TACTIQUE

À 76 ans, on ne changera plus Mircea Lucescu. Si l'entraîneur historique du Shakhtar Donetsk (2004-2016) est de retour depuis l'été dernier sur les petits bancs de la Premier Liga ukrainienne, ce n'est pas parce que le Roumain a changé de crèmerie que le stratège changera un jour de vision de jeu. Fidèle à sa réputation...

À 76 ans, on ne changera plus Mircea Lucescu. Si l'entraîneur historique du Shakhtar Donetsk (2004-2016) est de retour depuis l'été dernier sur les petits bancs de la Premier Liga ukrainienne, ce n'est pas parce que le Roumain a changé de crèmerie que le stratège changera un jour de vision de jeu. Fidèle à sa réputation et à son quatre arrière, Lucescu, aussi passé plus tôt dans sa carrière de Galatasaray à Besiktas ou du Dinamo au Rapid Bucarest, est avant tout un pragmatique qui ramène des titres. Après quatre ans passés à Donetsk, celui de champion d'Ukraine est donc à nouveau l'apanage du club de la capitale. Et le mérite en revient essentiellement à la poigne de fer de Lucescu. Un homme qui sait ce qu'il veut et à qui on ne refuse désormais plus rien en Ukraine. Malgré des comptes dans le rouge et un début de saison en fanfare, Lucescu a obtenu de sa direction un débours de six millions d'euros pour s'offrir les services de Vitinho en toute fin de mercato. Un Brésilien de 22 ans censé faire la paire avec Viktor Tsygankov et redonner au Dynamo son lustre d'antan en Ligue des Champions. On paye pour voir. Cela fait plusieurs années que l'ailier droit fait le bonheur des amateurs de foot de la capitale ukrainienne. Viktor Tsygankov (23 ans) a essentiellement été formé au Dynamo Kiev, dont il a incorporé à l'équipe première en 2016. La saison dernière, le Dynamo a mis fin à quatre ans de règne du Shakhtar Donetsk. L'international dont la valeur est estimée à 25 millions d'euros y est pour beaucoup puisqu'il a inscrit douze buts et délivré huit assists en vingt matches à peine.