Les deux clubs qui se rencontrent demain en aller des 16es de finale de l'Europa League avaient rang de ténors à la fin du 20e siècle en coupes d'Europe :-l'Ajax remporta 6 victoires et fut 4 fois finaliste entre 1971 et 95
...

Les deux clubs qui se rencontrent demain en aller des 16es de finale de l'Europa League avaient rang de ténors à la fin du 20e siècle en coupes d'Europe :-l'Ajax remporta 6 victoires et fut 4 fois finaliste entre 1971 et 95 -Anderlecht remporta 3 victoires et fut 4 fois finaliste entre 1970 et 1990... Ces 20 dernières années, l'un et l'autre font souvent de la figuration. 9 mai à l'Ullevi Stadium de Göteborg : Anderlecht dispute sa dernière finale européenne, en Coupe des Coupes face à la Sampdoria. Les Italiens s'imposent dans les prolongations grâce à un doublé du buteur Gianluca Vialli. Malheureux sur ce coup-là, l'épreuve n'avait pas moins souri aux Sportingmen, qui avaient gagné l'épreuve en 1976 et 1978 contre West Ham United (Heysel 4-2) et l'Austria Vienne (Parc des Princes 4-0). Ils avaient aussi été finalistes en C2 en 1977 contre Hambourg (Amsterdam 0-2). Deux autres finales perdues : Coupe des Villes de Foires 1970 face à Arsenal en (3-1 et 0-3), Coupe de l'UEFA 1984 contre Tottenham Hotspur (deux fois 1-1 et 3-4 aux tirs au but). En 93, Anderlecht avait gagné cette C3 devant Benfica (1-0 au Heysel et 1-1 à Lisbonne). Le Sporting acquiert le droit de disputer la toute première édition de la Ligue des Champions après avoir passé les Grasshoppers Zurich (1-1 au Parc Astrid et 3-0 en Suisse) puis le PSV Eindhoven (0-0 aux Pays-Bas et 2-0 à Anderlecht). Suivent deux beaux succès à domicile contre la Sampdoria (3-2) et l'Etoile Rouge Belgrade (3-2 également). Face au 3e représentant du groupe, le Panathinaïkos, les Mauves réalisent deux 0-0. Les deux défaites en Serbie (3-2) et à Gênes (2-0) les empêcheront d'accéder au stade suivant mais les 2,5 millions auront été plus qu'une consolation. Sous LouisvanGaal, qui a remplacé Leo Beenhakker l'année précédente, l'Ajax remporte face à Torino (2-2 à Turin et 0-0 à Amsterdam) le seul trophée européen manquant à son palmarès : la Coupe de l'UEFA. Avec la Juventus, le Bayern et le FC Barcelone, il est le seul à avoir réussi cette passe de trois. Auparavant, il s'était déjà adjugé à trois reprises la C1 (2-0 face au Panathinaikos Athènes en 1971, 2-0 contre l'Inter Milan en 1972 et 1-0 devant la Juve en 1973). Cette génération s'articulait autour des Johan Cruijff, Piet Keizer, Johan Neeskens, Gerrie Mühren et autres Ruud Krol. Ajax amena la révolution du football total. Au printemps, 3e titre d'affilée sous Johan Boskamp. Auréolé d'exploits (dont un doublé championnat-Coupe en 1994, dernier de l'histoire) il tire sa révérence. La direction prend Herbert Neumann. Fiasco, le Sporting est éliminé au tour préliminaire de la CL par les Hongrois de Ferencvaros (0-1 au Parc Astrid et 1-1 à Budapest). L'Allemand ne passera que 51 jours à la tête de l'équipe : Raymond Goethals avait été rappelé au retour mais l'élimination européenne consommée, Raimundo céda le témoin au revenant Boskamp ! Toujours avec Louis van Gaal aux commandes : dernière Coupe aux Grandes Oreilles (1-0 contre l'AC Milan). Un but résultant d'un pointu du jeune Patrick Kluivert, monté à 20 minutes du terme à la place de Jari Litmanen. Le Surinamien remplace en attaque un autre monstre sacré, Dennis Bergkamp, meilleur buteur de la compétition néerlandaise : 25 buts (conjointement avec le Brésilien Romario du PSV Eindhoven) en 1991, 24 en 1992 et 26 en 1993, année de son transfert à l'Inter Milan en compagnie de : Wim Jonk. Le trésorier de l'Ajax voit ses caisses gonfler de 16 millions d'euros, un record ! 22 mai, l'Ajax dispute sa dernière finale de Ligue des Champions. Au stade Olimpico de Rome, les Bataves sont battus aux pénaltys par la Juventus (1-1, 4-2 aux tirs au but). Le 14 août, l'Ajax s'établit dans un nouveau stade : l'ArenA, 51.628 places. Toutes trouvent d'emblée preneurs. Un fameux contraste par rapport aux 62 années passées au Meer où le club n'accueillait qu'une petite douzaine de milliers de fans en moyenne. Avec sa capacité maximale de 20.000 places, l'enceinte était d'ailleurs trop exiguë pour abriter des matches de CE et les Ajacides se déplaçaient invariablement au Stade Olympique (65.000 spectateurs) qui était toujours comble. Véritable