A Lokeren, vous pratiquez souvent le snooker dans la salle des joueurs, non?.

Arnar Gretarsson (30 ans): Oui, effectivement. C'est un de mes hobbies avec le golf. En Islande, c'est un sport très populaire. La plupart du temps, je joue avec Arnar Vidarsson, Runar Kristinsson et Audun Helgason. Nous sommes de vraies bêtes de compétition (il rit). Non, habituellement, on le fait pour l'honneur mais la concurrence est agréable. Arnar gagne souvent, moi j'ai réussi seulement une fois à le faire. Maintenant, c'est surtout Runar qui est en gros progrès. On doit donc faire attention.
...

Arnar Gretarsson (30 ans): Oui, effectivement. C'est un de mes hobbies avec le golf. En Islande, c'est un sport très populaire. La plupart du temps, je joue avec Arnar Vidarsson, Runar Kristinsson et Audun Helgason. Nous sommes de vraies bêtes de compétition (il rit). Non, habituellement, on le fait pour l'honneur mais la concurrence est agréable. Arnar gagne souvent, moi j'ai réussi seulement une fois à le faire. Maintenant, c'est surtout Runar qui est en gros progrès. On doit donc faire attention. N'êtes-vous pas encore inscrit dans un clubde golf en Belgique?Non, c'est vraiment impayable. Nous avons pensé que ça pourrait être un sport pour notre fils de 11 ans, Siggi. Je me suis informé à Sint-Martens-Latem, Gand, mais j'ai été très étonné par leurs tarifs. Ils aspirent à garder un nombre limité de membres et demandent donc des prix exagérés. De cette manière, cela reste un sport élitiste.Aimez-vous jardiner?Pas vraiment. Je me promène dans le jardin le jour d'un rencontre mais cela reste un simple rituel. Je suis plus pour une approche masculine dans le travail, comme tailler les arbres. La plantation des fleurs est pour Sigurn.Vous aimez donc la nature.C'est difficile de faire autrement quand vous quand vous êtes nés en Islande. Nous venons de Kopavogur, qui est, après Reykjavík, la deuxième plus grande ville. Tout le monde connaît notre Blue Lagoon et il y a beaucoup de sources chaudes. Chez nous, tout est encore très pur et presque inaltéré. C'est un luxe d'y vivre et d'y habiter. C'est fantastique de s'y promener ou de faire une balade en vélo. Qu'appréciez-vous le plus chez Sigurn?Sa gentillesse et son positivisme. Si elle est ma femme, elle est aussi ma meilleure amie, qui me suit sans protester et avec qui je peux échanger mes idées. Seulement, le matin, je ne dois pas la réveiller tôt, sinon elle est de mauvaise humeur (il rit).Vous avez un chat comme animal domestique. A la base, ce n'est pas moi qui en voulais un. Il est arrivé plus pour les enfants, pour qu'ils aient un petit camarade de jeu. Nous l'avons appelée Happiness. C'est un persan, qui dort toujours à côté de Siggi et Saga. C'est un chat très gentil mais qui a également son caractère. Heureusement, il ne griffe jamais mais par contre, il chasse volontiers des souris. C'est sa nature, hein!Quelle est votre boisson favorite?Sigurn boit de temps en temps une Kriek mais moi je préfère un bon vin rouge. Mais je peux aussi prendre une bonne petite bière belge après un match. Le vin, il faut apprendre à le boire. J'ai entendu dire qu'on organisait des séances de dégustation dans la région. Audun Helgason veut se lancer dans l'import-export de vins avec l'Islande et il peut donc toujours me conseiller. Quel CD écoutez-vous dans la voiture?Je ne suis pas réellement un grand amateur de musique. Quand j'étais plus jeune, j'étais un très grand fan de Queen. Freddy Mercury avait ce petit quelque chose qui fait d'une célébrité une star. Sa musique était excellente. Maintenant, j'écoute Eros Ramazzotti et Robbie Williams. J'aime la