Les chiffres que nous nous sommes procurés et les sombres perspectives annoncées ne sont pas du tout confirmés par l'ex-président. Jean-Pierre Detremmerie démonte toutes les accusations.
...

Les chiffres que nous nous sommes procurés et les sombres perspectives annoncées ne sont pas du tout confirmés par l'ex-président. Jean-Pierre Detremmerie démonte toutes les accusations. Une situation financière catastrophique Jean-Pierre Detremmerie : " La situation de l'Excel n'est pas pire que celle de plusieurs autres clubs de D1. Il ne subsiste plus qu'un gros contrat dans le noyau ( MarcinZewlakow) et le budget pour la saison prochaine est d'ores et déjà garanti : c'est encourageant ". Une dette de 12 millions " C'est complètement faux. Le club ne devra jamais rembourser les industriels qui y ont mis de l'argent. C'était du sponsoring déguisé. On sait de toute façon que, quand on injecte de l'argent dans un club de foot, on a très peu de chances de le récupérer un jour. Et je conteste formellement les chiffres pour les emprunts de l'IEG qui vous ont été communiqués. Vous me parlez de quatre gros emprunts depuis 2003 : il n'y en a eu que deux. Pour un total de 4 millions tout au plus. Personne ne peut d'ailleurs dire que cet argent devra être remboursé à coup sûr. Si un privé reprend le club, il pourra toujours négocier avec l'IEG pour reconvertir la dette d'une façon ou d'une autre ". Enormément d'argent public dans le club " L'Excel contribue au rayonnement de la région. Il y a d'autres villes qui aident leur club phare. Certaines se portent par exemple garantes d'emprunts contractés par un club : c'est le cas à Charleroi, mais aussi en Flandre ". Le personnel communal actif au Canonnier " C'est une pratique courante chez nous : la Ville met du personnel à la disposition de toutes ses ASBL. C'est une façon de développer la vie associative. Je signale que pour chaque personne de la Ville affectée à l'Excel, on peut créer trois emplois payés entièrement par le club. Cela fait hurler l'opposition, mais chacun mène la politique qu'il veut. La population a eu le droit de s'exprimer : elle nous a fait confiance ". Le manque de transparence " Jusqu'il y a deux ou trois ans, l'opposition communale était représentée dans l'ASBL. Ces gens-là se sont retirés. Ne me demandez pas pourquoi. Sans doute étaient-ils mal à l'aise en faisant partie d'un organisme qu'ils passaient leur temps à démolir ". Detrem' toujours fort présent (Francis D'Haese, le responsable financier de l'Excelsior, nous signale que Jean-Pierre Detremmerie reste dans le conseil d'administration de l'ASBL et devient observateur du nouveau comité directeur)" Je ne fais plus partie du conseil d'administration et je ne suis pas dans le comité directeur. J'ai démissionné de toutes mes fonctions au club, point à la ligne. Les gens en place savent qu'ils peuvent me consulter à tout moment, mais je n'ai plus de responsabilité officielle ". La reprise du club " Des négociations avec des repreneurs potentiels sont toujours en cours ".