Qui aurait pu croire que le football français vaudrait un jour 1,153 milliard d'euros ? C'est pourtant le cas depuis 2018 et le nouveau contrat signé pour la période 2020-2024. Il prévoit le versement d'une somme annuelle de 1,153 milliard répartie entre plusieurs médias. Nouveau venu sur le marché français, Mediapro s'est octroyé l'essentiel des lots pour 780 millions...

Qui aurait pu croire que le football français vaudrait un jour 1,153 milliard d'euros ? C'est pourtant le cas depuis 2018 et le nouveau contrat signé pour la période 2020-2024. Il prévoit le versement d'une somme annuelle de 1,153 milliard répartie entre plusieurs médias. Nouveau venu sur le marché français, Mediapro s'est octroyé l'essentiel des lots pour 780 millions d'euros. BeIN Sports et Free se partagent les restes. Problème : le groupe audiovisuel espagnol est censé créer une chaîne et une formule d'abonnement. Sauf que, à quelques mois du début du nouveau contrat, rien ne filtre. Les responsables du foot français et la presse s'inquiètent de cette inaction. Plusieurs personnalités, dont Pierre Maes, spécialiste belge des droits télé, ont évoqué un manque de garantie bancaire qui pourrait compliquer l'accord noué avec la LFP. Dans LeParisien, Maes a rappelé que " Mediapro applique une formule appelée la greatest fool theory : J'achète les droits et je trouve un plus con que moi pour me les racheter plus cher... ". Jaume Raures, le patron de Mediapro, a répliqué que le groupe tiendrait ses engagements. La conséquence de cette surenchère nationale a un impact international. En France, l'appel d'offres pour le prochain contrat de diffusion de la Champions League (2021-2024) a déjà été lancé. Actuellement, Altice-SFR paie 350 millions d'euros par an, soit le double du précédent contrat obtenu BeIN Sports et Canal+, et diffuse les matches via RMC Sport. Ce qui fait de la France l'un des marchés qui rapporte le plus pour l'UEFA. Vu la multiplication des acteurs, la rivalité entre eux et l'arrivée de nouveaux intervenants comme Mediapro, l'UEFA espère encore faire grossir la poule aux oeufs d'or. Surtout que le groupe espagnol s'est déjà déclaré candidat, espérant davantage rentabiliser la chaîne qu'il veut créer en France...