Aaahhh, les nouveaux Maîtres du monde. De cette planète qui les a vus naître au bon endroit. Rien de plus. Sous leurs pieds de quoi redéfinir la marche de l'humanité. Oligarques, investisseurs chinois, pétrodollars, gazodollars et donc le Qatar.
...

Aaahhh, les nouveaux Maîtres du monde. De cette planète qui les a vus naître au bon endroit. Rien de plus. Sous leurs pieds de quoi redéfinir la marche de l'humanité. Oligarques, investisseurs chinois, pétrodollars, gazodollars et donc le Qatar. Ce pays où le foot déchaîne... l'indifférence. Ce pays où l'on paie les spectateurs pour qu'ils se rendent au stade. Ce pays où les clubs organisent des tombolas à la mi-temps des matchs. Les lots ? Des voitures. Le résultat ? Une fois le tirage fait, tout le monde se casse. Quand les joueurs remontent sur la pelouse pour le deuxième acte, il n'y a plus personne dans les tribunes. Par contre, il y a actuellement du monde au balcon de l'indignation. Qu'ils payent 220 M? à Neymar, ça les regarde. Ils les ont, ils savent pourquoi ils les donnent. Ce qui est indécent, c'est la manière. Ce montage financier. Un gros " FUCK " aux institutions du foot. Qui, en fait, n'instituent plus grand-chose. Elles organisent. C'est tout. Ah oui, aussi, de temps en temps, elles se mettent la tête dans le sable. Les nouveaux Maîtres du monde sont clairs. " On vous emmerde. On fait ce qu'on veut sur cette terre. Elle est ronde comme un ballon. Ça, on peut rien y faire. Mais si un jour on veut que les ballons soient carrés, on le fera. On fait ce qu'on veut puisque tout le monde joue le...jeu. " On l'avait bien compris avec l'attribution de la Coupe du Monde 2022. Car pour ceux qui voudraient clouer Neymar sur la face sombre d'un oléoduc, je rappelle que d'autres, et non des moindres, se sont vendus à la cause qatarie. Notamment le virtuose des terrains devenu roi des chefs d'orchestre. Zizou en personne a palpé des millions de dollars pour être l'ambassadeur du Qatar. Zidane, roi des palmarès, magnifique usine à gaz et roi du pétrole. Faut pas avoir la mémoire courte. D'ailleurs, on n'oublie pas, non plus, le bonheur que donnait Zinédine balle au pied. Comme celui que Neymar va encore donner durant de longues années. Ça a un prix inestimable. Celui de l'émerveillement, de stimuler l'imaginaire jusqu'à en rendre des millions de vie plus belles. Faut pas charger les joueurs qui touchent ce qu'on veut bien leur donner et qui rapportent souvent plus. Et puis, si l'on compare avec le reste du monde. C'est mieux ? Que font les politiques ? Que ce soit à l'Europe, au fédéral ou aux régions pour que le poison ne se répande pas dans nos assiettes ? Qui vend son âme, ses convictions et l'avenir de nos enfants ? Des humains qui ne font rêver personne. Tiens, dans un autre registre, il y a Kim Kardashian qui dribble le néant de sa vie en faisant de l'argent. Là aussi, on comprend mal, mais il y a un public qui paie pour faire du cauchemar de leur vie un rêve à la hauteur du monde qu'on leur propose. Sur les trois dernières années, elle a gagné plus que Neymar. Tout comme Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Roger Federer ou encore LeBron James pour parler sport. Et beaucoup moins que le champion toute catégorie Floyd Mayweather. Côté musique, Beyoncé, Katy Perry, JayZ, Rihanna ou encore Justin Bieber font beaucoup mieux que lui. Tout comme les " stars " du cinéma JackieChan et Vin Diesel. C'est bizarre, quand c'est un footeux on s'indigne... Pourtant tous ces " artistes " bénis par leur talent sont souvent généreux. En toute discrétion. Il y en a un autre qui a décidé de faire dans le moins discret. Pour la bonne cause. Un géant d'1m69. Un homme avant tout. Qui passe son temps libre dans les musées. Ou encore guidé par sa soeur, il parcourt le monde pour aider. Il se nomme Juan Mata. Il fait partie du foot business. Il veut s'en servir pour faire du foot un business qui fait du bien. Son projet ? Convaincre 10 autres footeux de faire comme lui. Reverser 1 % de leurs revenus à un fonds collectif nommé Common Goal. Programme de bienfaisance initié par le Streetfootballworld. Il veut faire un 11 de base qui rend à la " base " un espoir de vie. " Tout le monde est le bienvenu. Coaches, joueurs masculins, féminins. Fédérations, FIFA, UEFA. " On va suivre cela de près. En attendant Mata, tu es un Don Juan qui nous redonne l'amour. PAR FRÉDÉRIC WASEIGE