Mercredi passé, le Standard a présenté sa première recrue : DieumerciMbokani (21 ans), un attaquant acquis au TP Mazembe (TP pour Tout Puissant), l'un des grands clubs congolais évoluant à Lubumbashi, et qui évoluait la saison dernière à Anderlecht. Il a signé pour cinq ans.
...

Mercredi passé, le Standard a présenté sa première recrue : DieumerciMbokani (21 ans), un attaquant acquis au TP Mazembe (TP pour Tout Puissant), l'un des grands clubs congolais évoluant à Lubumbashi, et qui évoluait la saison dernière à Anderlecht. Il a signé pour cinq ans. " On s'est assuré les services d'un jeune attaquant d'avenir, qui a signé un contrat de longue durée ", se réjouit PierreFrançois, le directeur général du Standard. " Comment se prénomme-t-il réellement, Dieudonné ou Dieumerci ? Ce serait Dieumerci,... même si Dieudonné figure sur sa carte d'identité. Erreur administrative ! On l'appellera Dieu, je crois d'ailleurs qu'il préfère ". On estime que pour que Dieu débarque à Sclessin, le Standard a dû débourser 1,2 millions, versés au TP Mazembe qui en ristournera une partie à son club formateur, le Belor de Kinshasa. Une somme record pour un club congolais ? " Je l'ignore, mais elle est moins élevée que si on avait dû négocier avec Anderlecht ", estime François. " Les négociations avec le joueur n'ont pas duré longtemps : une journée. Il a directement été séduit par le Standard, par le discours sportif. Il a opté pour le n°9, ce qui lui confère d'emblée les responsabilités d'un centre-avant. Il a déjà marqué dans notre stade : lors de la demi-finale de la Coupe de Belgique avec Anderlecht... " Le Standard a-t-il pris sa revanche vis-à-vis du Sporting, qui lui avait chipéMémé Tchité l'an passé ? " Les supporters le verront peut-être de cette manière, moi pas. On devait vendre Tchité et on l'a vendu au club le plus offrant, c'est tout. Cela dit, lorsqu'on vend un joueur au Sporting, on reçoit de l'argent, alors que lorsqu'on prend un joueur au Sporting, on ne doit rien lui verser ". Le manager d'Anderlecht, HermanVanHolsbeeck, se souvient de la saison passée par Dieumerci à l'ombre de Saint-Guidon : " Il avait été découvert par nos scouts lorsqu'il évoluait en équipe nationale du Congo et on l'a testé. D'emblée, il a impressionné tout le monde. Mais il n'a pas reçu directement sa chance en équipe Première, et a assez rapidement baissé les bras. Ce n'est qu'en fin de saison qu'il s'est rendu compte qu'il devait changer de mentalité et il a démontré ses qualités. On a songé l'acquérir définitivement, mais son club congolais a posé des conditions qui nous ont fait reculer. Je ne vais pas citer des chiffres, mais aux conditions du Standard, on ne l'aurait de toute façon pas pris ". On parle aussi de la privation d'un appartement... " C'est exact ", concède Van Holsbeeck. " A un moment donné, on avait reçu tellement de critiques de la part du staff qu'on avait demandé à Dieumerci de quitter son appartement. C'était une manière de lui faire comprendre que, s'il ne changeait pas, on se séparerait de lui. Je crois que c'était le signal fort dont il avait besoin ". L'entraîneur de l'équipe Réserve, DanielRenders, fut l'un des premiers à l'accueillir à Anderlecht : " Mbokani a directement démontré ses qualités de buteur, en marquant à trois reprises en deux matches, et déjà contre le Standard. " C'est ce qui a incité le Sporting à l'engager. Mais il n'a pas confirmé ces bonnes dispositions. Il n'a pas toujours fait preuve d'un comportement professionnel. Il était parfois déconcentré, arrivait parfois en retard à l'entraînement. Je crois aussi qu'il s'est laissé influencer par son entourage, qui ne comprenait pas pourquoi il n'était pas titulaire. Des gens ont tourné autour de lui et lui ont mis la pression. Il s'est impatienté, et au lieu de travailler, s'est laissé aller. Lorsqu'il a enfin reçu sa chance, il y a deux mois, on a vu un autre Mbokani. Les qualités, il les a. En particulier, un sens du but très développé. Mais quand les événements se liguent contre lui, il a tendance à mal réagir. Il doit encore prendre conscience que, pour lui, le football n'est plus un jeu mais un métier ". Le jeune Liégeois d'Anderlecht, JonathanLegear, qui joua lui-même au Standard, fut pendant une saison le coéquipier de Mbokani. L'un des joueurs avec lesquels il ressentait le plus d'affinités également. Question d'âge, sans doute. " Mais pas uniquement ", précise-t-il. " Généralement, je m'entends bien avec les Africains et c'était le cas aussi avec Dieumerci. Un garçon très gentil, mais qui ne parlait pas beaucoup. Il était assez introverti et c'était parfois difficile de savoir ce qu'il pensait réellement. Il disait