musique relaxante en fait.Pensez-vous déjà à l'après-football?Oui. Vu que je suis parti très jeune aux Glasgow Rangers, je n'ai pas pu faire d'études. Je veux absolument réparer ce dommage. Je suis énormément passionné par l'économie. Le soir, il arrive encore que j'ouvre des livres pour un peu étudier. Mais j'aime aussi les romans de Sydney Shelton. Il y a beaucoup de chances que je me consacre à un job administratif.Comment vous êtes-vous rencontrés?Sigur Omarsdottir (30 ans): Grâce à nos frères footballeurs qui sont dix ans plus âgés. Au début, les relations étaient principalement amicales mais vers l'âge de 15 ans, l'intérêt réciproque s'est fait sentir. Deux ans plus tard, nous avons commencé une relation. Arnar était l'instigateur lorsqu'il m'a demandé si un cinéma m'intéressait. Vous l'avez suivi directement en Ecosse.J'ai un caractère assez aventurier. Auparavant, j'avais déjà habité un an en Grèce avec ma mère. Voyager est dans mon sang! Je veux constamment voir de nouvelles choses et découvrir de nouvelles cultures. éa rend la vie beaucoup plus agréable. Parfois, on est un peu nostalgique mais on a été très bien accueilli par David Moyes, le fils de l'actuel entraîneur d'Everton. Quel est le charme de la Belgique? L'amabilité et l'hospitalité. Nous habitions à peine ici, que nous connaissions déjà tout le voisinage. Je trouvais ça chouette, également pour les enfants, qui se sont vite fait des amis. En plus, la cuisine belge est délicieuse. Au tout début, on a été invité à un après-midi de dégustation dans un restaurant. J'ai été directement séduite par les mets mais surtout par les sauces. Je n'avais jamais entendu parler de la Béarnaise, par exemple.Arnar est-il un bon cuisinier?Pas vraiment. Quand il prépare quelque chose, c'est souvent des spaghettis. Mais en été, il adore faire des barbecues. Il adore griller la viande. Quand il y a beaucoup de monde, c'est très agréable.Vous êtes donc régulièrement derrière les fourneaux.Oui mais avec beaucoup de plaisir. Ces derniers mois, je suis devenue une fan de Jamie Olivier, cet Anglais un peu fou de la BBC. Il ne présente pas seulement l'émission, il s'investit réellement et il fait ce qu'il veut avec ses doigts. En plus, j'adore son style chaotique. Le virus de la cuisine, je l'ai attrapé de mon père, qui était cuisinier dans un restaurant en Islande. Qu'est-ce qui vous impressionne le plus chez Arnar? Son caractère calme et son souci de l'organisation. Il ne laisse rien au hasard et pense toujours en avant. Il est difficile à déstabiliser. Je pense que nous nous complétons très bien. Il ne supporte pas la défaite. C'est peut-être le hasard mais chaque fois qu'on joue aux cartes, je le bats. Mais attention, ce n'est pas du strip poker! De quel objet ne pouvez-vous pas vous séparer?Mes peintures. Elles sont très colorées et me rappellent l'Islande. Ce ne sont pas des peintures exceptionnelles mais elles ont une signification spéciale pour moi. J'adore l'art et j'aime bien aller à Anvers pour admirer les travaux de Rubens. Etes-vous une collectionneuse?De chaussures, oui! Vous connaissez mon pire défaut maintenant (elle rit). Arnar peut difficilement le comprendre. J'en ai vraiment beaucoup. Avec mes vêtements également, j'ai vraiment dépensé beaucoup d'argent.Regardez-vous la télévision?Souvent en soirée, quand Arnar et les enfants sont au lit. Pendant que je repasse, il m'arrive de la regarder également. Ces derniers temps, j'apprécie fort la série américaine Sex & the City. éa parle des relations entre hommes et femmes. Vous savez bien, les histoires qui intriguent beaucoup de gens. Et moi, aussi! Frédéric Vanheule