Depuis que Thierry Henry a été surpris la main dans le sac, le monde peu footeux découvre soudain, horrifié, que triche et match sont souvent siamois, et que la victoire en foot ne va pas forcément au plus méritant ! Mais des réclamations intempestives aux tirages de maillot, des agressions délibérées aux petits coups vicieux, des mains involontairement volontaires aux mains volontairement involontaires, toutes les rencontres sont parsemées d'illégalités plus ou moins lamentables, et sanctionnées à qui mieux mieux ! Sur tous les terrains du monde, des matches basculent sur des décisions arbitrales plus ou moins tordues, et polémiques à qui mieux mieux !
...

Depuis que Thierry Henry a été surpris la main dans le sac, le monde peu footeux découvre soudain, horrifié, que triche et match sont souvent siamois, et que la victoire en foot ne va pas forcément au plus méritant ! Mais des réclamations intempestives aux tirages de maillot, des agressions délibérées aux petits coups vicieux, des mains involontairement volontaires aux mains volontairement involontaires, toutes les rencontres sont parsemées d'illégalités plus ou moins lamentables, et sanctionnées à qui mieux mieux ! Sur tous les terrains du monde, des matches basculent sur des décisions arbitrales plus ou moins tordues, et polémiques à qui mieux mieux ! Si le scandale bat cette fois son plein, c'est pour plusieurs raisons. Un, c'est la seconde main de Dieu giga-médiatisée, au cours d'un match à gros enjeu devenu affaire d'état(s). Deux, le geste tricheur condamne l'équipe qui, contre toute attente, a suscité l'admiration des neutres et même du camp adverse. Trois, au jackpot de l'escroquerie banalisée, Henry gagne cette fois le gros lot, ce qui n'arrive pas à tous les coups ni à tous les escrocs. Quatre, l'escroc de service est superstar, capitaine emblématique, seul rescapé des idoles de 1998. Mais si le tricheur chanceux avait été le Slovène Aleksander Radosavljevic que vous ne connaissez pas mieux que moi, s'il avait ainsi bouté les Russes hors Mondial, tout le monde ici s'en serait foutu à condition de l'avoir su, et aurait oublié l' anecdote après trois semaines... On se scandalise quand ça nous arrange. Tout accusé ayant droit à une défense, j'ajoute qu'en dix ans de carrière comme brillant attaquant, Henry a dû se voir frustré de dizaines de buts qu'il aurait pu marquer s'il ne s'était pas impunément fait faucher, ceinturer, retenir par le maillot : revanche aujourd'hui malsaine au sein d'un sport malsain, n'est pas le Père Damien qui veut... "Pas vu, pas pris" est depuis trop longtemps paramètre de base du foot, avec la bénédiction du Board, et ça me met les nerfs en boule, mais qu'il s'agisse d'Henry ou du centre-avant de Noiseux-sur-Berwette. Ce qui rend fou, c'est qu'au moment où le referee assailli se demande encore ce qu'il doit faire, la télé a déjà révélé à tous l'évidence de la faute, le quatrième arbitre l'a vue sur son écran sans pouvoir intervenir... et les pontes des Lois du Jeu proclament à répétition qu'ils se contrefichent de l'apport vidéo. Michel Platini fait même la pub pour les erreurs d'arbitrage, elles sont tellement humaines : récemment, il a lâché fataliste que " l'arbitrage était mauvais depuis cent ans " et qu' " avec la vidéo,il n'y aurait plus de travail pour les journalistes et plus de conversations dans les bistrots " ! Et si, à la sortie du stade Saint-Denis, quelque Irlandais costaud alcoolo-dépité s'était laissé aller à trucider à mains nues un quelconque petit Français alcoolo-fanfaron, ça vous aurait bouleversé au bistrot, président Platoche ? Le Mondial a déjà démarré : Titi triche en gros plan, Platini a raison contre tout le monde du haut de son statut d'ex-star, Diego Maradona profite du sien pour demander à ses détracteurs de le sucer, l'Egypte et l'Algérie sont sur pied de guerre ! Finalement, c'est plus chouette d'être éliminés, on s'offre la Hongrie et le Qatar, on redevient peinards, comme durant les sixties, champions du monde des matches amicaux ! Les Hongrois n'étaient pas si nuls que ça, et les Qataris (si petits qu'on aurait dit de petits canaris) n'ont pas fait le poids lors d'un p'tit match bien propre. Chez nous, tout est calme dans le secteur de la reconstruction sauf que Dick Advocaat trouve Vincent Kompany un peu moins professionnel que gamin ! Kompany, surprotégé par les médias francophones, qui ont notamment parlé de cinq minutes de retard au briefing d'avant la Hongrie (ce qui fait passer le petit général pour un despote tatillon) alors qu'il s'agirait de 35 minutes. Kompany qui doit être le seul teenager du royaume non armé d'un GSM pour prévenir et s'excuser qu'il est en retard de l'enterrement de sa grand-mère. Kompany surnommé Vince the Prince, mais qui ignore que la ponctualité est la politesse des rois... par bernard jeunejean