La statistique est éloquente : en l'emportant 1-3 à l'extérieur, Saint-Etienne a 98 % de chances de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe UEFA où le Milan AC pourrait être au rendez-vous.
...

La statistique est éloquente : en l'emportant 1-3 à l'extérieur, Saint-Etienne a 98 % de chances de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe UEFA où le Milan AC pourrait être au rendez-vous. Et Saint-Etienne ne s'est pas imposé n'importe où. A l'Olympiakos. Là où le Hertha Berlin avait lourdement chuté (4-0) et où Benfica avait coulé (5-1). En première mi-temps, les Stéphanois ont développé un football de classe européenne, avec un jeu rapide, technique et au sol. Après une disette européenne de 26 ans, le retour sur le devant de la scène est donc réussi. " On comble notre manque d'expérience européenne par beaucoup d'enthousiasme et de spontanéité ", affirme l'entraîneur Alain Perrin. " En Coupe de l'UEFA, l'équipe joue sans complexe, ni pression de résultats ", expliquait le défenseur Stathis Tavlaridis. " Il ne faut pas oublier que notre groupe est jeune. " Cette saison, l'ASSE est toujours invaincue sur la scène européenne. " En Ligue 1, il est très dur de produire notre jeu. En UEFA, on rencontre des équipes qui se projettent vers l'avant ", renchérit Geoffrey Dernis dans le quotidien Le Progrès, " Cela nous laisse des espaces pour développer notre football. Nous avons une équipe qui joue au ballon. " Car cette situation est en totale opposition avec le classement affiché en L1. Depuis le début de la saison, les Verts flirtent avec la zone de relégation dans laquelle ils se retrouvent aujourd'hui. Car, malgré les bonnes performances de décembre, Saint-Etienne, cinquième budget de L1, est toujours dans la zone rouge. Perrin a fêté ses 100 jours à la tête de l'équipe et après avoir redonné des couleurs à cette formation, il n'a pu l'extirper des bas-fonds. " S'il y eut un effet Perrin, il fut immédiat mais pas durable ", a écrit L'Equipe. Son bilan n'en est pas moins meilleur que celui de son prédécesseur (une moyenne de 1,27 point contre 0,77 à Laurent Roussey). Il a intensifié les entraînements, redonné une chance à certains joueurs et puisé dans le centre de formation. Mais son groupe manque de planche. Ce qu'il déplore quelque peu. LYON, PSG, Marseille sur le podium. Rien d'extraordinaire ? Si. Pour la première fois de l'histoire de la L1, les trois premières places étaient occupées par les trois plus gros budgets du championnat (et accessoirement, les trois plus grandes villes de France). Ceci étant Lyon a vu ses résultats financiers chuter. L'action de l'OL a baissé de 60 % en un an et le club affiche un déficit de 2,4 millions d'euros pour le premier semestre de l'exercice 2008-2009. YOHANN PELé, le gardien manceau prometteur, a été écarté de l'équipe contre Toulouse avant de refuser de jouer contre Nice. Motif invoqué : blessure au mollet. Mais ce serait plutôt une vive discussion avec ses dirigeants qui l'aurait conduit en tribunes. Serait-ce parce qu'il ne désire pas prolonger son contrat qui arrive à échéance en juin ? En attendant, il était dans les buts à Marseille. PEGUY LUYINDULA, l'attaquant du PSG, a été élu joueur du mois de janvier. Ligue 1 - Prolongation de contrat pour Mathieu ? JéRéMY MATHIEU, le médian gauche de Toulouse, a reçu une proposition de prolongation de contrat. Il est courtisé par Bordeaux, le PSG et l'AS Rome et est libre en juin. CAMEL MERIEM, le milieu de Monaco qui s'est occasionné une blessure au ménisque, a effectué son retour dans le noyau. STéPHANE VANDE VELDE