Le 6 mars, Dominic Calvert-Lewin a été récompensé de sa forme. Le manager technique néerlandais Marcel Brands a prolongé son contrat, valable jusqu'en 2023, de deux ans. L'ancien international junior poursuit son développement. Il a commencé à marquer à la chaîne la saison passée, subitement, et il s'est fait un nom en Premier League. Il était jusque-là considéré comme un ta...

Le 6 mars, Dominic Calvert-Lewin a été récompensé de sa forme. Le manager technique néerlandais Marcel Brands a prolongé son contrat, valable jusqu'en 2023, de deux ans. L'ancien international junior poursuit son développement. Il a commencé à marquer à la chaîne la saison passée, subitement, et il s'est fait un nom en Premier League. Il était jusque-là considéré comme un talent potentiel, incapable de traduire concrètement sa réputation en buts et en assists. Début mars, Calvert-Lewin avait déjà marqué treize buts en 26 matches, mais il en avait marqué huit dans les dix dernières rencontres. Il s'est épanoui suite à l'arrivée du manager italien Carlo Ancelotti, le 21 décembre dernier. Celui-ci a signé pour quatre ans et demi avec le second club de Liverpool. Il a remis le club sur les rails, avec un football de qualité et des buts. " Il est plus facile d'y croire depuis qu'il tient le gouvernail ", raconte Calvert-Lewin (1m87). " J'ai prouvé que je méritais le numéro neuf et je peux encore faire mieux pour ce club que j'aime tant. " Calvert-Lewin, droitier, a été transféré en 2016 de Sheffield United pour 1,8 million d'euros. Depuis, sa valeur marchande est estimée à quelque 24 millions d'euros. Il a réussi son premier hat-trick contre West Bromwich Albion, d'un crochet, d'un tir simple et d'un coup de tête. Il est le plus jeune footballeur d'Everton à y parvenir. Il avait déjà marqué le but de la victoire lors de la première journée, à Tottenham, et est en tête du classement des buteurs avec quatre réalisations, ex-æquo avec Heung-min Son ( Spurs). Calvert-Lewin dispose en James Rodriguez d'un coéquipier qui l'approvisionne parfaitement. Par ailleurs, Everton n'avait plus pris un départ aussi bon, avec six points sur six, depuis huit ans. Goodison Park se met à rêver. l frédéric vanheule