Les bons résultats du Standard ont attiré l'attention sur son maitre-à-jouer, Axel Witsel. Les prestations cinq étoiles face à l'Autriche et l'Azerbaïdjan ont ébloui la planète football. A tel point que les scouts étrangers se bousculent pour voir le jeune joueur du Standard. A 22 ans, Witsel est donc à un tournant de sa carrière et devrait vraisemblablement donner une nouvelle impulsion à son parcours en partant pour l'étranger. " Il a grandi et mûri dans sa tête. Je pense qu'il est temps pour lui de passer un palier ", lâche d'ailleurs son père Thierry. Mais vers où ? Et à quel prix ? Sport/Foot Magazine a analysé l'intérêt des grands championnats étrangers et a questionné plusieurs agents pour connaître la valeur réelle du joueur sur le marché.
...

Les bons résultats du Standard ont attiré l'attention sur son maitre-à-jouer, Axel Witsel. Les prestations cinq étoiles face à l'Autriche et l'Azerbaïdjan ont ébloui la planète football. A tel point que les scouts étrangers se bousculent pour voir le jeune joueur du Standard. A 22 ans, Witsel est donc à un tournant de sa carrière et devrait vraisemblablement donner une nouvelle impulsion à son parcours en partant pour l'étranger. " Il a grandi et mûri dans sa tête. Je pense qu'il est temps pour lui de passer un palier ", lâche d'ailleurs son père Thierry. Mais vers où ? Et à quel prix ? Sport/Foot Magazine a analysé l'intérêt des grands championnats étrangers et a questionné plusieurs agents pour connaître la valeur réelle du joueur sur le marché. Un prix varie en fonction de l'offre et de la demande. Mais également de la crise ou de l'arrivée de nouveaux investisseurs dans un club. Pour fixer le prix de Witsel, il faut tenir compte d'abord de son club, le Standard, réputé pour être difficile en négociation. " Les joueurs du Standard coûtent une fortune. Ils sont largement surestimés et sur-côtés ", explique Paul Marchioni à la tête de la cellule scouting de Monaco. " Il y a deux ans, on parlait de 20 millions d'euros. C'était complètement ahurissant. Le fait qu'il reste au Standard est sans doute dû à la politique de prix de la direction qui décourage beaucoup d'acquéreurs. Je constate qu'à part Steven Defour, tous les joueurs de sa génération sont partis. " " Le problème du Standard, c'est qu'il s'agit d'un club très gourmand ", corrobore Jaouad Boukhari, recruteur pour l'agence anglaise WMG. " Et je les vois mal demander moins de 15 millions pour Witsel. Cependant, sa valeur n'est pas de cet ordre-là. Je pense qu'avec un montant de 8 millions d'euros, on se rapproche de sa valeur objective. Cependant, il suffit d'un peu de concurrence pour que le prix augmente. " " Il peut partir pour 15 millions ", estime Nenad Petrovic, agent de joueurs. " Je dirais qu'avec lui, on se situe dans une tranche entre 12 et 14 millions mais que si un club le veut vraiment, on peut atteindre un plus gros prix. Il est plus fort et plus jeune que Mbark Boussoufa, parti pour 8 millions d'euros à Anzhi Makhatchkala. Et je ne suis pas certain qu'il vaille moins que Romelu Lukaku. De plus, le Standard mène très bien ses affaires. Lucien D'Onofrio est ce qui se fait de mieux dans ce genre de négociations. Le club est assis sur un énorme trésor de guerre et il n'est donc pas obligé de vendre. Cela ne facilite pas les négociations avec les autres clubs. " " Il est sous contrat jusqu'en 2014", explique Thierry Witsel. " C'est donc le club qui a les cartes en main. C'est clair qu'il ne partira pas pour 5 millions d'euros. Et quand vous évoquez 10 à 15 millions, je pense que c'est dans cette fourchette-là que débuteront les négociations. "Certains estiment que son prix a chuté durant deux ans mais qu'il est remonté dernièrement. " Sa valeur a peut-être baissé un peu par rapport à il y a deux ans car il a quelque peu stagné même s'il revient fort ces deux derniers mois ", ajoute Serge Recordier, recruteur à Rennes. " Depuis sa cote est revenue à un bon niveau grâce à ses prestations en équipe nationale où la visibilité est plus forte que lors d'un Clasico par exemple ", ajoute Petrovic. Cette baisse ne tient compte que de son niveau en match, pas de l'affaire Wasilewski. " Un accident comme cela arrive aux plus gentils et cela n'influence pas son prix ", affirme Marchioni. " Au contraire, on a vu qu'il avait un gros mental pour surmonter cette épreuve ", continue Boukhari. Les plus assidus sont les Français. Cela fait maintenant trois saisons que plusieurs clubs de l'Hexagone (Le Mans, Nice, Rennes, le PSG, Lille et Lyon) suivent Witsel mais plus les années avancent et plus le marché semble trop