Si, au cours des dix dernières années, le poste de médian gauche n'a jamais posé le moindre problème d'occupation à Anderlecht, celui de milieu droit, par contre, s'est révélé souvent un véritable casse-tête. Au point que le président d'honneur des Mauves, Constant Vanden Stock, aura regretté plus d'une fois d'avoir cédé trop vite un certain Gert Verheyen à la concurrence brugeoise. Un footballeur qui n'était pas parvenu à faire son trou, sur cette portion du terrain, au Sporting, au début des années nonante mais qui n'en finit pas, depuis lors, de faire aussi bien le bonheur du Club que des Diables Rouges où il fait également figure d'incontournable depuis l'arrivée de Robert Waseige.
...

Si, au cours des dix dernières années, le poste de médian gauche n'a jamais posé le moindre problème d'occupation à Anderlecht, celui de milieu droit, par contre, s'est révélé souvent un véritable casse-tête. Au point que le président d'honneur des Mauves, Constant Vanden Stock, aura regretté plus d'une fois d'avoir cédé trop vite un certain Gert Verheyen à la concurrence brugeoise. Un footballeur qui n'était pas parvenu à faire son trou, sur cette portion du terrain, au Sporting, au début des années nonante mais qui n'en finit pas, depuis lors, de faire aussi bien le bonheur du Club que des Diables Rouges où il fait également figure d'incontournable depuis l'arrivée de Robert Waseige. 1990-91 : Gert Verheyen, qui en est alors à sa troisième saison au Parc Astrid, doit s'effacer plus souvent qu'à son tour, sur le flanc, au profit de Luis Oliveira, tout heureux d'être titularisé à cette place dans la mesure où la division offensive du Sporting est alors occupée par deux valeurs sûres : Marc Degryse et Luc Nilis. 1991-92 : Luis Oliveira dispute à Johnny Bosman le rôle de soutien de Luc Nilis à la pointe de l'attaque anderlechtoise. Sur l'aile droite, sa place est prise par Danny Boffin, un pur gaucher au même titre que Bruno Versavel, qui évolue sur l'autre versant. Pour centrer, Speedy n'a de cesse de chercher son bon pied, ce qui ne constitue évidemment pas la solution idéale. 1992-93 : les Bruxellois pensent avoir résolu le problème grâce au transfert du génial Marc Emmers. Mais le Limbourgeois est blessé plus souvent qu'à son tour et ne sera guère d'utilité durant toutes ses années de présence dans la capitale. 1993-94 et 1994-95 : trois joueurs se relaient au médian droit. Il s'agit de Danny Boffin, Marc Emmers et Filip Haagdoren, transfuge de Lommel. Mais le Campinois, pourtant doué, ne répond guère à l'attente à la rue Théo Verbeeck. 1995-96 :Gilles De Bilde est associé à Johnny Bosman en pointe. A droite, une nouvelle tête est essayée en alternance avec Danny Boffin : le Ghanéen Yaw Preko. Il s'avère pourtant meilleur devant. 1996-97 : Anderlecht croit une nouvelle fois avoir déniché l'oiseau rare avec James Obiorah. Après des débuts fracassants, celui-ci rentre toutefois complètement dans le rang et son temps de jeu sera compté aussi au Parc Astrid. 1997-98 : le Sporting déploie à nouveau les grands moyens pour compléter son puzzle puisque deux flancs droits sont ajoutés à l'effectif : Dan Petersen et Gaston Taument. Autant de flops qui feront le bonheur d'un troisième larron, hélas fréquemment blessé par la suite : Oleg Iachtchouk. 1998-99 : le RSCA n'a d'autre alternative que de reconvertir un médian défensif en flanc droit : Patrick Van Diemen, qui dispute 32 matches sur 34 à cette place. 1999-2000 : le même Patrick Van Diemen doit composer avec la concurrence d' Elos Ekakia et même, l'espace d'un match, d'un autre ailier droit : Edrissa Sonko. 2000-2001 : suite à la blessure d'Elos Ekakia et du passage d' Eddy Sonko dans les rangs de Roda JC Kerkrade, un autre Africain met le nez à la fenêtre à droite : Aruna Dindane, un magicien du dribble, dont la participation défensive reste toutefois à peaufiner. Une polyvalence qui ne pose précisément pas de problèmes pour Marc Hendrikx. 2001-2002 : le coach anderlechtois, Aimé Anthuenis, restera-t-il fidèle au 4-4-2 qui lui avait valu tant de succès la saison passée ou bien optera-t-il plutôt pour un 3-5-2, comme au Racing Genk ou encore à l'époque de ses débuts au Parc Astrid? C'est dans cette dernière configuration, nous semble-t-il, que Marc Hendrikx et l'autre nouveau transfuge, Tarek El Said, devraient être les plus profitables au Sporting, l'Egyptien à gauche et le Diable Rouge à droite. Ce schéma permettrait aussi à l'entraîneur de conserver le duo formé de Walter Baseggio et Yves Vanderhaeghe devant la défense, tandis qu' Alin Stoica serait confirmé comme soutien d'attaque. Au cas, bien sûr, où il serait toujours anderlechtois la saison prochaine. (B.Govers)