Quelle sera votre mission ?

Thierry Luthers et Manu Jous suivront les Diables et repartiront dès que l'équipe aura fini la compétition. De mon côté, j'arriverai les deux dernières semaines. Je serai chargé de réaliser des magazines " d'ambiance ". J'avais déjà travaillé de la sorte lors de l'Euro en Suisse et en Autriche. J'avais interviewé Aimé Jacquet, des consultants ou encore un supporter français qui se déplace toujours avec un coq. C'est l'occasion de se ...

Thierry Luthers et Manu Jous suivront les Diables et repartiront dès que l'équipe aura fini la compétition. De mon côté, j'arriverai les deux dernières semaines. Je serai chargé de réaliser des magazines " d'ambiance ". J'avais déjà travaillé de la sorte lors de l'Euro en Suisse et en Autriche. J'avais interviewé Aimé Jacquet, des consultants ou encore un supporter français qui se déplace toujours avec un coq. C'est l'occasion de se rendre dans la rue et de saisir l'ambiance locale. Je ne commenterai aucun match, si ce n'est la finale. Evidemment ! C'est pour cette raison que j'ai sauté sur l'occasion. J'ai commenté la finale de l'Euro mais le Mondial sera encore plus intense. La finale aura lieu au Maracana et il y a beaucoup de chances pour que le Brésil soit concerné. C'est comme être aux premières loges lors d'un discours de Barack Obama ! Belgique-Brésil mais, alors, ce sont mes collègues qui la commenteront ! Un Brésil-Côte d'Ivoire me plairait bien. J'adore ce pays car il détient des joueurs très forts. Ils forment une génération qui arrive au bout de son histoire. Oui, je ne vais pas le cacher. Mais il y a une hiérarchie et un équilibre à respecter. Thierry et Manu ont commenté toute la phase qualificative. Je suis déjà heureux d'aller au Brésil, c'est un beau cadeau. Chaque chose en son temps. A l'avenir, qui sait ? Beaucoup de personnes m'en parlent. Mais bon, il y a bien des journalistes qui partent en Syrie ou en Ukraine. Avec mon physique, je ressemblerai moins à un touriste-pigeon que mon collègue François Zaleski, qui est blond ! Je resterai à Rio et j'assisterai aussi aux demi-finales qui ont lieu à Belo Horizonte et Sao Paulo. Je ne compte pas me rendre dans les quartiers " chauds. " Je me déplacerai en taxi pour rejoindre la fan zone et le stade. J'ai plus de craintes à l'idée de prendre l'avion et d'y rester enfermé pendant sept heures. J'ai juste dépanné, vu que Jonathan Bradfer partait cinq jours en vacances. La direction a été satisfaite et ne m'en a pas reparlé. C'était gai et valorisant. Depuis lors, je suis revenu à mes premières amours. PAR SIMON BARZYCZAK" Au Mondial, je ne compte pas me rendre dans les quartiers chauds. "