Le KRC Genk veut développer un " football attractif, dynamique, empreint d'initiatives ", pour reprendre les paroles du directeur général PatrickJanssens. Le club limbourgeois compte bien continuer à miser sur les jeunes tout en obtenant des résultats. Quand le directeur sportif Dimitri de Condé a cherché un successeur à Peter Maes, il a tenu compte de ces exigences et il a décroché Albert Stuivenberg. Celui-ci a repris l'équipe à la fin de l'année civile, alors que Genk avait survécu à la phase par poules de l'Europa League, restait en lice en coupe de Belgique et était neuvième en championnat. Stuivenberg et Genk ont atteint les quarts de finale de la coupe d'Europe mais ont loupé la finale de la coupe et les PO1. Malgré tout, la qualité du football développé leur a valu t...

Le KRC Genk veut développer un " football attractif, dynamique, empreint d'initiatives ", pour reprendre les paroles du directeur général PatrickJanssens. Le club limbourgeois compte bien continuer à miser sur les jeunes tout en obtenant des résultats. Quand le directeur sportif Dimitri de Condé a cherché un successeur à Peter Maes, il a tenu compte de ces exigences et il a décroché Albert Stuivenberg. Celui-ci a repris l'équipe à la fin de l'année civile, alors que Genk avait survécu à la phase par poules de l'Europa League, restait en lice en coupe de Belgique et était neuvième en championnat. Stuivenberg et Genk ont atteint les quarts de finale de la coupe d'Europe mais ont loupé la finale de la coupe et les PO1. Malgré tout, la qualité du football développé leur a valu tous les éloges. Le club a décidé de ne vendre personne cet été. Il a donc repoussé, jusqu'à présent, les offres dont Trossard, Berge et Pozuelo faisaient l'objet. Seul bémol : la clause de départ de Castagne, qui permettait à l'arrière droit de s'en aller. L'objectif est qu'il reste l'exception. En début d'année, quand le gardien Bizot, parti entre-temps, s'est gravement blessé, le Racing a trouvé en Ryan une parfaite solution à court terme. Ce même Ryan a mis de Condé et Cie sur la piste de son successeur, un autre Australien, âgé de 32 ans : Vukovic. Son principal concurrent est un jeune de 19 ans, Jackers. Castagne a imité Walsh et est parti. Genk cherche donc encore un nouvel arrière droit. Maehle (20 ans), transféré pour ce poste, s'est en effet blessé. Nastic dépanne à cette position mais il est aussi la doublure de l'arrière gauche Uronen. Le club étudie la nécessité d'enrôler un défenseur central supplémentaire, puisque Dewaest s'est déchiré les ligaments croisés du genou. Tout dépend, dans cette ligne, de la manière dont Pozuelo va se remettre de sa blessure et de l'échec de son transfert. Il n'opérera pas son retour avant fin août, selon le club. D'ici là, l'Espagnol refuse de signer un nouveau contrat et Genk respecte les termes de son bail actuel, qui court encore pendant deux ans. Reste à voir si ce sont de bonnes conditions pour obtenir des performances. Pozuelo est bien encadré, par Berge et Malinovski. Kumordzi est parti. Il reste, dans l'axe, Heynen, Sabak et Zebli en guise d'alternatives, en plus de Benson (20 ans) sur le flanc. A gauche, Trossard a éclaté en fin de saison. En attaque, on attend avec impatience le retour de Karelis, victime d'une déchirure des ligaments croisés il y a plusieurs mois. Samatta l'a plutôt bien remplacé mais le Racing a décidé que Karelis comme Samatta devaient être flanqués d'un avant-centre et il a transféré Ingvartsen (21 ans). Celui-ci a eu des vacances très courtes et le club est donc très prudent avec lui. Il ne jouera sans doute pas dans l'immédiat. Devant, Genk dispose encore de Naranjo, Tshimanga, Vanzeir et Schrijvers, lequel va certainement avoir du temps de jeu. Le KRC Genk opte pour un compartiment offensif étoffé pour ne plus être confronté à des problèmes comme la saison passée. Genk possède un superbe trio médian et de nombreuses options offensives. En défense, on ne connaît pas encore très bien la force des réserves. Le comportement du club sur le marché des transferts reflète parfaitement les intentions émises par la direction. Son histoire est solide. Genk entame la saison avec un noyau de footballeurs qui se connaissent bien. Les nouveaux venus sont jeunes et ont la possibilité de faire leur trou progressivement. Le club limbourgeois vise le top trois. Cela semble réaliste, d'autant qu'il ne dispute pas de coupe d'Europe et pourra donc se concentrer sur les compétitions nationales tout en ayant davantage de temps pour s'entraîner et assimiler certains paramètres. Cela pourrait même dégager des perspectives encore plus séduisantes, bien que ses concurrents ne soient pas non plus restés les bras croisés. KRISTOF DE RYCK