DIEUMERCI MBOKANI : PHYSIQUE

Avec 1m85, Dieumerci Mbokani n'est pas un attaquant déménageur et ses principales qualités physiques se situent au niveau de la vitesse plutôt que de la robustesse. Pour un joueur de cette taille, il est très mobile, que ce soit sur les premiers mètres ou sur des distances beaucoup plus grandes. Il pivote très rapidement, atout non négligeable pour un attaquant axial afin d'être efficace dans les 16 m.
...

Avec 1m85, Dieumerci Mbokani n'est pas un attaquant déménageur et ses principales qualités physiques se situent au niveau de la vitesse plutôt que de la robustesse. Pour un joueur de cette taille, il est très mobile, que ce soit sur les premiers mètres ou sur des distances beaucoup plus grandes. Il pivote très rapidement, atout non négligeable pour un attaquant axial afin d'être efficace dans les 16 m. Il fait partie des joueurs les plus doués de notre championnat. Il est capable d'inventer des grigris techniques à tout moment et dans n'importe quelle position. Ses enchaînements ballon aux pieds sont imprévisibles tant sa capacité à se servir de ses deux pieds est grande. Il possède un dribble très court et ses doubles contacts pied droit/pied gauche réalisés à grande vitesse lui permettent de se faufiler entre deux voire trois joueurs. Il est aussi un adepte de la virgule qu'il réalise plutôt avec le pied droit. Il a besoin de sentir la confiance de son coach mais aussi de tout le club (coéquipiers, direction et supporters) pour être au top. Lors de ses deux séjours à l'étranger, il n'a pas ressenti ce soutien et il a alors tendance à tomber dans un fatalisme néfaste. Par contre, quand il se sent bien, il est capable de faire la différence à tout moment, sûr de ses qualités. Paradoxalement, à 27 ans, il n'est peut-être pas encore complètement mûr dans sa tête. C'est dans un rôle axial en attaque qu'il est le plus performant. Même si, depuis son retour chez les Mauves, il a le plus souvent évolué comme pointe unique dans un 4-3-3 ou un 4-2-3-1, il peut aussi composer avec la présence d'un complice dans un système à deux attaquants (voir De Sutter contre Ekranas mercredi dernier). Il adore jouer dos au but en déviation puis redemander le cuir dans la profondeur où sa science du démarquage fait merveille. Par ses appels vers les flancs, il peut se transformer en ailier de débordement et en donneur d'assists, même si ce n'est pas son rôle premier. Avec son mètre 90, Christian Benteke possède un physique réellement impressionnant qui se remarque dans les confrontations musclées avec son adversaire direct. Très solide sur ses appuis, il ne se laisse pas démonter par l'attaque agressive d'un défenseur costaud. Il émerge plus par sa puissance que par son explosivité et cela se remarque dans les longues courses. Le petit déficit qu'il présente quand il doit se retourner dans le rectangle est compensé par son sens de l'anticipation. Il se dépense sans compter pendant 90 minutes grâce à une très bonne endurance. Il ne fait pas partie des joueurs les plus techniques. Il a besoin d'espace pour éliminer ses adversaires et sa conduite de balle sur 30-40 m lui permet de faire très mal. En combinaisons courtes, son jeu manque un peu de finesse. Dos au but, il conserve bien le ballon grâce à un remarquable positionnement du corps. C'est un joueur très sensible qui a davantage besoin d'être materné et mis en confiance plutôt que d'être accablé de reproches et de mises en garde. Son passage à Courtrai lui a fait le plus grand bien. A 21 ans seulement, il commence à acquérir de la maturité et sa force mentale s'améliore. Il cède de moins en moins au découragement quand il rate ses premiers ballons. Cela démontre toute sa progression. C'est dans un rôle de pivot axial qu'il se montre sous son meilleur jour. Le fait d'évoluer avec Jelle Vossen oblige le coach adepte du 4-3-3 à le placer en retrait. Christian peut alors chercher la profondeur, évoluer en déviation ou se positionner dans les 16 m comme finisseur sur les ballons venant des flancs. Avec un Vossen très proche de lui, il peut aussi bénéficier d'une attention partagée des défenseurs adverses, ce qui est une bonne chose car il a besoin d'espace pour donner sa pleine mesure. Depuis son retour à Genk, ses statistiques se sont nettement améliorées et il présente son meilleur ratio (matches joués-buts marqués) depuis qu'il est passé pro. Il utilise toute sa puissance, notamment dans la frappe de balle où sa musculature des cuisses lui permet de décocher de véritables missiles. Au niveau du jeu de tête, il s'impose grâce à sa taille et à l'engagement physique qu'il impose à ses adversaires. Il peut couper les trajectoires mais c'est au deuxième piquet qu'il est le plus dangereux dans le trafic aérien. Son jeu dans le grand rectangle manque un peu de finesse mais sa marge de progression est importante.Dieumerci Mbokani et Christian Benteke sont deux attaquants typiquement axiaux qui évoluent, dans les systèmes de jeu actuels, le plus souvent seuls en pointe. Ils sont tous les deux droitiers et leur frappe de balle, bien que différente, est à peu de choses près du même niveau. Le Genkois est plus costaud physiquement et plus puissant sur les longues courses. Il impose également plus de force dans les duels que ce soit au sol ou dans les airs. Techniquement, l'Anderlechtois est naturellement plus doué et il est capable de réaliser des trouvailles techniques que son alter ego est incapable d'effectuer. Le Congolais est également supérieur dans les petits espaces et pour conserver le ballon en décrochage. Dans le rôle de pivot, Christian gère mieux les déviations dans les airs mais un peu moins bien les ballons au sol. Pour son talent naturel, mon choix se porte sur Mbokani même je suis persuadé que Benteke est à l'aube d'une grande saison.