toujours oui à tout, mais j'avais l'impression que, parfois, il pensait le contraire. Footballistiquement, il est très fort dans le rectangle, sait se montrer habile de la tête et garde bien le ballon. Ce n'est pas le plus rapide, pas le genre Mémé Tchité que l'on peut lancer en profondeur, mais il ne lui faut pas 36 occasions pour marquer. C'est le genre de joueur dont on a besoin dans une équipe. Pour autant, je ne le vois pas briguer d'emblée une place de titulaire au Standard, surtout si MilanJovanovic et IgorDeCamargo restent. Il connaît encore trop de hauts et de bas. Mais, comme joker, il peut se révéler très utile car il a un sens du but très aiguisé. On l'a vu la saison dernière avec le Sporting où, lorsqu'il a reçu l'occasion de démontrer ses capacités, il a inscrit cinq buts en trois matches. Lorsqu'il est en forme, il peut faire très mal, mais je ne pense pas qu'il soit déjà prêt pour tenir toute une saison ". Le Liégeois HenriDepireux, sélectionneur du Congo depuis un an : " Je me suis intéressé à Mbokani lorsqu'il a commencé à s'affirmer dans le championnat de Belgique et il avait très bien joué. Je m'étais décidé à le reprendre pour les matches qualificatifs à la Coupe d'Afrique des Nations, en juin, mais lors du premier match, en Ethiopie, je me suis rapidement rendu compte qu'il était encore un peu tendre pour l'équipe A. Il aurait encore besoin d'un stage chez les Espoirs avant de franchir le pas. Les qualités footballistiques, il les a. Mais je regarde aussi l'intégration dans le vestiaire, et là, il n'était pas encore prêt, même lorsqu'il se retrouve en compagnie de compatriotes. C'est un garçon un peu timide, et il lui faut un temps d'adaptation. Il doit encore affirmer sa personnalité. Au niveau du caractère, c'est l'antithèse de Sergio Conceiçao. Il n'extériorise quasiment jamais ses sentiments. Mais c'est un footballeur doué, qui dispose encore d'une belle marge de progression. Dans un an ou deux, lorsqu'il sera sorti de sa timidité, il s'extériorisera pleinement sur le terrain également, et alors, ce sera un crack. C'est un attaquant complet, qui me rappelle EugèneKabongo, l'attaquant congolais qui joua à Seraing autrefois. C'est presque sa copie conforme. Il n'a pas de véritable point faible : il est bon des pieds, bon de la tête, est rapide, a une bonne vision de jeu. Lorsqu'il frappe au but, c'est rarement hors cadre. C'est un bon gars, foncièrement gentil. Lorsque je lui ai appris que je ne le reprendrais pas pour le deuxième match en Namibie, parce que j'avais besoin de guerriers, il m'a envoyé un message : - Cen'estpasgrave, mercipourtout ! Et il a ajouté : - Nemelaissezpastomber ! Qu'il se rassure, je serai à ses côtés lorsqu'il en a besoin. Y compris à Liège : s'il a un problème, il peut m'appeler, je volerai à son secours. C'est encore un gamin, qui n'est pas rôdé au mode de vie européen. Un peu naïf, sans doute, et qui s'est retrouvé à Anderlecht dans un monde trop pro pour lui. Il cherchait à s'en évader en faisant la fête avec ses copains. J'ai l'impression que tout l'argent qu'il gagnait s'évaporait dans ces festivités. Sur le terrain, il n'était qu'à 30 ou 40 % de ses moyens. Dans ce contexte, le fait de s'éloigner de Matonge, le quartier congolais de Bruxelles, devrait lui être profitable. Liège, ce n'est pas Bruxelles, même s'il n'y a que 100 kilomètres entre les deux villes. Le contexte du Standard devrait lui convenir : ce qui plaît aux joueurs africains qui débarquent à Sclessin, c'est l'ambiance. L'accueil des supporters devrait le mettre à l'aise. L'arrivée prochaine de sa femme dans la Cité Ardente devrait favoriser son épanouissement également... Pour autant, ce n'est pas certain qu'il soit d'emblée titulaire au Standard. Il lui faudra aussi s'adapter. Mais, si on lui laisse le temps de prendre confiance, il pourrait se révéler une très bonne acquisition. Un jour, il sera titulaire. Au Congo, il était déjà une star. Le TP Mazembe, c'était Trésor Mputu et lui. Trésor est toujours au Congo et est titulaire en équipe nationale : il est même le meilleur buteur des éliminatoires de la Coupe d'Afrique. Dieumerci est un peu en retard. Mais le richissime président du TP Mazembe, un certain Moïse qui possède un avion privé pour son équipe, n'a jamais compris qu'il n'était pas titulaire à Anderlecht. A la limite, je crois qu'il a été vexé, car il ne mesure pas pleinement la différence qui existe entre le football européen et le football africain. Pour lui, Dieumerci aurait dû jouer à tous les coups et c'est pour cela, je pense, qu'il a fixé des conditions très élevées pour l'acquisition définitive de Mbokani par le Sporting ". par daniel devos