Comme une ville, une région ou un pays, un club de foot suit ses cycles de prospérité et de déclin. Il n'en va pas autrement pour la quatrième étape de notre périple. De Nottingham, nous avons poussé vers le Nord. Même pays. Officiellement. Un autre monde, en réalité. Dundee, sur la côté est de l'Ecosse. Petite ville, une des plus prospères du Royaume-Uni au début du siècle, du temps des chantiers navals, de la chasse à la baleine et du chemin de fer.
...

Comme une ville, une région ou un pays, un club de foot suit ses cycles de prospérité et de déclin. Il n'en va pas autrement pour la quatrième étape de notre périple. De Nottingham, nous avons poussé vers le Nord. Même pays. Officiellement. Un autre monde, en réalité. Dundee, sur la côté est de l'Ecosse. Petite ville, une des plus prospères du Royaume-Uni au début du siècle, du temps des chantiers navals, de la chasse à la baleine et du chemin de fer. Mais Dundee était surtout un centre textile important, axé sur la toile de jute. A tel point qu'aujourd'hui, alors que l'industrie textile a décliné, Dundee est encore appelée la ville des trois J, pour jute, jam (c'est ici qu'est née la marmelade) et journalisme, autre témoignage du passé quand plusieurs maisons d'édition faisaient la fierté de cette cité de l'Angus. La société DC Thompson est encore actuellement le plus grand employeur de la ville. Dundee, embellie ces dernières années, n'en est pourtant pas devenue une cité touristique. Mais ne dit-on pas que ses habitants comptent parmi les plus charmants et accueillants de l'Ecosse ? Pas étonnant donc de voir cohabiter deux clubs, rivaux mais pas trop, dans la même rue. Les stades de Dundee United (Tannadice) et de Dundee FC (Dens Park) sont distants de 500 mètres et partagent d'ailleurs le même parking. Il suffit d'une photo aérienne pour saisir l'absurdité de la situation. Aucune autre ville n'a de stade plus proche l'un de l'autre et on peut se demander pourquoi cette petite cité n'a jamais pensé à pousser les deux clubs à partager leur enceinte. " La tradition ", nous répondrait-on sans doute. Les deux clubs ont connu leur heure de gloire, désormais révolue. Surtout pour Dundee FC qui passe plus de temps en D2 qu'en Scottish Premier League que le club retrouvera pourtant la saison prochaine puisqu'il vient d'être sacré champion de Championship. De là à penser revivre la période dorée des sixties, il y a un pas... En 1962, sous la houlette de Bob Shankly, le frère du manager mythique de Liverpool, les Dees (Dundee FC) remportaient leur unique championnat écossais avec notamment Gordon Smith, le seul joueur écossais sacré avec trois clubs différents (Hibernian, Hearts et Dundee) ne faisant pas partie du Old Firm (Celtic et Rangers). L'année suivante allait marquer la fabuleuse épopée en Coupe d'Europe, les Dark Blues s'inclinant en demi-finale en battant au passage Cologne, le Sporting Portugal et... Anderlecht. En 1968, Dundee réitérait l'exploit en atteignant les demi-finales de la Coupe des Villes de Foires. La dernière décennie, les supporters qui ont vu leur club mis sous administration à deux reprises, ont donc vécu de souvenirs davantage que d'exploits. PAR STÉPHANE VANDE VELDE