En deux minutes, La Gantoise a déjà inscrit deux buts, sur coup franc puis suite à un cafouillage dans la défense de Westerlo, quand Cisse Severeyns sert Sadio Ba d'un superbe lob de la droite. Le défenseur central, qui s'est glissé au milieu de la dernière ligne gantoise, remet de la tête le ballon dans les pieds de Björn Smits, bien démarqué. Le finisseur amorce une attaque, le défenseur central donne l'assist et le médian défensif se retrouve dans le rectangle, où il doit faire ce en quoi il n'excelle pas. Il ne faut donc pas s'étonner que Smits, ballon au pied devant le but, tombe à terre et que La Gantoise puisse repartir en contre.
...

En deux minutes, La Gantoise a déjà inscrit deux buts, sur coup franc puis suite à un cafouillage dans la défense de Westerlo, quand Cisse Severeyns sert Sadio Ba d'un superbe lob de la droite. Le défenseur central, qui s'est glissé au milieu de la dernière ligne gantoise, remet de la tête le ballon dans les pieds de Björn Smits, bien démarqué. Le finisseur amorce une attaque, le défenseur central donne l'assist et le médian défensif se retrouve dans le rectangle, où il doit faire ce en quoi il n'excelle pas. Il ne faut donc pas s'étonner que Smits, ballon au pied devant le but, tombe à terre et que La Gantoise puisse repartir en contre. On ne peut mieux décrire l'impuissance de Westerlo qu'avec cette action, qui a eu lieu à la 28e minute. Une impuissance qui s'éternise depuis trois journées. Westerlo a encaissé neuf buts et n'en a inscrit que trois, dont un dû à une gaffe de Dany Verlinden à Bruges et un contre son camp par Nenad Vanic à La Gantoise. Non, Westerlo ne va pas bien. En comptant la Supercoupe face à Anderlecht, il reste sur quatre défaites d'affilée. Le tenant de la Coupe de Belgique est donc dernier avec zéro point, à moins que la plainte qu'il compte déposer contre La Gantoise ne lui vale une victoire par forfait. Westerlo a déjà connu de meilleurs débuts de saison. Les faits sont là: les conséquences du départ conjugué de Dalibor Mitrovic et de Lukas Zelenka ne sont pas négligeables. Faute de pouvoir compter sur une action individuelle, Westerlo est plus que jamais obligé de se rabattre sur un jeu de combinaisons, ce qui révèle cruellement les carences du groupe, carences que camouflaient les fameuses actions individuelles avant. Les fréquentes adaptations tactiques que Jan Ceulemans impose à son équipe empêchent celle-ci de trouver ses automatismes en défense comme en attaque. Ainsi, à Bruges, Marc Schaessens a évolué au libéro, un poste auquel il n'est pas du tout habitué. Contre l'Eendracht Alost, contre toute attente, il a aligné pour la première fois deux attaquants, Severeyns et Vedran Pelic, et à La Gantoise, Björn Smits a renforcé l'entrejeu tandis que Jef Delen se retrouvait à l'arrière-gauche, un poste inusité. Trop de joueurs sous leur niveau.En plus, comme l'a constaté Jan Ceulemans, un certain nombre de joueurs, surtout dans le compartiment défensif, demeurent en-deçà de leur niveau.Sidney Lammens et Yves Serneels, par exemple, ces travailleurs qui ont été blessés, respectivement pendant la préparation et la saison passée. Ou Frank Dauwen, sous contrat pour deux saisons encore, après quoi le club lui offre une fonction dans le staff technique, alors qu'il tient aussi un restaurant avec sa soeur et son beau-frère... Autant de certitudes, assorties d'aussi peu de défis, sont mortelles pour la motivation. Après la rééducation, lourde mentalement comme physiquement que lui imposent ses opérations au genou, on verra de quel bois Dauwen est fait et s'il est capable de revenir au niveau qui l'avait conduit en équipe nationale dans le passé. Et que penser de Björn De Coninck, que l'entraîneur a laissé sur la touche face à La Gantoise, pour sanctionner son manque de motivation à l'entraînement? Ou encore de Sadio Ba et de Frank Machiels, balayés à Bruges par Mendoza et Lange? Les deux joueurs ont d'ailleurs revécu pareille humiliation, Machiels face à Alost et Ba contre Gand. C'est également une question de concentration. Face au Club, Westerlo a bien égalisé 1-1 mais endéans les cinq minutes suivantes, il a encaissé deux buts qui ont influencé le cours de la rencontre. L'équipe a revécu le même scénario contre La Gantoise: une minute après le but de Nenad Vanic, sur coup franc, Anders Nielsen a doublé la mise. L'équipe ne parvenant pas à conserver le ballon, la défense est souvent placée sous pression. Il ne faut pas chercher beaucoup plus loin la raison de ses bourdes. Tout ça est lié à l'entrejeu et à l'attaque, remodelés cette saison. Sammy Van Den Bossche a plus souvent recours à la passe en un temps que Lukas Zelenka, qui était capable de conserver le ballon, de fatiguer et de méduser ses adversaires par ses dribbles. Quand en plus les lignes sont trop espacées, la défense doit beaucoup courir. Car Westerlo demeure une formation à vocation offensive, surtout avec des médians tels que Willemsen, Delen, Schaessens, Van Den Bossche ou encore Omelianovitch. Dur de marquer!Dès le début de la préparation, on a constaté que Westerlo marque difficilement. Contrairement aux exercices précédents, le jeu campinois recèle peu de surprises. Boeka-Lisasi était rapide en contres et il a ainsi marqué douze buts. Mitrovic était certes égoïste mais il a également inscrit douze buts. Zelenka était lunatique mais il a délivré dix assists. Cisse Severeyns n'a pas l'explosivité ni le sens du but de Dalibor Mitrovic mais il se replie de lui-même sur les ailes, créant ainsi des espaces au profit des autres. Mais qui sont ces autres? La deuxième ligne suscite trop peu de danger et quand Severeyns participe à la construction, l'équipe est privée de centre-avant, car jusqu'à présent, Vedran Pelic et Kevin Vandenbergh ont dû se contenter de remplacements, quand leur équipe était menée. Comme Pelic n'a pas le punch du véritable centre-avant et que Vandenbergh n'en a pas la stature, Ceulemans en est réduit à espérer l'arrivée d'un nouvel attaquant. Un homme capable de réaliser une action, de conserver un ballon, de marquer... bref, un joueur impayable. Certes, avec son zéro sur neuf face à Bruges, Alost et La Gantoise, Westerlo n'a pris que deux unités de moins que la saison dernière face aux mêmes adversaires. Certes, Westerlo s'est créé de nombreuses occasions dans chaque match, parce qu'il veut continuer à pratiquer un bon football offensif. Toutefois, au terme du match face à La Gantoise, Jan Ceulemans n'a pu que répéter sa conclusion déjà formulée après le match d'ouverture à Bruges: "Nous allons devoir discuter, dans les jours à venir, car nous avons du pain sur la planche". Raoul De Groote