En tant que footballeur, vous disposez de beaucoup de temps libre. Vous ne vous ennuyez jamais ?

Dimitri de Condé (27 ans, Lommel) : Certainement pas, j'ai toujours quelque chose à faire. Nous allons voir des amis ou la famille. En été, je joue au tennis et nous avons aussi acheté une voiture ancêtre. Comme cette voiture est prévue pour deux personnes, nous roulons moins depuis la naissance de Sean. Bien sûr, nous consacrons beaucoup de temps à notre fils mais c'est un choix réfléchi que nous avons fait. C'est un plaisir de le voir grandir et nous passons vraiment des moments très agréables en sa présence.
...

Dimitri de Condé (27 ans, Lommel) : Certainement pas, j'ai toujours quelque chose à faire. Nous allons voir des amis ou la famille. En été, je joue au tennis et nous avons aussi acheté une voiture ancêtre. Comme cette voiture est prévue pour deux personnes, nous roulons moins depuis la naissance de Sean. Bien sûr, nous consacrons beaucoup de temps à notre fils mais c'est un choix réfléchi que nous avons fait. C'est un plaisir de le voir grandir et nous passons vraiment des moments très agréables en sa présence. Père de famille, vous y pensiez depuis longtemps ?En fait, non. Je n'avais même jamais pensé être si proche des enfants. J'ai fort changé sur ce point-là!Une belle maison et une belle voiture, est-ce important pour vous ?Pas autant qu'il y a quelques années. J'aime toujours bien, mais ce n'est pas cela qui prime. Quand vous avez un enfant et qu'un deuxième est en vue, l'aspect matérialiste n'est plus important. Nous avons une voiture familiale et louons une maison. Nous ne voulons pas mettre tout notre argent dans des choses matérielles. Nous préférons plutôt profiter de la vie, aller au restaurant ou en voyage.Vos vacances préférées ?Ellen et moi sommes des grands fans de Walt Disney. Je suis déjà allé neuf fois au parc d'attractions de Marne la Vallée et Ellen encore davantage. Aux Etats-Unis aussi, nous étions déjà allés à Disneyland. Lorsque les enfants auront grandi, nous revisiterons certainement cet univers fabuleux.Quelle fut la décision la plus difficile que vous ayez dû prendre ?Je n'en ai pas la moindre idée. Je ne me fais pas de mouron généralement. Je suis d'un naturel plutôt calme, difficile à fâcher et qui prend les choses comme elles viennent. La santé de la famille est peut-être une des seules choses qui puisse me tenir éveillé la nuit. En six mois, j'ai perdu trois membres de la famille et notre chien. Là je me pose des questions. Et après un mauvais match, j'ai aussi difficile à trouver le sommeil.Voudriez-vous un nouvel animal domestique ?Ma femme et moi sommes des inconditionnels des chiens et donc je pense que tôt ou tard nous en aurons un nouveau. Mais nous souhaitons que les enfants soient plus grands. Pour nous, un chien est un membre de la famille à part entière et, pour le moment, nous ne saurions pas lui consacrer assez de temps. Notre race favorite est le dogue allemand alors, vous voyez, ce n'est pas vraiment le genre caniche! Cette race est normalement amitieuse envers les enfants mais il faut tout de même rester vigilant.Que voudriez-vous absolument faire s'il vous restait un jour à vivre ?Simplement passer cette journée auprès des miens, de la famille. Je n'irais pas tout seul quelque part. A long terme, sur le plan sportif, je souhaiterais également retrouver le niveau qui fut le mien et je compte bien rester à Lommel pour y arriver. Sur le plan privé, il y a des chances que je rejoigne le business familial - une centrale de pneus - après ma carrière sportive.Qu'est-ce que vous auriez, après coup, fait différemment dans votre vie ?J'aurais aimé dépenser moins d'argent pour des choses très matérielles pendant mes premières années de footballeur pro. A ce moment-là, vous en profitez et vous en avez du plaisir, mais avec le recul, j'aurais fait autrement. J'aurais aussi aimé rencontrer mon grand-père mais là il s'agit d'un regret éternel puisqu'il est décédé juste avant ma naissance.Croyez-vous en une vie après la mort ?Je