réussite, avec un toit amovible, l'ArenA péchait par sa pelouse, mal aérée en raison de la structure fermée : elle a dû être remplacée à une cinquantaine de reprises en 15 ans. L'Ajax, sous Morten Olsen remporte son avant-dernier doublé championnat-Coupe (il récidivera en 2002). Il remporte effectivement la PTT-Telecompetitie avec pas moins de 17 points d'avance sur leur dauphin, le PSV (89 points contre 72). Leur average est des plus impressionnants aussi avec 112 buts marqués pour 22 encaissés, soit un solde de +90, jamais égalé. Mais la suite est moins glorieuse : les frères Ronald et Frank de Boer, qui viennent de signer pour sept ans, font l'objet d'une cour assidue du FC Barcelone. Le clash entre le coach, qui tient à les garder, et les frérots tourne à l'avantage de ces derniers. Olsen est remplacé par Jan Wouters. Anderlecht, dirigé par Aimé Anthuenis, remporte son 25e titre national et accède au deuxième tour des poules de la CL. Au premier, les Mauves terminent en tête, précédant Manchester United, le PSV Eindhoven et le Dynamo Kiev. La victoire 2-1 face aux Mancuniens reste le match-référence. Au stade suivant, le Sporting enchaîne les bonnes performances : 1-0 contre la Lazio et 2-0 devant le Real Madrid. Mais deux échecs contre Leeds United (2-1 à Elland Road et 1-4 à domicile) l'empêchent de franchir le cap. A l'intersaison, le club est déplumé de quatre pions majeurs : Jan Koller part au Borussia Dortmund, Tomasz Radzinski à Everton, Bart Goor au Hertha Berlin et Didier Dheedene à l'Austria Vienne. Bonus de 18 millions d'euros mais amputation de 70 % de capacités offensives. Il engage alors des attaquants qui ont encore tout à prouver au sommet : l'Egyptien Tarek El Saïd, le Sud-Coréen Ki-Yeon Seol et le Nigérian Ode Thompson. Plus le puncheur de Mouscron, Nenad Jestrovic, qui se blesse très vite. Anderlecht ne fait pas le poids en CL, étant notamment laminé 1-5 sur son terrain par le modeste Lokomotiv Moscou. Le pire revers à domicile de sa longue histoire européenne. Dans une poule de CL composée de l'Olympique Lyonnais, du Bayern Munich et du Celtic Glasgow, le Sporting maintient le suspense jusqu'à la dernière soirée et signe un brevet d'invincibilité à domicile : 1-0 contre Français et Ecossais et 1-1 devant les Allemands (1-1). Il est moins performant à l'extérieur (revers 1-0 à Gerland et 3-1 à Parkhead) mais peut se qualifier en Bavière... où Munich, soucieux de préserver une avance d'un but, tremble jusqu'au bout. Oleg Iachtchouk manque de peu l'égalisation sur une reprise de volée. Finalement, les Mauves ferment la marche avec 7 points, comme le Celtic. Bayern est deuxième avec 9 unités et Lyon premier avec 10 points. C'est la bérézina en CL : zéro point face à l'Inter Milan, Werder Brême et Valence. Les Milanais, qui terminent premiers avec 14 points, l'emportent 1-3 au Parc Astrid et 3-0 à San Siro. Les Allemands (13 unités), s'imposent 1-2 et 5-1 au Weserstadion. Quant aux Espagnols, troisièmes avec 7 points, ils font 2-0 à Mestalla et 1-2. Avec 4 buts marqués à peine pour 17 encaissés, Anderlecht fait preuve à la fois de son indigence et de sa vulnérabilité. 29e et dernier titre de champion depuis sa création en 1900... Après, il a trusté quatre deuxièmes places (2005, 07, 08 et 10), une troisième (2009) et une quatrième (2006). Sept années sans se coiffer des lauriers suprêmes : il faut remonter à 1957 pour une séquence aussi désastreuse. A l'époque, les Ajacides avaient dû patienter 10 ans pour redevenir champion. Plus tard, disette également entre 1960 et 66. Maigre consolation : les Rouge et Blanc se rachètent en Coupe nationale qu'ils gagnent en 2006, 07 et 10. Au total, ils ont remporté ce trophée à 17 reprises... et 7 victoires en Supercoupe hollandaise (1993, 94, 95, 2002, 05, 06 et 07). A nouveau du très mauvais coton pour une 3e participation consécutive au plateau final de la CL. Liverpool, Chelsea et le Betis Séville font figure de tourmenteurs. Après cinq soirées, Anderlecht ne totalise pas le moindre point. Les Londoniens s'imposent 1-0 à Stamford Bridge et 0-2, les Reds 0-1 au Parc Astrid et 3-0 à Anfield. Les Espagnols se contentent du plus petit écart à Bruxelles et les Mauves prennent leur revanche lors de leur dernier déplacement ; en Andalousie, 0-1 via Vincent Kompany. Verdict final : Liverpool, 12 points, Chelsea 11, Betis 7 et RSCA 3. Qualification