Au moment de dessiner le football de 2019, difficile d'esquisser un plan de jeu sans parler de pressing. Adeptes agressifs du genre depuis l'arrivée de Michel Preud'homme à la tête du club, les Rouches ont dû s'adapter pour éteindre progressivement la justesse technique anderlechtoise.

Le premier plan liégeois est modéré. À la relance, Renaud Emond se partage entre les deux défenseurs centraux du Sporting, tandis que Mehdi Carcela empêche Edo Kayembe de devenir une porte de sortie efficace pour la possession mauve. Après quelques longs ballons ratés vers Ivan Santini, dominé dans les airs, les Bruxellois trouvent donc leur issue de secours.

Les hommes de Fred Rutten profitent d'un Paul-José Mpoku plus souvent entre les lignes que sur son côté droit pour envoyer le ballon des pieds de James Lawrence à ceux d' Ivan Obradovic, dont la patte gauche bourrée de justesse technique reste un placement sûr. Devant lui, Yari Verschaeren décroche entre les lignes, permute avec Sven Kums, et le triangle permet aux Mauves de souvent franchir la ligne médiane pour semer la panique dans la zone d'un Collins Fai désorienté. C'est match nul à la pause, mais le plan bruxellois mène aux points.

Preud'homme et Emilio Ferrera portent le coup gagnant en quinze minutes de mi-temps. Au retour des vestiaires, Maxime Lestienne passe à droite et place ses sprints dans les pieds d'Obradovic. Privé de sa solution privilégiée et mis sous pression par un Carcela plus audacieux, James Lawrence n'a plus d'autre choix que d'envoyer de longs ballons vers Verschaeren, incapable de rivaliser dans le domaine avec le timing et la puissance de Collins Fai. Anderlecht n'a plus d'idée pour s'installer de l'autre côté du rond central, et doit abandonner l'initiative à des Liégeois qui dominent sans partage le reste de la rencontre. Jamais le deuxième but mauve ne donne l'impression de pouvoir tomber.

C'est alors Mehdi Carcela qui a dynamité les tribunes, avec une frappe majestueuse du pied droit venue au bout d'une récupération haute - et fautive - de Konstantinos Laifis. Ensuite, c'est Paul-José Mpoku qui a profité du talent et de l'audace de Zinho Vanheusden pour transformer son duel face à Kara en victoire. Les Mauves étaient échec et mat.

Au moment de dessiner le football de 2019, difficile d'esquisser un plan de jeu sans parler de pressing. Adeptes agressifs du genre depuis l'arrivée de Michel Preud'homme à la tête du club, les Rouches ont dû s'adapter pour éteindre progressivement la justesse technique anderlechtoise. Le premier plan liégeois est modéré. À la relance, Renaud Emond se partage entre les deux défenseurs centraux du Sporting, tandis que Mehdi Carcela empêche Edo Kayembe de devenir une porte de sortie efficace pour la possession mauve. Après quelques longs ballons ratés vers Ivan Santini, dominé dans les airs, les Bruxellois trouvent donc leur issue de secours. Les hommes de Fred Rutten profitent d'un Paul-José Mpoku plus souvent entre les lignes que sur son côté droit pour envoyer le ballon des pieds de James Lawrence à ceux d' Ivan Obradovic, dont la patte gauche bourrée de justesse technique reste un placement sûr. Devant lui, Yari Verschaeren décroche entre les lignes, permute avec Sven Kums, et le triangle permet aux Mauves de souvent franchir la ligne médiane pour semer la panique dans la zone d'un Collins Fai désorienté. C'est match nul à la pause, mais le plan bruxellois mène aux points. Preud'homme et Emilio Ferrera portent le coup gagnant en quinze minutes de mi-temps. Au retour des vestiaires, Maxime Lestienne passe à droite et place ses sprints dans les pieds d'Obradovic. Privé de sa solution privilégiée et mis sous pression par un Carcela plus audacieux, James Lawrence n'a plus d'autre choix que d'envoyer de longs ballons vers Verschaeren, incapable de rivaliser dans le domaine avec le timing et la puissance de Collins Fai. Anderlecht n'a plus d'idée pour s'installer de l'autre côté du rond central, et doit abandonner l'initiative à des Liégeois qui dominent sans partage le reste de la rencontre. Jamais le deuxième but mauve ne donne l'impression de pouvoir tomber. C'est alors Mehdi Carcela qui a dynamité les tribunes, avec une frappe majestueuse du pied droit venue au bout d'une récupération haute - et fautive - de Konstantinos Laifis. Ensuite, c'est Paul-José Mpoku qui a profité du talent et de l'audace de Zinho Vanheusden pour transformer son duel face à Kara en victoire. Les Mauves étaient échec et mat.