pense qu'il y a autre chose, oui. Selon moi, tout ne s'arrête pas avec la mort. J'ai reçu une éducation catholique et je suis croyant, bien que je ne sois pas un assidu de la messe dominicale.Votre vie serait-elle différente si vous ne viviez pas avec un footballeur professionnel ?Ellen Adriaensens (22 ans): Bon, c'est vrai qu'on s'adapte toujours un peu à ses obligations. On se lève et on va dormir en pensant football. Mais je ne m'imagine pas ma vie autrement. J'étais très jeune lorsque j'ai rencontré Dimitri. Je n'ai donc pas connu autre chose. Nous sommes ensemble depuis cinq ans et demi et avons rapidement emménagé. L'argent et le luxe, est-ce important pour vous ?Pas extrêmement important. Il est agréable de ne pas être à court d'argent, mais l'argent seul ne fait pas le bonheur. Au niveau vestimentaire, j'ai en effet eu une période où j'y consacrais beaucoup d'argent mais cette période est passée. La plus grande partie de notre budget va à notre enfant actuellement. Une maison ne doit pas être non plus très grande ou très chic pour moi. Il faut après tout voir qu'il y a de la vie à l'intérieur. Il peut donc y avoir un peu de désordre.Quelle est la dernière chose pour laquelle vous ayez dépensé de l'argent ?Nos vélos ! Je pensais que l'on pouvait trouver des vélos neufs pour 125 euros, mais apparemment ce n'est vraiment pas le cas !Est-tu fan de football ?Quand j'ai rencontré Dimitri, absolument pas. J'ignorais tout de ce sport. Entre-temps, les choses ont changé. Ne me dites pas que je dois rester à la maison quand Dimitri joue, je ne pourrais pas. J'assiste à toutes les rencontres, à domicile comme à l'extérieur. Lorsque j'ai accouché, j'ai bien évidemment raté des matches.Quelles sont vos occupations quotidiennes ?Actuellement, je consacre la plupart de mon temps à notre fils. En dehors de cela, j'ai aussi suivi un cours pour pouvoir mettre des faux ongles, mais j'ai dû arrêter à cause de ma grossesse. J'accouche en novembre prochain et le bébé se trouve déjà trop bas. Les médecins me conseillent donc de beaucoup me reposerPlus tard, vous souhaiteriez travailler ?Certainement, car je tiens difficilement en place. Je dois toujours rester active.Quels sont les qualités et les défauts de Dimitri ?Il est un père formidable ! Il reste aussi très calme. Parfois, cela m'énerve lorsqu'il reste impassible pendant une discussion animée. Un petit défaut, c'est qu'il ne défend pas toujours tout haut ce qu'il pense vraiment. Il viendra bien me dire son avis mais cela en reste là. J'ai alors envie de lui dire : -Alors ? Exprime-toi ! Mais il ne trouve pas cela nécessaire. Pour qui éprouvez-vous du respect ?J'ai toujours eu énormément de respect pour mon grand-père. Nous faisions des activités ensemble et étions très liés. Lorsqu'il est décédé il y a quelques mois, cela m'a fait un choc. C'était mon dieu. Il a toujours été le seul qui pouvait me gronder et que j'écoutais.Comment Dimitri peut-il te surprendre ?(Elle rit) Oui, c'est vrai. Il ne me fait pas vraiment des surprises, il n'est pas très romantique. Lorsque j'évoque ce sujet, il me répond toujours : -Que préfères-tu ? Un homme qui arrive avec une rose et te trompe, ou un homme dont tu ne reçois pas de fleurs mais qui t'est fidèle? Parfois, je dois déplorer le fait qu'il ne soit pas romantique. La seule fois où il m'a spontanément acheté des fleurs, j'ai commencé à pleurer (elle rit).Es-tu très jalouse ?Oui ! Mais ce n'est pas vraiment un problème, étant donné que Dimi n'est pas quelqu'un qui veut attirer l'attention des filles. Certainement pas des blondes, à moins que je les connaisse. Lorsque nous sommes attablés à une terrasse et que je le vois regarder une blonde, là je suis jalouse. Je pense d'ailleurs qu'une jalousie, tant qu'elle reste saine, est nécessaire dans une relation de couple.Dimitri est-il coquet ?Oui. Chaque matin, il me demande si ses cheveux sont bien coiffés, si ses vêtements sont assortis. Dimitri a d'ailleurs un goût vestimentaire assez particulier. Il aime bien tout ce qui est spécial.Ilse Peleman