directe en poules de la CL dans un groupe avec le Bayern Munich, la Juventus et le Maccabi Tel-Aviv. Mais les Ajacides courbent l'échine devant les deux premiers. Repêchés en Coupe de l'UEFA, ils s'imposent d'abord 1-0 à domicile contre Auxerre avant de prendre 3-1 chez l'Abbé Deschamps. Ronald Koeman, ancienne gloire du club, démissionne de son poste d'entraîneur et est remplacé par un autre joueur au long cours du club, Danny Blind. L'Ajax finit à 10 points de l'intouchable PSV Eindhoven, qui n'a concédé qu'une seule défaite : 2-0 contre Roda JC Kerkrade. On pensait que l'Ajax avait touché le fond un an plus tôt suite à son élimination au 3e tour préliminaire de CL face au FC Copenhague : 2-1 au Danemark et 0-2 à l'ArenA. Mais l'histoire repasse les plats : éviction au même stade par le Slavia Prague, 1-0 dans la capitale tchèque et, contre toute attente, 1-2 à Amsterdam, deux buts de Stanislav Vlcek (il sera transféré à Anderlecht en janvier 2008). A nouveau, l'Ajax est versé en Coupe de l'UEFA où il ne fait pas long feu : 0-1 au Dinamo Zagreb, il se fait surprendre à domicile : 2-3. Comme RonaldKoeman en 2005, l'entraîneur Henk Ten Cate, successeur de Danny Blind, ne survit pas à cet affront et est remplacé par Adrie Koster. Du fait de cette période de vaches maigres, les cadres aspirent à un transfert. Le ton avait été donné en 2005 avec Rafael van der Vaart et Nigel de Jong. Un an plus tard, Hatem Trabelsi, Tomas Galasek, Hans Vonk, NourdinBoukhari, Steven Pienaar et Maxwell réclament leur bon de sortie. Puis c'est au tour de Maduro, John Heitinga et Edgar Davids. Ajax délie les cordons de la bourse afin d'offrir une équipe compétitive à son nouveau coach, Marco van Basten : 35 millions d'euros sont dépensés pour Ismaïl Aissati du PSV Eindhoven, Dario Cvitanich de Banfield et Miralem Sulejmani du SC Heerenveen . Pour ce dernier, 16,25 millions d'euros furent déboursés, un record aux Pays-Bas ! Le 28 juillet, 150e match européen et 5-0 contre les Turcs de Sivasspor (5-0) en avant-dernier tour préliminaire de CL. Au stade suivant, réveil contre un OL pourtant battu 1-0 six ans plus tôt : les Français sont cette fois sans pitié ; 5-1 à Gerland et 1-3 au Parc Astrid. Repêchés en UEFA, les Mauves y signent quelques matches de la meilleure veine : 1-1 à l'Athletic Bilbao et 4-0 au retour en seizièmes ; puis, en huitièmes, défaite 3-1 au HSV et 4-3 au retour. Anderlecht marque très facilement, mais sa défense reste fébrile. L'Ajax, longtemps le premier club néerlandais en budget de fonctionnement est devancé par le PSV Eindhoven : 73 millions d'euros annuels contre 67. Le club amstellodamois est relégué aux alentours de la 50e place européenne, loin des Real Madrid avec ses 401 millions ou FC Barcelone, 365 millions. Et plus de 200 millions pour Arsenal, Chelsea, Manchester United et Liverpool. Même les deux grands de France, l'Olympique Lyon et l'Olympique Marseille tournent autour du double de l'Ajax : 135 millions chacun. Les Rouge et Blanc qui, à l'époque de leur splendeur, émargeaient au top 20 européen n'en finissent pas de dégringoler. Avec ses 150 millions annuels de droits télé, le Barça prend déjà allégrement ses distances... Deux ans après avoir été privés de poules de CL par le modeste de BATE Borisov, les Anderlechtois chutent à nouveau face à un petit ; deux fois 2-2 contre le Partizan Belgrade et défaite aux tirs au but (1-3). Pour la seconde fois en 24 mois, les Mauves sont privés d'un joli pactole de 15 millions. Ils sont obligés de vendre mais seul Jan Polak part, pour 2,5 millions d'euros. Lucas Biglia et Romelu Lukaku devraient suivre. La direction espère récolter une trentaine de millions, au total... qui contraste avec les 3,5 millions consentis pour l'achat de Mbark Boussoufa autrefois. L'Ajax a remporté la Coupe mais ses affaires ne vont pas bien. Son entraîneur, Martin Jol, arrivé de Tottenham au printemps 2009 jette le gant le 6 décembre dernier, faute de résultats. La relève est assurée par Frank de Boer, ex-joueur et adjoint du sélectionneur néerlandais Bert van Marwijk. Pour sa toute première expérience, l'intérim est satisfaisant et il signe le 9 janvier dernier un contrat jusqu'en juin 2014. Il doit toutefois composer aujourd'hui sans le concours de l'attaquant-vedette uruguayen Luis Suarez, transféré durant le récent mercato à Liverpool pour 25 millions. PAR BRUNO GOVERS