LE COACH PAULO SOUSA (POR)

Né le 30 août 1970
...

Né le 30 août 1970 Cet ex-milieu de terrain international portugais (52 caps), auteur d'une belle carrière au Portugal (Benfica, Sporting CP), en Italie (Juventus, Inter, Parme), à Dortmund, au Panathinaïkos et à l'Espanyol dans les années 90, n'a pas sauté à pieds joints dans le projet. Avant de se rendre en Pologne pour entamer les négociations, Paulo Sousa a fait une escale à l'aéroport. En raison des mesures Covid, c'est là qu'il a dû fixer un rendez-vous avec le joueur-vedette, Robert Lewandowski. Car le coach, qui a officié chez les U16 portugais, à QPR, Swansea City, Leicester, Videoton, au Maccabi Tel Aviv, au FC Bâle, à la Fiorentina, à Tianjin Quanjian et à Bordeaux estimait qu'il était indispensable d'obtenir l'avis et l'approbation du buteur du Bayern avant de se lancer dans l'aventure. La conversation a duré plus de quatre heures et le Portugais en est ressorti avec "un sentiment fantastique". Et un contrat jusqu'au 30 novembre. Sousa a déjà pris son service lors des matches de qualification pour la Coupe du monde contre la Hongrie (3-3), contre Andorre (3-0) et, sans Lewandowski, blessé au genou, en Angleterre (défaite 2-1). Ces derniers mois, Sousa, qui parle couramment l'anglais, l'espagnol, le français et l'italien, a abondamment utilisé Zoom et les datas pour faire la connaissance du staff technique et suivre intensivement un groupe de cinquante joueurs, qu'il a dû évaluer. S'il a été choisi comme sélectionneur, c'est en partie grâce à la cinquième place obtenue avec la Fiorentina en 2015-16, un exploit qui a convaincu le président de la Fédé, Boniek, du potentiel de Sousa. Le Portugais prône un jeu offensif. Il estime qu'il ne peut pas faire autrement avec l'abondance de grands attaquants dont dispose la Pologne. "En Pologne, l'EURO est déjà dans tous les esprits. Ces derniers mois, la publicité faite à l'équipe nationale n'a fait que croître. Les attentes sont grandes, car on estime que dans notre poule, derrière l'Espagne, il y a largement la place pour se qualifier au détriment de la Slovaquie et de la Suède. Mais je pense que ce sera difficile d'atteindre le tour suivant. Le problème, c'est qu'actuellement, nous ne sommes pas en mesure de réellement nous situer. Car lors du dernier grand test, contre l'Angleterre, nous étions privés de Robert Lewandowski. En foot, c'est simple: les joueurs décident du résultat. Le sélectionneur est l'homme qui essaie de rassembler toutes les qualités. Il doit veiller à bien préparer l'équipe, à motiver ses troupes, à peaufiner le collectif. L'aspect humain, donc. Mais sur la pelouse, la parole est aux joueurs. La dépendance à Lewandowski ne doit pas être trop grande. Qu'une chose soit claire: Robert est un joueur de classe mondiale, mais pour performer, et se retrouver en bonne position de tir, il a besoin du soutien et des passes de ses partenaires. Lewa ne peut pas gagner l'EURO à lui tout seul. Paulo Sousa a opté pour un bon mix entre l'expérience et la jeunesse. Je suis curieux de voir le résultat." L'an passé, ce milieu de terrain droitier de 22 ans a réalisé une grande saison au Lech Poznan, avec cinq buts en 26 matches. Ça a valu à Jakub Moder, en plus du titre de meilleur joueur de la compétition, celui de meilleur débutant du championnat polonais. Un exploit qui n'est pas passé inaperçu, car en octobre de l'an passé, Brighton n'a pas hésité à déposer onze millions d'euros sur la table pour s'assurer les services de ce grand talent, qui a signé un contrat jusqu'en 2025 chez les Seagulls. Il a été directement convenu que Moder jouerait encore trois mois au Lech Poznan, ce qui lui a permis d'inscrire quatre buts supplémentaires en quatorze matches. Comme cela avait été le cas pour Leandro Trossard, le manager Graham Potter a hérité dès janvier d'un joueur très technique, le plus grand espoir du foot polonais, à qui il ne manque plus que la puissance et l'expérience d'un grand championnat. Moder s'est adapté sans problème à la Premier League, en ayant rapidement un gros impact sur le jeu, ce qui a définitivement convaincu le staff technique de son potentiel. Mieux même, on a vite découvert sa polyvalence. En l'absence de Solly March et de Dan Burn, Moder a été aligné comme arrière gauche offensif contre Newcastle United (victoire 3-0) et en déplacement à Manchester United (défaite 2-1). Le jeune Polonais n'a pas été impressionné, il a fait mieux que se débrouiller. Mi-mai, l'attaquant Krzysztof Piatek s'est fracturé un petit os de la cheville lors du match entre le Hertha et Schalke 04. L'ancien joueur de l'AC Milan a directement dû faire une croix sur sa participation à l'EURO. Un sérieux contretemps, il avait inscrit huit buts en 18 matches depuis ses débuts internationaux en 2018. Le 18 novembre 2020, la Pologne s'est inclinée 1-2 face aux Pays-Bas en Nations League. Cette élimination a précipité l'éviction du coach Jerzy Brzeczek. En novembre de l'an dernier, le contrat de Brzeczek avait pourtant été prolongé, mais il a été limogé, car son style de jeu trop prudent offrait peu de perspectives de progresser. Zbigniew Boniek est le président de la Fédération depuis 2012. Dans les années 80, c'était un brillant milieu de terrain, qui s'est rendu célèbre en Serie A en défendant les couleurs de la Juventus et de l'AS Rome. Ces dernières années, il a souvent suscité la controverse par des tweets maladroits et des déclarations malheureuses. Le sélectionneur Paulo Sousa doit encore trouver la bonne formule. Car lors des rencontres précédentes, le Portugais est passé d'un 4-4-2 avec un losange dans l'entrejeu à un 3-5-2 à connotation offensive. En outre, il était privé de Mateusz Klich (testé positif au coronavirus), un pion important dans l'entrejeu, ce qui a fait glisser Maciej Ribus à gauche. Dans le but, Wojciech Szczesny est en concurrence avec Lukasz Fabianski. Les flancs offensifs seront cruciaux, et les Polonais ont été soulagés de voir le talentueux Przemyslaw Placheta apporter de la profondeur lorsqu'il est monté au jeu pour une demi-heure contre Andorre. Aux côtés du buteur Robert Lewandowski, et en l'absence de Krzysztof Piatek, Karol Swiderski pourrait aussi être aligné à la place d' Arkadiusz Milik, qui a déjà officié comme soutien d'attaque.