Mis en cause par les juristes Stijn Francis et Laurens Mélotte dans notre numéro du 25 février, l'agent Didier Frenay (SA Starfactory Football Management) parle de " contre-vérités et de mensonges " et tient à apporter les précisions suivantes. Sa réponse aux " nouveaux Madoff du football ".
...

Mis en cause par les juristes Stijn Francis et Laurens Mélotte dans notre numéro du 25 février, l'agent Didier Frenay (SA Starfactory Football Management) parle de " contre-vérités et de mensonges " et tient à apporter les précisions suivantes. Sa réponse aux " nouveaux Madoff du football ". A propos de sa société :" Créée il y a plus de 15 ans, Starfactory (www.starfactory.lu) assure un management professionnel au sens le plus large pour ses clients et dispose d'un département administratif (2 temps pleins) répondant aux besoins quotidiens des clients, d'une cellule sociale et d'un bureau d'avocats à disposition. Starfactory évolue dans les plus grands championnats et jouit d'une réputation de savoir-faire et de faire-savoir. " A propos du rôle de Francis et Mélotte :" Se targuant de travailler avec le Standard, Monsieur Francis défend également les intérêts de joueurs professionnels de ce club. " Didier Frenay commente un contrat de représentation type utilisé par Stijn Francis. Contrat que nous avons pu consulter. " Sa mission (assistance juridique et commerciale) donne droit à percevoir une indemnité de 10 % du salaire annuel brut du contrat de travail conclu entre le joueur et le club, et une rétribution de 30 % de tout contrat commercial tout en précisant que Monsieur Francis sera autorisé par le joueur à négocier son indemnité avec les clubs et les tierces parties. Outre s'interroger sur la compatibilité d'un tel contrat d'agent d'affaires avec les règles déontologiques de la profession d'avocat, Monsieur Francis agit ni plus ni moins comme un agent de joueurs. Le conflit d'intérêts ne heurte pas cet avocat. " A propos du cas Paul-José Mpoku :" Starfactory conteste catégoriquement les propos mensongers de MM Mélotte et Francis, lesquels travestissent complètement la vérité. Le mandat proposé (signé) par Monsieur Francis a été refusé par Starfactory (Madame Ghislaine Dubois) car Monsieur Francis (lequel prétendait " se limiter uniquement à l'aspect extra-sportif ") demandait qu'il lui soit rétrocédé 50 % de la commission d'agent de joueurs. En supposant que Monsieur Francis ait signé un contrat de représentation avec Paul-José Mpoku, cela signifierait également que cet avocat devait encore percevoir 10 % du salaire annuel brut de tout contrat de travail prolongé / conclu entre le joueur et un club. Après que Starfactory eut accompli toute l'intermédiation au nom et pour compte de Paul-José Mpoku tant pour le prolongement de son contrat avec le Standard que pour la conclusion de son nouveau contrat avec Al Arabi, le joueur a proposé (le 9 janvier 2015) de mettre un terme à la collaboration avec Starfactory. Cependant, la transaction proposée (via une convention rédigée par Monsieur Francis) a été refusée car Starfactory devait ni plus ni moins renoncer à toute commission malgré toute l'assistance effectuée préalablement. Il est faux de soutenir que la mutation de Paul-José Mpoku vers Al Arabi aurait capoté sous prétexte d'un commissionnement de 2 millions d'euros. " PAR PIERRE DANVOYE