary. S'il entre en action, il deviendra le joueur le plus vieux de l'histoire de la Coupe du Monde. Ce record est toujours détenu par le Colombien Faryd Mondragon, qui avait 43 ans et 3 jours le 24 juin 2014 quand il a défendu son but contre le Japon, au Brésil.