Roland Duchâtelet est sénateur d'un Open VLD qui a fait exploser le gouvernement mais il évoque une tempête dans un verre d'eau. " BHV, c'est un problème stupide qui devrait être résolu depuis longtemps. C'est ça, l'attitude de l'Open VLD : il faut en finir, on ne peut plus vivre des dizaines d'années avec ce souci-là. "
...

Roland Duchâtelet est sénateur d'un Open VLD qui a fait exploser le gouvernement mais il évoque une tempête dans un verre d'eau. " BHV, c'est un problème stupide qui devrait être résolu depuis longtemps. C'est ça, l'attitude de l'Open VLD : il faut en finir, on ne peut plus vivre des dizaines d'années avec ce souci-là. "Petit hic : la solution des Flamands fera hurler les francophones ! " Mais c'est devenu un symbole, ce truc. Demandez à 100 francophones de vous expliquer le dossier BHV, il n'y en a peut-être qu'un seul qui saura répondre. C'est ridicule, anecdotique. La Belgique est aujourd'hui le seul pays du monde où la langue pratiquée est un élément de la vie politique. Comme les socialistes flamands ne sont pas au gouvernement, ils votent contre les socialistes francophones qui, eux, en font partie. Mais enfin, on est socialiste ou on ne l'est pas ! Et quand ils se retrouvent au parlement européen, ils votent à nouveau ensemble, avec tous les autres socialistes européens. " Votre avis sur le splitsing partiel de la Fédération en deux ailes ?Roland Duchâtelet : C'est dommage car il est question d'une compétition nationale. Des clubs sont financés par une région, d'autres équipes par une autre : ça pose problème car les régions ont des stratégies différentes, elles accordent des subsides qui ne sont pas les mêmes. Certaines donnent x euros par jeune formé au club, d'autres financent des stades. Cela fausse la concurrence entre les équipes. Le fait d'avoir divisé l'Union belge n'est pas un bien. Et votre opinion sur la problématique du futur coach national ?Avoir pris un étranger comme Dick Advocaat revient à avouer qu'il n'y a que des imbéciles en Belgique ! C'est très mauvais pour notre réputation. On se met au niveau des petits pays qui n'arrivent pas à trouver un entraîneur compétent sur leurs terres. Quel est le bon profil ?Le sélectionneur doit être belge et bilingue. Je prends l'exemple de Marc Wilmots : il parle français, néerlandais mais aussi allemand. Cela pourrait être utile s'il était nommé et s'il convoquait un joueur d'Eupen (Il rigole). Mais il y en a d'autres. Jean-François de Sart se débrouille bien aussi en néerlandais. Vous plaidez pour Wilmots, mais le président qui l'a viré de Saint-Trond, c'est vous !Nos résultats n'avaient pas été sensationnels mais pas désastreux non plus. Wilmots avait bien travaillé. Il avait par exemple décelé plusieurs talents et nous avions fait de bonnes choses contre de gros adversaires. Mais il n'était pas sur la même longueur d'onde que notre directeur technique, Guy Mangelschots. Je trouve vraiment que Wilmots devrait être un choix prioritaire pour la Fédération.