Belgique-Croatie : l'essentiel est sauf mais quel match ! Un festival de mauvaises passes, de passes en retrait, d'hésitations et d'imprécisions. Franchement ; mérite-t-on de se rendre au Portugal ? Les plus chauvins diront que l'équipe est jeune, qu'elle se cherche, que les automatismes doivent s'acquérir. Je n'en disconviens pas mais les lacunes avouées en première mi-temps ne sont-elles pas apparues parce que les Croates développaient le jeu idéal pour nous contrer ? A y regarder de plus près, j'ai...

Belgique-Croatie : l'essentiel est sauf mais quel match ! Un festival de mauvaises passes, de passes en retrait, d'hésitations et d'imprécisions. Franchement ; mérite-t-on de se rendre au Portugal ? Les plus chauvins diront que l'équipe est jeune, qu'elle se cherche, que les automatismes doivent s'acquérir. Je n'en disconviens pas mais les lacunes avouées en première mi-temps ne sont-elles pas apparues parce que les Croates développaient le jeu idéal pour nous contrer ? A y regarder de plus près, j'ai le sentiment que les Croates ont effectivement dominé leur sujet alors que nous n'avons que pataugé et... tiré les marrons du feu. Enfin, après m'être fait l'avocat (à charge)... du diable, il faut reconnaître que peu à peu l'ossature de notre équipe nationale se met en place. Au risque de lancer la polémique, je continue à apprécier la présence de Van Damme sur notre flanc gauche alors que Deflandre est tout à fait incontournable à droite. Dommage que sa complémentarité avec Walasiak ne soit pas parfaite car il nous faudrait plus de gars comme le Standardman sur le terrain. Ce n'est en effet pas en confiant le brassard de capitaine à Goor que l'on se sortira aisément de matches où la différence se fera avec les tripes. Non pas qu'il ne se batte pas sur chaque ballon mais plutôt qu'il ne porte pas cette équipe comme un patron devrait le faire. Le débat est récurrent mais je me demande si le brassard n'empêche pas Goor de donner le meilleur de lui-même dans un registre où il doit se sentir plus à l'aise. Que dire de l'organisation du travail défensif et de ratissage des Van Buyten, Simons, Clement et Baseggio sinon que si les circonstances l'imposaient Baseggio n'en demeure pas moins, à mes yeux, plus inspiré lorsqu'il participe à la construction offensive. Ne lui donne-t-on pas un rôle à la Vanderhaegen car, mauvaises habitudes obligent, la Belgique ne crée pas le jeu ? Si l'on considère que le football moderne, outre le fait d'être basé sur la récupération en perte de balle, repose sur la l'évolutivité de triangles de joueurs, ne pourrait-on pas composer ceux-ci en fonction de l'attaque plutôt que de la défense ? Buffel et Sonck s'entendent comme larrons en foire ? Tant mieux ! Quant à De Vlieger, a- t-il effectué un arrêt miracle à même la ligne ou était-il encore une fois mal positionné sur la phase ? Enfin, je ne tiens pas trop à jeter la pierre à nos Diables car ils m'ont l'air bien... gentils. Dans le fond, n'est-ce pas ce qu'on peut leur reprocher de pire ? Yves Deschuyter, Baisy-Thy