1 Tu es occupé depuis des mois. Les dégâts sont-ils supportables ou l'exode est-il plus considérable que prévu ?

Non, les dégâts ne sont pas plus importants que je ne le pensais. Ce qui compte, c'est que nous avons obtenu les moyens financiers nécessaires pour être pro-actifs au niveau des transferts. Nous n'enrôlerons un ou deux joueurs au poste d'Ally Samatta que s'il trouve un club en Premier League. Même si Sander Berge partait, nous sommes pourvus à son poste. Voici les questions en suspens : que vont faire Ally, Sander et éventuellement Joakim Maehle ? Joakim a connu une évolution phénoménale l'année passée. Suite au départ de joueurs plus vieux, il devient un pilier. Sander et Joakim ont donc l'occasion de découvrir leurs capacités de leaders, surtout en combinaison avec la Ligue des Champions. Sander n'a pas encore 21 ans. Il va devenir le transfert le plus cher de Belgique, un jour, et il a déjà signifié qu'il ne voulait pas d'une petite formation de Ligue des Champions. S'il ne reçoit pas d'offre suffisante, il nous apportera beaucoup. Passer une saison chez nous, en tant que leader en Ligue des Champions n'est pas une mauvaise chose à son âge. Ruslan Malinovskyi, qui est le moteur de l'équipe nationale d'Ukraine, à 26 ans, était soumis à une pression plus intense.

Un jour, Berge sera le transfert le plus cher de Belgique. " Dimitri de Condé

2 Le titre est-il un plaisir ou un poids, après-coup ?

Un plaisir. Le fait qu'il a augmenté la valeur des joueurs m'offre plus de possibilités. Il m'est plus facile de travailler qu'à mes débuts, quand nous n'avions pas d'argent pour remplacer le vestiaire. Quand on a de l'argent, il suffit de maintenir les prix en équilibre et de dire stop, un moment donné. Nous avons investi dans des jeunes talents et je suis convaincu que nous allons avoir une bonne équipe mais je ne peux évidemment pas prédire la rapidité avec laquelle la sauce va prendre.

3 Comment Genk parvient-il à enrôler un joueur comme Hagi, convoité par tant de clubs, et que peut-on attendre de lui ?

Nous avons eu un contact en novembre mais nous ne pouvions le concrétiser, puisque nous avions encore Pozuelo et Malinovskyi. Par la suite, j'ai craint de ne pouvoir le transférer car d'autres clubs plus riches sont entrés en lice mais c'est le joueur qui a pris la décision. Ianis a de la personnalité. Il est capable d'opérer des propres choix et il n'avait aucune envie de rejoindre un grand club pour être immédiatement loué ailleurs. C'est un footballeur créatif qui est susceptible de placer quelqu'un devant le but à tout moment. Je suis convaincu de posséder beaucoup de talents, même si, quand ça ira un peu moins bien, nous entendrons inévitablement : " Vous avez investi beaucoup et n'obtenez aucun rendement. " Si nous parvenons à conserver cette équipe deux ou trois ans, elle sera fantastique.

4 Tu as également pensé à David Okereke, le nouvel avant du Club Bruges ?

Nous avons en effet pensé à lui mais La Spezia demandait dix millions, un montant que nous ne voulions pas débourser. Financièrement, nous avons déjà reculé nos limites mais un moment donné, il faut pouvoir dire non. Si nous l'avions vraiment voulu, il y aurait eu de fortes chances pour que David porte notre maillot.

5 Pourquoi Genk a-t-il misé sur Mazzù ?

Nous avons discuté avec trois candidats et il a immédiatement été en tête de liste. Parce que son profil convient parfaitement au club, avec son passé minier, son sens du travail et sa sobriété, mais aussi parce qu'il est toujours parvenu à former un superbe ensemble à Charleroi. Après le titre, nous avons dû prendre garde à ne pas nous focaliser complètement sur la Ligue des Champions en négligeant le championnat. Ça n'arrivera pas avec Mazzù. Le défi sera de gérer un éventuel contrecoup. Même si notre départ est difficile, nous devons rester convaincus du trajet que nous voulons accomplir avec lui. À long terme, il réussira certainement, même s'il venait à rater ses débuts.

