Faire aussi bien qu'au premier tour, voilà une mission délicate pour Jacky Mathijssen et ses troupes. Et c'est sur les bords de la Riviera turque, à Belek, que l'on a façonné l'effectif carolo dans l'espoir d'aborder la deuxième partie de saison dans les meilleures conditions. On le sait, en cette période de marché hivernal, la chasse aux bonnes affaires fait tourner bon nombre de têtes. Chez les puissants, on essaye de masquer les erreurs du mercato d'été en comblant les places déficientes par l'une ou l'autre arrivée. Du côté des clubs en difficultés financières ou ne pouvant refuser une bonne vente, les supporters craignent souvent l'exode massif des joueurs marquants du premier tour.
...

Faire aussi bien qu'au premier tour, voilà une mission délicate pour Jacky Mathijssen et ses troupes. Et c'est sur les bords de la Riviera turque, à Belek, que l'on a façonné l'effectif carolo dans l'espoir d'aborder la deuxième partie de saison dans les meilleures conditions. On le sait, en cette période de marché hivernal, la chasse aux bonnes affaires fait tourner bon nombre de têtes. Chez les puissants, on essaye de masquer les erreurs du mercato d'été en comblant les places déficientes par l'une ou l'autre arrivée. Du côté des clubs en difficultés financières ou ne pouvant refuser une bonne vente, les supporters craignent souvent l'exode massif des joueurs marquants du premier tour. A Charleroi, on pense directement à la ligne médiane. Fabien Camus, Sébastien Chabaud, Majid Oulmers ont souvent submergé le milieu de terrain adverse. Dans le cas de Camus, plusieurs offres de clubs étrangers (Leverkussen, Steaua Bucarest, Monaco) ont atterri sur le bureau de la direction. Le prix de départ, fixé aux alentours des 4 millions d'euros, démontre toutefois l'ambition de garder la révélation zébrée et refroidit par la même occasion les candidats acquéreurs. Le secteur défensif s'est également montré à la hauteur avec seulement 17 buts concédés. Si Dante s'en est allé aider l'arrière-garde du Standard - qui n'a jamais su trouver la bonne combinaison avec ses renforts portugais ( Miguel Areias, Rogerio Mattias) - pour un montant proche du million d'euros, on ne voit pas comment l'organisation défensive pourrait vaciller avec ce seul départ. D'autant qu' Hemza Mihoubi devrait être le futur arrière gauche du Sporting (voir cadre). En attaque par contre, il y a de quoi se montrer circonspect. Cyril Théréau (parti en septembre) et ses trois réalisations en quatre matches détient toujours le plus grand capital de buts parmi les attaquants Camus est le seul à le devancer d'un petit but. Cette seule statistique met clairement en lumière les manquements offensifs. Qu'il s'agisse de Izzet Akgül (1 but en 3 matches), de Joseph Akpala (1 but en 7 matches), Orlando (1 but en...16 matches), Brice Jovial (0 but en 8 matches) ou de Habib Habibou (0 buts en 8 matches), aucun d'entre eux n'a répondu aux attentes. D'ailleurs, s'il était bien du voyage en Turquie, Habibou jouera les six prochains mois en D2 avec Tubize. Priorité à l'attaque donc pour ce mercato carolo. Si le rapatriement de Théréau, qui ronge souvent son frein sur le blanc au Steaua Bucarest, faisait figure de priorité, les décideurs du Sporting espèrent rééditer le même coup avec la venue de Jérémy Perbet. Tout comme Théréau, ce jeune attaquant français de 22 ans évoluait la saison dernière en National (l'équivalent de notre D3) à l'AS Moulins. Avec ce petit club, il brilla puisqu'il terminera meilleur buteur avec 23 buts en 31 matches. Cette efficacité n'est évidement pas passée inaperçue. Metz, Sedan, Strasbourg et même l'Udinese se sont montrés intéressés par ses services. Premier sur la balle, c'est le club alsacien qui a raflé la mise. À Strasbourg, il est confronté à une rude concurrence. Malgré les départs de certains routiniers, Strasbourg s'est doté d'une solide armada offensive de 7 éléments et vient de la renforcer avec la venue de Ali-Sami Yachir et de Papys M'Bodji. Face à cette abondance de biens, le nouvel attaquant de Charleroi, dont le contrat porte sur une location de six mois avec option d'achat, ne s'est attiré que rarement les faveurs du coach Jean-Pierre Papin. Un but en sept matches, des références qui contrastent avec celles de la saison précédente ! Pourtant, le staff du club alsacien croit dans les qualités de Jérémy. Pierre Ginestet, membre de la cellule de recrutement de Strasbourg et qui l'avait attiré au club, avance des caractéristiques attrayantes :" C'est un joueur de rectangle qui a d'indéniables talents de finisseur. Il dispose également d'un potentiel athlétique intéressant et ne rechigne pas à redescendre très bas pour récupérer le cuir. J'espère qu'il nous reviendra plus fort de son séjour en Belgique car sa marge de progression est importante. C'est un garçon atypique qui a échappé au cursus du centre de formation. À 17 ans, il n'était encore qu'en Division d'Honneur - NDLR- les Provinciales chez nous - à Puy-en-Velay, la ville où il est né ". Avant de passer de National à la L2, Perbet avait déjà connu l'antichambre de l'élite française pendant deux saisons avec Clermont Foot Auvergne. 60 rencontres et 9 buts : un bilan positif pour ce jeune venu de nulle part et placé occasionnellement au poste de milieu défensif. Benoît Tihy, toujours en place comme entraîneur à l'AS Moulins avait rapidement détecté son talent en herbe :" Grâce au temps de jeu qu'on lui a accordé, il a pu progresser et se sentir en confiance. C'est quelqu'un de très adroit et qui sent le but. Par contre, son jeu de tête est encore perfectible. Au-delà de l'aspect purement footballistique, Jérémy est quelqu'un à l'écoute avec qui il est très agréable de travailler ". Rappelons quand même, pour nuancer quelque peu ces élans d'optimisme, qu'à ce jour, Brice Jovial, le précédent transfuge offensif arrivé de Cannes fin septembre, est loin d'être un coup dans le mille... THOMAS BRICMONT