Dans " Papa, je te promets qu'un jour... ", l'autobiographie de Felice Mazzù qui vient de sortir, il y a quelques passages humains très forts. Il parle de son premier enfant, une fille, Nele, décédée à dix jours. Il évoque s...

Dans " Papa, je te promets qu'un jour... ", l'autobiographie de Felice Mazzù qui vient de sortir, il y a quelques passages humains très forts. Il parle de son premier enfant, une fille, Nele, décédée à dix jours. Il évoque ses vies amoureuses. Et il avoue qu'il a, une seule fois, tiré sur un joint, pendant un bivouac alors qu'il était au service militaire. En première mi-temps lors de Saint-Trond - Standard, Memo Ochoa a pris un tir puissant dans les parties intimes et il a eu très mal ! Entendu près de nous en tribune de presse : " Ça contrecarre ses plans piscine. " On ne balancera pas le nom de l'auteur. Dans le même stade, quand la deuxième mi-temps a commencé, le marquoir affichait 1-1. Alors que le Standard n'avait pas encore égalisé et que c'était donc 1-0 en réalité. Souvenir de l'époque du Chinois, quand certains résultats de Saint-Trond étaient connus d'avance par l'un ou l'autre parieur. " Sauter avec les bras le long du corps ? Bornauw n'est pas un pingouin. " C'est l'analyse de HeinVanhaezebrouck après le nul contre Charleroi. Des pingouins, il y en a quand même quelques-uns dans son groupe.