Guillaume et Pierre Gillet sont régents en éducation physique. Guillaume : " Suis-je volontairement resté en D2 pour terminer mes études ou ai-je terminé mes études parce que je n'avais guère de possibilités comme footballeur au plus haut niveau ? Un peu les deux. Pendant mes études, je n'avais pas attiré l'attention des clubs de D1. J'avais eu quelques petites touches avec le Brussels ou Mons, surtout du fait que je connaissais bien José Riga, mais sans pl...

Guillaume et Pierre Gillet sont régents en éducation physique. Guillaume : " Suis-je volontairement resté en D2 pour terminer mes études ou ai-je terminé mes études parce que je n'avais guère de possibilités comme footballeur au plus haut niveau ? Un peu les deux. Pendant mes études, je n'avais pas attiré l'attention des clubs de D1. J'avais eu quelques petites touches avec le Brussels ou Mons, surtout du fait que je connaissais bien José Riga, mais sans plus. Il me restait une année d'études à terminer, c'eût été bête d'abandonner à ce moment-là. Dès l'instant où j'ai terminé mes études, mes 16 buts à Eupen ont attiré l'attention des clubs de l'élite et les propositions ont afflué. Avec le recul, le timing fut idéal. J'avais 22 ans et c'était sans doute le bon moment pour tenter ma chance. 23 ans, c'était aussi le bon moment pour rejoindre Anderlecht : j'avais déjà une certaine maturité sans être trop âgé. Encore que : quand je vois des joueurs comme JonathanLegear, StevenDefour ou AxelWitsel qui sont déjà au sommet à 19 ou 20 ans, il m'arrive de me dire que j'ai éclos tard. " Un régendat en éducation physique, cela signifie 20 heures de sport par semaine. Plus les entraînements en club... Guillaume : " J'étais parfois fatigué en arrivant à l'entraînement à Eupen. Et dans la froideur hivernale, il fallait du courage pour encore se taper une séance le soir. Mais ce régime m'a été bénéfique. Je suis devenu très endurant, à défaut d'être très rapide : je dois courir le 100 mètres en 12,5 secondes... "" Si Guillaume devait un jour participer aux Jeux olympiques, ce serait en curling ! ", lance son frère, un peu taquin. Ou en gymnastique ? Il est déjà arrivé à Guillaume de célébrer un but par un joli flick arrière. " Pourtant, je n'étais pas parmi les plus souples dans ma jeunesse ", révèle-t-il. " J'étais catastrophique, comme beaucoup de joueurs de foot et j'hésitais même à me lancer dans une roulade avant à l'école. Mais mon prof de gym était réputé dans toute la province pour sa sévérité et j'ai dû m'exécuter. Mes sports préférés étaient plutôt le... karting et le ski ! "Comme tout étudiant, Guillaume a dû présenter un mémoire pour obtenir son diplôme : " J'ai opté pour la psychomotricité des jeunes footballeurs. Le sujet m'a été inspiré par l'entraîneur des Diablotins de Visé. Il avait constaté que certains enfants éprouvaient des difficultés à attraper une balle, parce qu'ils se déplaçaient difficilement ou maîtrisaient mal leur corps. "