On l'appelait Pedrito. Désormais, il faudra le nommer Pedro. Choix marketing du Barça ou symbole de la naissance de ce nouvel espoir, issu du centre de formation de la Masia, dans la lignée des Carles Puyol, Victor Valdès, Xavi ou AndresIniesta ? Car, non content d'aligner des stars, Barcelone a aussi décidé de sortir au moins une pépite par an. Cette année, elle a surpris tout son monde. Seuls les proches de Josep Guardiola s'y attendaient.
...

On l'appelait Pedrito. Désormais, il faudra le nommer Pedro. Choix marketing du Barça ou symbole de la naissance de ce nouvel espoir, issu du centre de formation de la Masia, dans la lignée des Carles Puyol, Victor Valdès, Xavi ou AndresIniesta ? Car, non content d'aligner des stars, Barcelone a aussi décidé de sortir au moins une pépite par an. Cette année, elle a surpris tout son monde. Seuls les proches de Josep Guardiola s'y attendaient. Pedro (de son vrai nom Pedro Rodriguez Ledesma) noue une vraie relation de confiance avec son entraîneur. C'est sous sa direction qu'il a percé au Barça B, poussant son équipe vers la deuxième division avant de continuer sur sa lancée en inscrivant 17 buts en 17 matches. C'est donc tout naturellement que Guardiola a décidé d'inclure ce jeune dans le groupe pro. Malgré sa petite taille (1m69) et un âge déjà un peu avancé (21 ans lorsqu'il intègre le groupe pro). Après quelques bribes de match lors de " l'année historique ", le voilà qu'il éclate au grand jour dès l'entame de la compétition actuelle. Un assist et un but lors de la Supercoupe d'Espagne, dans l'antre de San Mames. Et il remet cela une semaine plus tard, en offrant, dans les prolongations, la Supercoupe d'Europe face au Shakhtar Donetsk. L'histoire était en marche car en marquant un but (le 3e) face aux Mexicains d'Atlante lors du Championnat du Monde des Clubs, Pedro devenait, à 22 ans, le premier joueur à avoir inscrit un but dans six compétitions différentes lors de la même saison ! Au sein de l'effectif blaugrana, Pedro, surnommé PR17 présente un profil rare : celui d'ailier gauche. En concurrence avec Thierry Henry, il est en train de faire petit à petit de l'ombre au Français. Au point de le repousser de plus en plus souvent sur le banc. Ses statistiques parlent pour lui : six buts en 11 titularisations en Liga, 15 buts toutes compétitions confondues. Et le lutin a également pris la fâcheuse habitude d'être décisif. Outre les deux buts en Supercoupe, c'est lui qui scella le sort d'Almeria (1-0) lors de la 6e journée et de Gijon (0-1), il y a dix jours. " Il a marqué dans tous les matches importants et si on regarde les matches remportés sur un score serré par Barcelone, on remarque que Pedro est davantage décisif que Lionel Messi ou Zlatan Ibrahimovic ", expliquait la semaine passée l'éditorialiste d' El Mundo Deportivo. Grâce à sa vitesse et sa technique (il est l'attaquant barcelonais qui perd le moins souvent le ballon), Pedro a donc convaincu Guardiola de lui offrir son premier contrat pro en août dernier. Et preuve de la confiance qu'il lui octroie, le club catalan a fixé la clause de départ à 75 millions. " Il a fallu moins d'une année pour que Pedrito devienne Pedro et que celui-ci se mue en Don Pedro ", rajoutait El Mundo Deportivo. " Mais il faudra bientôt parler de lui comme des Pedrodollares tellement il a prouvé que la Masia était bien un puits de pétrole sans fin. Pourtant, il a dû vivre la frustration de son employeur face à son impuissance à attirer Franck Ribéry, la comparaison avec Titi Henry et la rumeur Robinho. Aujourd'hui, il a acquis le droit qu'on croie en lui. " En un an, ce natif des Iles Canaries, arrivé à Barcelone en 2004 en droite ligne du petit club de San Isidro, a pris de l'ampleur. Tant dans les médias que dans son jeu. " Il a beaucoup plus de sang-froid qu'en début de saison. Et il s'étoffe. Il a marqué du pied, en volée, et même de la tête en finale du mondial des clubs contre Estudiantes ", continue El Mundo Deportivo. Ce but égalisateur en finale du Mondial des clubs aura clôturé une année formidable. " Il tournait en boucle sur les chaînes locales. Cela faisait bizarre ", expliqua Pedro à son retour en Catalogne. Aujourd'hui, le monde entier le découvre. Mais en bon élément de la Masia, il reste discret, lui qui partage un appartement avec un autre espoir du club, Jeffren, originaire comme lui de Ténériffe. En Espagne, les médias lui consacrent désormais leur unes et le débat porte sur sa présence ou non en sélection nationale. Un homme discret est un homme modeste. Alors, Pedro ne revendique rien. Il ne pense pas encore être capable de se frayer une place dans La Roja mais le sélectionneur Vincente Del Bosque y réfléchit sérieusement. " Il pourrait être du voyage à la Coupe du Monde ", a-t-il lancé au quotidien catalan Sport. par stéphane vande velde - photo: reuters"Dans les matches serrés remportés par Barcelone, il est plus décisif que Messi ou Ibrahimovic."