Non, il n'y a pas eu de fumée blanche vendredi. L'attribution du contrat médiatique est reportée au vendredi 7 février. D'ici là, les négociations se poursuivent discrètement. Les parties intéressées peuvent revoir le montant et le contenu de leur offre. Celui qui ne respectera pas son devoir de discrétion écopera d'une amende de 100.000 euros.
...

Non, il n'y a pas eu de fumée blanche vendredi. L'attribution du contrat médiatique est reportée au vendredi 7 février. D'ici là, les négociations se poursuivent discrètement. Les parties intéressées peuvent revoir le montant et le contenu de leur offre. Celui qui ne respectera pas son devoir de discrétion écopera d'une amende de 100.000 euros. Ce report est sensé, nous a-t-on dit. Il reste du temps. Le contrat TV actuel n'a pris forme que début mai 2017. On sentait déjà au milieu de la semaine passée qu'il n'y aurait pas de décision vendredi. Les enveloppes devaient être rentrées le mardi 21 janvier et le mercredi, le management de la Pro League contactait les diverses parties intéressées pour qu'elles revoient leur offre. Clairement, on n'avait pas atteint les cent millions escomptés. Un pion étranger, Mediapro, a influencé les débats et échauffé les têtes. La société, fondée à Barcelone est donc espagnole mais depuis février 2018, les Chinois d' Orient Hontai Capital en sont actionnaires principaux. Mediapro est un joueur de niveau mondial, avec des agences dans 36 pays. Il négocie les droits de nombreux sports, produit des documentaires et des films et s'intéresse aussi au football belge. Il voulait débarquer avec une bombe : 105 millions d'euros pendant dix ans. C'est nettement plus que les 80 millions versés par les partenaires actuels, ensemble. Son handicap : l'offre ne correspond pas au trajet officiel déterminé par la Pro League en concertation avec l'autorité belge de la concurrence. Donc, elle est inexistante. Mais le montant proposé est resté dans la tête des dirigeants de clubs, qui ont donc été déçus par les enveloppes arrivées par voie officielle. Des enveloppes qui constituent un autre problème. Les détenteurs actuels, Telenet, Voo et Proximus, veulent tous continuer, sont prêts à payer plus mais il est impossible d'additionner leurs montants comme c'est le cas actuellement. Un des partenaires voulait en effet l'exclusivité des comptes-rendus en direct. Que va apporter ce deuxième tour ? Mediapro va-t-il déposer une nouvelle offre, officielle cette fois ? Eleven Sports, un autre nouveau partenaire, va-t-il renchérir ? À moins qu'un des partenaires actuels ne laisse tomber sa demande d'exclusivité et qu'on puisse additionner les offres ? À quel montant va-t-on aboutir ? Plus près des 100 millions ou plus près des 94 ou 95 actuels ? On n'a guère discuté du contenu des retransmissions et de la mise en valeur du produit, pas plus que du format. Il paraît que la nature de ce format ne poserait problème à aucune chaîne. La discussion sur une réduction à vingt du nombre d'équipes professionnelles, une piste qui récolte de plus en plus de préférences, ne joue donc aucun rôle dans les négociations, pas plus qu'une éventuelle BeNeleague. Vendredi, le président Peter Croonen a donné de brefs éclaircissements sur les discussions menées la veille à Eindhoven par le G5 et les grands clubs néerlandais. Deloitte poursuit son étude de la valeur économique d'une fusion des deux championnats. Certains petits clubs belges ont l'impression que Deloitte travaille au service du G5 et présente les choses de manière trop positive, sans tenir compte des petits, mais ce n'est pas l'avis de tout le monde. Toute piste permettant d'améliorer notre football doit être étudiée, nous dit-on. Ensuite, ce sera aux clubs de choisir. En attendant la suite de l'étude, il ne semble pas invraisemblable que la réduction à vingt équipes soit menée à bien plus rapidement qu'une fusion des championnats belge et néerlandais. Les PO2 ne sont pas attrayants, la D1B est un problème depuis des années, pour ne pas dire un drame. On est de plus en plus convaincu que vingt clubs professionnels seraient amplement suffisants pour la Belgique.