Tout prédisait au sélectionneur français, Raymond Domenech, une sortie prématurée. Il a finalement été maintenu. La réaction d'orgueil des joueurs français, menés 2-0 en Roumanie mais arrachant le partage malgré tout (2-2), a plaidé en faveur du coach. Si Domenech avait été saboté ou lâché par ses joueurs, jamais la France ne serait revenue au score. La presse française qui, toute la semaine durant, avait quasiment déjà adoubé son successeur, a donc dû faire marche arrière. " Il faut tout de même avoir le cuir dur pour avoir traversé tant de lignes ennemies sans mourir sous les flèches ", écrivait L'Equipe.
...

Tout prédisait au sélectionneur français, Raymond Domenech, une sortie prématurée. Il a finalement été maintenu. La réaction d'orgueil des joueurs français, menés 2-0 en Roumanie mais arrachant le partage malgré tout (2-2), a plaidé en faveur du coach. Si Domenech avait été saboté ou lâché par ses joueurs, jamais la France ne serait revenue au score. La presse française qui, toute la semaine durant, avait quasiment déjà adoubé son successeur, a donc dû faire marche arrière. " Il faut tout de même avoir le cuir dur pour avoir traversé tant de lignes ennemies sans mourir sous les flèches ", écrivait L'Equipe. Mais qu'est ce qui a bien pu pousser le conseil fédéral, pourtant persuadé quelques jours plus tôt de limoger Domenech, incapable de réaliser le 5 points sur 9 fixé par la Fédération, de voter unanimement (19 voix pour, 1 abstention) le maintien de du sélectionneur jusqu'au terme de la campagne ? Il y a d'abord eu le soutien, tant en paroles qu'en actes, de tous les joueurs du noyau. Thierry Henry trouvait aberrant de se séparer d'un coach après seulement trois matches. Franck Ribéry s'est arraché sur le terrain pour sauver la tête de celui qui l'a introduit chez les Bleus peu avant le Mondial 2006. Il y a ensuite la tactique mise en place par Domenech tant en Roumanie que contre la Tunisie (3-1), en match amical. " Une équipe est née juste avant qu'il ne soit trop tard pour lui et l'évidence est qu'il a joué un rôle majeur dans ce basculement, en prenant tous les risques (...) comme la titularisation de Yoann Gourcuff. Son coaching inefficace à l'Euro est redevenu décisif et ses choix offensifs sont clairs ", rajoutait L'Equipe. Et puis, il y a également la configuration du groupe dans lequel la France a été jetée : l'Autriche et la Lituanie ont calé, ce qui la laisse en course. Tout cela a joué en faveur de Domenech, qui ira jusqu'à la fin de son contrat, en juin 2010. " Il n'y aura plus d'arrêts sur image ", a déclaré le président de la fédération française Jean-Pierre Escalettes. " Il aurait été criminel de tout bouleverser maintenant que la machine est lancée ". YOANN GOURCUFF a pris une toute autre dimension en éclatant, tant avec les Bleus qu'avec Bordeaux, ce mois-ci. A ce point que le voilà courtisé par l'Europe entière. Prêté par Milan à Bordeaux, il pourrait retourner en Italie, si on en croit le club lombard. Mais celui-ci n'a plus les cartes en main car Bordeaux possède une option d'achat fixée à 15 millions d'euros. Il suffit donc aux Girondins de la lever au mois d'avril. ANDRE-PIERRE GIGNAC, l'attaquant de Toulouse, a été élu joueur du mois de septembre devant son équipier, le médian Etienne Didot, et de KarimBenzema, l'attaquant de Lyon. FRANçOIS FILLON, le Premier ministre français a lancé l'idée d'arrêter un match lorsque la Marseillaise serait sifflée, comme cela fut le cas en match amical contre la Tunisie. LA LIGUE 1 a évité la grève. Le syndicat des joueurs et les représentants des clubs ont trouvé un accord pour la composition des représentants au conseil de la Ligue. MATHIEU BODMER, le médian de Lyon, était absent contre Lille en raison de problèmes aux adducteurs. Le défenseur ghanéen JohnMensah, qui est sorti en fin rencontre, s'est occasionné une déchirure aux adducteurs et sera forfait en Ligue des Champions contre le Steaua. KEVIN MIRALLAS, désormais à Saint-Etienne, a effectué sa première apparition sous son nouveau maillot : l'avant est monté au jeu à la 53e face à Nantes. ROLAND LAMAH a inscrit son deuxième but de la saison lors de la victoire du Mans face à Nancy (2-0). YANNICK BOLI, jeune attaquant du PSG, a été prêté au Havre, actuellement lanterne rouge de Ligue 1. STéPHANE VANDE VELDE