La buse triple est pour l'International Board (IFAB) : comme d'hab, fallait pas s'attendre à de novatrices ordonnances lors de son annuelle réunion décisionnelle début mars. Une dizaine de points étaient à l'agenda, mais un seul génère un changement,... et tout le reste rejoint les calendes grecques !
...

La buse triple est pour l'International Board (IFAB) : comme d'hab, fallait pas s'attendre à de novatrices ordonnances lors de son annuelle réunion décisionnelle début mars. Une dizaine de points étaient à l'agenda, mais un seul génère un changement,... et tout le reste rejoint les calendes grecques ! Seul titre dans la presse, donc : L'IFAB autorise les couvre-chefs ! Après deux ans d'expérience-pilote via footballeuses de terre musulmane, l'IFAB tolérera désormais un bonnet (strict, sobre)... même chez les hommes, pour éviter la discrimination ! Certains râlent sec, dont la fédé française, ce bonnet footeux étant né d'une obédience à l'islam : l'aspect sportif l'emporte ainsi sur le principe de laïcité, pourtant allusif dans la Loi 4 (1). Bof. Françaises, Français, pas de quoi avoir la tête près du bonnet (2), impossible de filer carton rouge à toutes les évocations religieuses : les uns sollicitent Allah en gros plan avant chaque match, d'autres se signent pour Jésus dès qu'ils sortent du terrain... Sur ce, rideau : c'était la seule décision 2014 et elle ne révolutionnera pas le jeu ! Inflexible, l'IFAB a refusé d'expérimenter le recours à la vidéo en cas de litige, pour autre chose que le franchissement de la ligne de but : dommage, notre Pro League s'était même proposée testeuse en juillet dernier ! Et tous les autres points de l'agenda ont été reportés, l'IFAB ayant un nouvel outil pour faire traîner les choses : elle a chipoté son statut d'indépendance en janvier avec la bénédiction de la FIFA, et peut dorénavant refiler toute nouvelle suggestion à deux comités de conseilélargis, un comité technique et un comité football. Elle ne s'en est donc pas privée : ces comités (... qu'il faut encore constituer !) donneront leur avis en 2015 sur l'exclusion temporaire et les remplacements tournants dans le foot amateur, sur les puces à porter par les pros pour mesurer leurs performances, sur les problèmes du hands intentionnel... ou sur la fameuse triple peine ! Ah, cette triplette péno-exclusion-suspension, sévère jusqu'à l'injustice aux yeux de beaucoup : elle est au menu de l'IFAB depuis 2010 sans avoir avancé d'un pouce ! D'abord, elle porte mal son nom, c'est une double peine, car nul n'est besoin du feu vert de l'IFAB pour supprimer la suspension : ce qu'entraînent les cartons rouges directs ne dépend pas des Lois du Jeu, chaque fédé étant libre de sanctionner le cartonné à sa guise...et pouvant juger l'exclusion suffisante ! Ensuite, j'ai un truc à proposer pour aboutir à une simple peine suffisamment punitive : au moment où le penalty est sifflé, l'arbitre ne brandit rien du tout au fautif ! MAIS APRÈS le botté, il lui brandit jaune s'il y a but, et ne lui fourgue rouge QUE si le péno a été raté ! Là, vous me riez au nez sous prétexte que pareille farfeluterie ne trouvera jamais grâce aux yeux des vieux sérieux du Board. Mais c'est là qu'est l'astuce : car une sanction similaire figure déjà dans les Lois du Jeu. En fin de Loi 12, il est question d'une occasion de but manifeste qu'un attaquant parvient à se ménager par une longue course vers le but, malgré le hands préalable d'un défenseur ou malgré une faute meurtrière à laquelle il a résisté : si l'arbitre a appliqué la règle de l'avantage, le défenseur sera ensuite exclu au cas où l'attaquant a loupé son coup, mais ne sera ensuite qu'averti au cas où l'attaquant a mis la balle au fond ! La peine à options est donc déjà présente au creux du règlement ! 1. L'équipement obligatoire ne doit présenter aucune inscription religieuse, l'équipement supplémentaire éventuel ne doit servir qu'à protéger l'intégrité physique... 2. ...peux pas m'empêcher !" L'International Board autorise les couvre-chefs : pas de quoi avoir la tête près du bonnet."