Prenons le cas de figure suivant, en une quelconque province d'un pays de mon imaginaire, mais affilié à la FIFA. L'équipe de Cul-des-S£urs boucle ses 30 matches de championnat sans subir de défaite, en 20 victoires et 10 nuls (et accessoirement un goal-average de 70-30). Dans la même série, l'équipe de Chopine-la-Grosse termine la même saison sur 23 victoires, 2 nuls et 5 défaites (et accessoirement un goal-average de 68-40). Faites maintenant les comptes : championne, Chopine-la-Grosse peut sabler le champagne,... tandis que Cul-des-S£urs, qui l'a dans le baba, peut pleurer toutes les larmes de son corps collectif ! Pareille issue est profondément injuste et contraire à l'esprit du sport : car la performance de Cul-des-S£urs est plus propre, plus belle, indiscutablement supérieure !
...

Prenons le cas de figure suivant, en une quelconque province d'un pays de mon imaginaire, mais affilié à la FIFA. L'équipe de Cul-des-S£urs boucle ses 30 matches de championnat sans subir de défaite, en 20 victoires et 10 nuls (et accessoirement un goal-average de 70-30). Dans la même série, l'équipe de Chopine-la-Grosse termine la même saison sur 23 victoires, 2 nuls et 5 défaites (et accessoirement un goal-average de 68-40). Faites maintenant les comptes : championne, Chopine-la-Grosse peut sabler le champagne,... tandis que Cul-des-S£urs, qui l'a dans le baba, peut pleurer toutes les larmes de son corps collectif ! Pareille issue est profondément injuste et contraire à l'esprit du sport : car la performance de Cul-des-S£urs est plus propre, plus belle, indiscutablement supérieure ! Mon but du jour n'est pas de recogner sur le clou, stupide et fâcheux, de la victoire valant trois points mais plutôt d'insister sur le Dura lex sed lex : ce qui n'est pas une marque de préservatifs costauds, mais un adage latin. Et comme le latin est une langue morte qui crève chaque jour davantage, mieux vaut traduire : la loi est dure, mais c'est la loi ! L'adage rappelle qu'on ne peut pas, sur le champ, changer une loi, si sévère soit-elle, même si l'on se rend tout à coup compte qu'elle est surtout débile. Le sacro-saint processus démocratique veut en principe qu'il y ait proposition, amendement, vote, puis nouvelle loi plus juste que la précédente : de façon à ce que, si le cas de figure sus décrit se reproduisait, Cul-des-S£urs soit alors champion ! Et en attendant, Cul-des-S£urs peut effectivement se brosser... J'ai bien dit en principe. Parce qu'en foot, selon que tu es puissant ou misérable, c'est-à-dire si une débilité réglementaire éclate au Top niveau plutôt qu'au fin fond provincial de mon imaginaire, il y a des chances que la dura lex soit tout à coup moins dure et moins loi : et même qu'on lui shoote un grand coup dedans, en même temps que dans le processus démocratique ! Je dis ça en repensant à Liverpool, qui n'a plus qu'un CSKA Sofia préliminaire à franchir pour retrouver en 2005/2006 les poules (aux £ufs d'or) de la Ligue des Champions. Les choses étaient pourtant claires au départ de 2004/2005 : le vainqueur de la LC ne serait pas qualifié d'office pour 2005/2006, tout le monde le savait... et personne n'a moufté ! Et puis bardaf, c'est l'embardée à Istanbul : le 5e classé du championnat anglais remporte le trophée européen... et le 5e classé du championnat anglais n'est pas programmé en Ligue des Champions 2005/2006 ! Pourtant, que Liverpool soit seulement 5e du championnat anglais, cela n'a rien de franchement ahurissant. Et d'autre part, à défaut d'être un favori, les Reds comptaient parmi les outsiders de cette défunte édition : comme Valence ou Leverkusen... qui auraient provoqué le même bordel en raflant le même trophée ! Et il n'est pas ahurissant qu'un outsider émerge au lieu d'un favori, n'était-ce déjà pas le cas avec Porto un an plus tôt ? En repêchant les Reds en eaux clairement troubles, l'UEFA a fricoté plutôt qu'assumé. Personnellement, j'aurais tendance à trouver qu'un vainqueur doit toujours pouvoir défendre son titre. Mais si tel n'était pas le sentiment de l'UEFA au départ, fallait pas décider l'inverse à l'arrivée : fallait assumer, admettre éventuellement l'erreur... et amender la loi pour que la chose ne se reproduise plus ! A partir de la saison prochaine, le vainqueur devra faire partie du quota de son pays. Ce qui veut dire que si cette règle était d'application cette saison, Liverpool aurait pris la place d'Everton, le frère ennemi. Ouf ! On aura beau se réjouir de revoir cette saison Steven Gerrard, JohnArneRiise et les autres, le deux poids deux mesures sent toujours la merde bricolée. En Italie, on vient de reculer la limite d'âge des arbitres de D1 : pas parce qu'une analyse sérieuse de la situation aurait révélé que l' homo arbitrus italien n'était pas périmé à 45 ans, mais û c'est avoué sans vergogne û pour permettre à PierluigiCollina Superstar d'arbitrer un an de plus au top ! AmandAncion, lui, quand l'heure fut venue de cesser de siffler en D1, s'en alla sans mot dire continuer d'arbitrer en province de Namur. S'il avait aimé le sifflet pour le sifflet, Collina le comblé (plus qu'Amand !) en aurait fait autant... Bernard JeunejeanEn repêchant les Reds en eaux clairement troubles, l'UEFA A FRICOTé PLUTôT QU'ASSUMé