La nuit, dans son appartement de Genk, s'il ne trouve pas le sommeil, Felice Mazzù peut toujours lire un article du Corriere della Sera de lundi de la semaine passée. Un analyste y explique pourquoi Maurizio Sarri, qui est pourtant un excellent entraîneur, ne parvient pas à lancer le moteur de la Juventus, qui détient le record des titres en Italie et qui est le club préféré de Mazzù. Le journal avance une belle citation : " Un bon prophète a besoin de bons auditeurs. "
...