petit pour le Liégeois. Pourquoi ? Parce que son prix reste élevé, que les clubs français n'ont pas l'habitude de mettre le paquet et que ceux qui pourraient le faire (Lyon et Marseille) revoient petit à petit leurs investissements à la baisse. Alors qu'il a frappé de grands coups ces deux dernières saisons, Marseille a annoncé qu'il se concentrerait davantage sur les joueurs gratuits après le flop André-Pierre Gignac de l'été passé. L'OM réserve son argent pour un joueur offensif, pas pour un médian. De plus, par rapport à 2008, Witsel (22 ans) a trois ans de plus. Or, les clubs français ne sont que des tremplins et voient avant tout la plus-value à la revente. Plus le joueur vieillit, plus la plus-value se réduit. " On l'a suivi durant un an de manière assidue mais pour nous, c'est fini ", explique Marchioni, " Il est jeune et même s'il a des qualités, on ne sait pas s'il va s'imposer. Quand on sort entre 8 et 15 millions d'euros, il faut avoir des garanties. Or, il y a toujours un risque qu'un joueur ne s'adapte pas. Regardez Dieumerci Mbokani : il nous a coûté 8 millions mais il n'a pas flambé ! Pour réussir dans le championnat français, il faut être très technique et très athlétique. Parfois, c'est plus dur de s'adapter à la Ligue 1 qu'à la Serie A. " Même écho auprès de Recordier, qui était présent au clasico Anderlecht-Standard (1-3) durant lequel Witsel n'a pas joué. " Nous l'avons vu deux fois ces dernières semaines et pour moi, il s'agit du meilleur joueur du championnat de Belgique. Il est technique, il percute et met quelques buts. Pour moi, il aurait largement sa place dans n'importe quelle équipe de Ligue 1. A Rennes, il serait une star et je suis donc surpris de le voir toujours au Standard mais un club français ne mettra jamais plus de six millions d'euros pour un tel joueur. Il aurait dû partir, à l'instar de Marouane Fellaini qui a fortement progressé à Everton. Lui, il a choisi de rester pour grandir. Cela prouve une chose, c'est qu'il réfléchit à sa carrière sans se précipiter ! Néanmoins, s'il n'est pas parti la saison passé, c'est peut-être aussi qu'il n'a pas reçu tellement d'offres intéressantes à ses yeux. " D'après certaines sources françaises, actuellement, un seul club pourrait suivre la cadence des grands clubs anglais, espagnols et italiens : Lyon. Marseille se voit contraint de se serrer la ceinture alors que le PSG est davantage préoccupé par son rachat. Par contre, même un Lyon échaudé par les dépenses effectuées pour Jimmy Briand et Yoann Gourcuff, qui n'ont pas convaincu, serait intéressé par ce type de joueurs. D'autant plus que le Suédois Kim Kallström, qui présente le même profil que Witsel, est annoncé sur le départ. Récemment, la presse a annoncé qu'un précontrat avait été signé avec le FC Séville et que Barcelone serait venu plusieurs fois à Sclessin pour le voir à l'£uvre. Réaliste ? Pas vraiment. Séville était de fait très intéressé mais Witsel était en balance avec un autre joueur, Piotr Trochowski (Hambourg) qui avait l'avantage d'être gratuit. Le site de Marca a indiqué la semaine dernière la signature de l'international allemand d'origine polonaise. Ce qui semble régler le cas Witsel. " Je ne crois pas à la piste Séville ", explique Andres Gutierrez, agent espagnol de la société Inter Football Management. " Witsel a un profil vraiment trop comparable à celui de Trochowski. Par contre, le staff de Séville s'est déplacé à plusieurs reprises à Liège et le choix de Witsel colle bien avec la politique du club qui a acheté Dani Alves, Adriano ou Seydou Keita jeunes avant de les revendre à un bon prix. " Victor Orta, à la tête de la cellule de scouting du FC Séville a confirmé que la piste sévillane s'était fameusement refroidie. " Je ne vais pas faire de grandes révélations mais je confirme que nous nous sommes rendus à plusieurs reprises en Belgique pour le visionner. Il peut avoir un rôle déterminant en Liga. Et pas seulement jouer les faire-valoir mais nous n'irons pas spécialement plus loin car nous disposons de beaucoup de joueurs dans l'entrejeu et que l'arrivée de Trochowski rajoute un élément supplémentaire dans ce secteur. Cependant, nous continuerons à le suivre. " Reste le cas de Barcelone. " Où jouerait-il au Barça ? ", se borne à dire Jorge Vidal, son agent spécialisé sur le marché espagnol. " Il faut être réaliste ", ajoute Gutierrez, " Il n'a pas le niveau pour revendiquer une place dans une équipe comme Barcelone ou le Real. Avec Xavi, Andres Iniesta ou Sergio Busquets, Barcelone est paré. " Outre le Real et Barcelone, Valence, Atletico Madrid et Villarreal