1 Tu es occupé depuis des mois. Les dégâts sont-ils supportables ou l'exode est-il plus considérable que prévu ? Non, les dégâts ne sont pas plus importants que je ne le pensais. Ce qui compte, c'est que nous avons obtenu les moyens financiers nécessaires pour être pro-actifs au niveau des transferts. Nous n'enrôlerons un ou deux joueurs au poste d'Ally Samatta que s'il trouve un club en Premier League. Même si Sander Berge partait, nous sommes pourvus à son poste. Voici les questions en suspens : que vont faire Ally, Sander et éventuellement Joakim Maehle ? Joakim a connu une évolution phénoménale l'année passée. Suite au départ de joueurs plus vieux, il devient un pilier. Sander et Joakim ont donc l'occasion de découvrir leurs capacités de leaders, surtout en combinaison avec la Ligue des Champions. Sander n'a pas encore 21 ans. Il va devenir le transfert le plus cher de Belgique, un jour, et il a déjà signifié qu'il ne voulait pas d'une petite formation de Ligue des Champions. S'il ne reçoit pas d'offre suffisante, il nous apportera beaucoup. Passer une saison chez nous, en tant que leader en Ligue des Champions n'est pas une mauvaise chose à son âge. Ruslan Malinovskyi, qui est le moteur de l'équipe nationale d'Ukraine, à 26 ans, était soumis à une pression plus intense. 2 Le titre est-il un plaisir ou un poids, après-coup ? Un plaisir. Le fait qu'il a augmenté la valeur des joueurs m'offre plus de possibilités. Il m'est plus facile de travailler qu'à mes débuts, quand nous n'avions pas d'argent pour remplacer le vestiaire. Quand on a de l'argent, il suffit de maintenir les prix en équilibre et de dire stop, un moment donné. Nous avons investi dans des jeunes talents et je suis convaincu que nous allons avoir une bonne équipe mais je ne peux évidemment pas prédire la rapidité avec laquelle la sauce va prendre. 3 Comment Genk parvient-il à enrôler un joueur comme Hagi, convoité par tant de clubs, et que peut-on attendre de lui ? Nous avons eu un contact en novembre mais nous ne pouvions le concrétiser, puisque nous avions encore Pozuelo et Malinovskyi. Par la suite, j'ai craint de ne pouvoir le transférer car d'autres clubs plus riches sont entrés en lice mais c'est le joueur qui a pris la décision. Ianis a de la personnalité. Il est capable d'opérer des propres choix et il n'avait aucune envie de rejoindre un grand club pour être immédiatement loué ailleurs. C'est un footballeur créatif qui est susceptible de placer quelqu'un devant le but à tout moment. Je suis convaincu de posséder beaucoup de talents, même si, quand ça ira un peu moins bien, nous entendrons inévitablement : " Vous avez investi beaucoup et n'obtenez aucun rendement. " Si nous parvenons à conserver cette équipe deux ou trois ans, elle sera fantastique. 4 Tu as également pensé à David Okereke, le nouvel avant du Club Bruges ? Nous avons en effet pensé à lui mais La Spezia demandait dix millions, un montant que nous ne voulions pas débourser. Financièrement, nous avons déjà reculé nos limites mais un moment donné, il faut pouvoir dire non. Si nous l'avions vraiment voulu, il y aurait eu de fortes chances pour que David porte notre maillot. 5 Pourquoi Genk a-t-il misé sur Mazzù ? Nous avons discuté avec trois candidats et il a immédiatement été en tête de liste. Parce que son profil convient parfaitement au club, avec son passé minier, son sens du travail et sa sobriété, mais aussi parce qu'il est toujours parvenu à former un superbe ensemble à Charleroi. Après le titre, nous avons dû prendre garde à ne pas nous focaliser complètement sur la Ligue des Champions en négligeant le championnat. Ça n'arrivera pas avec Mazzù. Le défi sera de gérer un éventuel contrecoup. Même si notre départ est difficile, nous devons rester convaincus du trajet que nous voulons accomplir avec lui. À long terme, il réussira certainement, même s'il venait à rater ses débuts.