Aujourd'hui intégrée au Swatch Group, Certina se place dans ce qu'il est convenu d'appeler la gamme moyenne. Si ce positionnement modeste est l'une des clés du succès commercial actuel de la marque, il ne rend pas forcément justice à son très beau parcours.
...

Aujourd'hui intégrée au Swatch Group, Certina se place dans ce qu'il est convenu d'appeler la gamme moyenne. Si ce positionnement modeste est l'une des clés du succès commercial actuel de la marque, il ne rend pas forcément justice à son très beau parcours. Née en 1888, cette maison suisse a commencé par fabriquer des mouvements avant de produire des montres de poche réputées pour leur fiabilité. En 1936, l'entreprise choisit de s'appeler Certina - du latin certus (ce qui est sûr). La dénomination se révéla particulièrement pertinente à l'aube des années 60, quand la marque présenta son concept DS (double sécurité). Ce système consiste à suspendre le mouvement dans un boîtier à fond renforcé muni de plusieurs joints spécifiques afin d'assurer une parfaite étanchéité et une plus grande résistance aux chocs. Ce choix technique, toujours d'actualité, prédisposait Certina à se faire une place au soleil dans le domaine sportif. Au fil des années, nombre de champions ont vu leur nom associé à la marque, comme le légendaire boxeur Muhammad Ali, le pilote moto Mike Doohan, le pilote de rallye Petter Solberg, sans oublier un partenariat officiel en F1 avec le team BMW Sauber depuis 2005. Aujourd'hui, Certina affirme être N°1 mondial des ventes de montres sport dans son segment de prix (de 250 à 1.000 euros). Ce résultat est obtenu grâce aux modèles des collections DS dont la Podium GMT est l'une des plus récentes nouveautés. Boîtier en acier brossé de belle taille (42mm), contrastes élégants des surfaces, alternativement satinées et polies, cadran argenté satiné soleil : ce nouveau chronographe capable aussi d'afficher l'heure dans deux fuseaux horaires différents affiche un visage très séduisant. Certes, les puristes de l'horlogerie mécanique regretteront le choix d'une motorisation quartz. Mais c'était sans doute la seule option possible pour offrir un tel niveau de sophistication à un prix situé sous le seuil des 500 euros. Clair et fonctionnel, le cadran de cette montre présente une configuration originale mariant souci d'esthétique et sens pratique. Les compteurs de chronographe (12 heures et 60 minutes) habituellement distincts se retrouvent réunis ici sur un seul indicateur situé à 3 h. Du coup, l'affichage du second fuseau horaire trouve tout naturellement sa place côté opposé ; la lecture sur 24 heures du home time est facilitée par la présence d'une large aiguille blanche surlignée d'un trait rouge, et l'indication jour/nuit (blanc/noir) sur le pourtour du petit cadran. Restait à caser la date, souvent le " détail qui tue ", même sur les montres les plus chères. On n'en admire que plus la solution élégante trouvée par Certina : un guichet à 6 h, découpé dans le compteur de la petite seconde. Finalement, seule la trotteuse du chronographe occupe sa position habituelle, au centre. De quoi ne pas être totalement dépaysé, même en terre inconnue. Prix : 415 euroPAR PATRICK DELAROCHE