LE COACH GIL VANDENBROUCK

C'est un premier tour qui a mieux commencé qu'il n'a fini. On a quand même dû, à plusieurs reprises, chercher un équilibre et trouver des solutions. Les pertes de Demba Ba et de Kevin Hatchi furent notamment assez difficiles à gérer. Je râle un peu sur l'effectif trop restreint mis à ma disposition. J'ai également établi qu'il y avait neuf rencontres au cours desquelles on a offert des cadeaux. Souvent par naïveté. Je ne peux donc pas me montrer satisfait au niveau des points et du classement. Nous disposons en effet d'une équipe pour viser plus haut. Pas tellement plus haut mais plus haut quand même.
...

C'est un premier tour qui a mieux commencé qu'il n'a fini. On a quand même dû, à plusieurs reprises, chercher un équilibre et trouver des solutions. Les pertes de Demba Ba et de Kevin Hatchi furent notamment assez difficiles à gérer. Je râle un peu sur l'effectif trop restreint mis à ma disposition. J'ai également établi qu'il y avait neuf rencontres au cours desquelles on a offert des cadeaux. Souvent par naïveté. Je ne peux donc pas me montrer satisfait au niveau des points et du classement. Nous disposons en effet d'une équipe pour viser plus haut. Pas tellement plus haut mais plus haut quand même. Pour le deuxième tour, il faudra régler les problèmes offensifs. On remarque une difficulté chronique à marquer un but. Celui-ci tombe souvent sur une prouesse d' Adi Custovic. Je vois que l'organisation est souvent bonne mais on manque de percussion offensive. Ceci étant, l'objectif du début de saison reste d'actualité. Nous ne voulions plus être mêlés à la lutte pour le maintien et pour l'instant ça va. D'autant plus que nous avons dû composer sans deux pions très importants, blessés dès la troisième journée. On peut dégager également certaines satisfactions. On a disputé quelques bons matches, en proposant de bonnes séquences de jeu et on a toujours voulu montrer que l'on pouvait aller de l'avant. On ne pourra pas dire que c'est Mouscron qui vide les stades ! De plus, on a donné l'occasion à certains joueurs de s'exprimer et de faire valoir de belles choses. Je pense notamment à Custovic. Et ce qui me fait plaisir, c'est d'avoir aligné plusieurs éléments du Futurosport dans des matches qui nous ont réussi comme face à Westerlo. On a souligné notre faiblesse à l'extérieur mais on a quand même pris cinq points et il ne faut pas retenir les rencontres à Bruges et au Germinal Beerschot, où tout découlait de problèmes liés à un déséquilibre défensif. Depuis lors, les boulons ont été resserrés et je n'ai plus tellement peur de me déplacer. Au deuxième tour, il faut d'abord voir la direction prise par l'Excel. Si la stabilité financière est assurée, alors, on pourra voir venir. La situation actuelle mine le groupe, surtout les gens qui sont là depuis longtemps. lJOUEURS UTILISÉS : Ba (3), Chantry (9), Charlet (15), Custovic (16), Dorothée (11), Dugardein (17), Fellahi (8), Grimaldi (4), Grondin (15), Haghedooren (8), Hatchi (7), Kebe (8), Martin (4), Sanchez D'Avolio (16), Teklak (14), Tohoua (14), Tomou (17), Toyes (17), Van Gijseghem (15) Volders (13). BUTEURS : Ba (1), Custovic (10), Dugardein (1), Fellahi (1), Grimaldi (1), Grondin (3), Tohoua (1), Tomou (4), Toyes (1). ASSISTS : Custovic (3), Dugardein (4), Grondin (2), Haghedooren (1), Kebe (1), Tohoua (1), Tomou (1). CARTES JAUNES : 36 CARTES ROUGES : 2 PENALTIES : 2 pour (2), 3 contre (2). CORNERS : 71 pour, 69 contre. FAUTES : 284 commises, 306 subies. Même s'il a traversé un passage à vide en octobre et novembre, l'attaquant bosniaque a été l'artificier du Canonnier : il a porté le ballon doré dans le dos du maillot pendant plusieurs semaines et demeure dans le sillage de Patrick Ogunsoto au classement des buteurs. En plus, il travaille à la récupération. On attendait plus d'un ancien espoir du football français qui, jadis, avait été recruté par le FC Valence. Il était pourtant l'un des joueurs en forme pendant l'été, mais une fois le championnat entamé, il a rapidement été écarté, au profit de Jean-Philippe Charlet d'abord, de Bastien Chantry ensuite. STÉPHANE VANDE VELDE