sont en mesure de sortir le portefeuille. A moins que Malaga et Santander, deux nouveaux riches, se maintiennent. Mais là, c'est Witsel qui risque de reculer devant le manque d'attractivité de ces deux clubs. " Pour le reste, le marché espagnol est en crise. Beaucoup de clubs accumulent des dettes. Même Valence pense d'abord à se restructurer avant de pouvoir à nouveau faire des folies financières ", conclut Gutierrez. Les relations privilégiées entre le Milan AC et Lucien D'Onofrio jouent clairement en faveur du club lombard, disposé à mettre 9 millions d'euros. " Certaines grosses écuries ne savent plus rivaliser et d'autres n'ont toujours pas compris qu'il fallait jouer la carte jeune ", résume Sandro Piagnarelli, recruteur à la Genoa et autrefois actif à la Juventus. " Witsel est un joueur qu'on connaît bien en Italie. S'il y a plusieurs années, on pouvait affirmer qu'un joueur belge n'avait pas beaucoup de chance d'avoir le niveau pour le Calcio, ce n'est plus le cas aujourd'hui. D'un côté, le football belge s'est amélioré et de l'autre, le football italien a perdu de sa valeur. Je pense que Witsel pourrait évoluer dans un grand club à la condition que ce dernier compte sur lui dans son onze de base. Mais petit à petit, on importe les bonnes habitudes européennes et les formations italiennes lancent des jeunes. " Par contre, son prix pourrait en rebuter plus d'un. " Les trois quarts des équipes italiennes ne voudront pas ou ne pourront pas mettre 15 millions pour un médian belge. Même si son étiquette internationale et le fait qu'il ait déjà joué la Ligue des Champions jouent en sa faveur ! Je crois que le Milan AC pourrait miser sur lui mais attention, le vestiaire milanais est parfois imperméable à la nouveauté. Même si le club a décidé de rajeunir les cadres. "Au prix fixé par le Standard, l'Angleterre semble donc la destination privilégiée, d'autant plus que la famille Witsel s'est entourée d'un agent supplémentaire pour ce marché. " Lui a assez de talent pour éviter de passer par la case Russie et je ne crois pas qu'il soit fort attiré par l'Allemagne ", explique Nenad Petrovic. " Par contre l'Angleterre lui conviendrait bien. "" Parce qu'il allie technique et physique, il est taillé pour le championnat anglais ", ajoute Piagnarelli. " Il faut privilégier les championnats forts ", reconnaît Thierry Witsel. " Et je ne pense pas que la Russie soit un championnat idéal car il n'a que 22 ans. "Oui mais où ? Les noms de Chelsea, Manchester United et Arsenal ont circulé. " C'est vrai qu'il fait partie des carnets de scouting d'Arsenal et de Chelsea ", reconnaît Simon Johnson, journaliste au London Evening Standard. " Mais il ne fait pas partie des cinq premiers noms cochés sur ces carnets. S'il aboutit dans ces deux clubs, cela signifierait que les transactions avec les joueurs principalement ciblés ont échoué ou qu'il constitue une doublure. " " Il ne manque pas de qualités mais ce n'est, aujourd'hui, pas un joueur pour Manchester United ", appuie Boukhari. " Il n'est pas encore totalement complet. Alors tout dépend ce que l'on entend quand on dit qu'il a le niveau pour un grand club. C'est un peu comme si on demandait si Marouane Chamakh avait le niveau pour Arsenal. Pour être sur le banc d'Arsenal ? Oui. Pour jouer contre Blackpool ? Oui. Mais pour disputer la Ligue des Champions contre Barcelone ? Non. Pour moi, il se situe encore un cran en dessous des Samir Nasri, Cesc Fabregas ou Abou Diaby. Je trouve qu'un Vincent Kompany avait une maturité supérieure à celle de Witsel quand il est arrivé à Manchester City. C'est normal, il est passé par un club du subtop à Hambourg et City n'était pas encore la formation actuelle. Je pense que Witsel devrait d'abord passer par une case intermédiaire comme Birmingham ou Blackburn. Il serait un peu dans le dur au début mais s'il passe le palier physique de ces clubs, tout lui sera permis. Moussa Dembélél'a très bien compris en signant à Fulham. Son choix est excellent alors qu'on l'évoquait à City ou Liverpool. A Fulham, il a pris contact avec le championnat anglais et même s'il a été blessé, sa première saison s'apparente à une réussite. S'il confirme, il sera prêt pour un grand club. Quant au prix demandé, cela ne devrait pas arrêter les clubs du subtop. Everton et Aston Villa sont capables de mettre ces sommes car ces clubs savent que Witsel en vaudra le double dans deux ans. En outre, Newcastle et Sunderland ont des liquidités depuis les ventes de Darren Bent et Andy Carroll. " Alors une trajectoire à la Fellaini ou Kompany? " Les gens comme Kompany et Fellaini ne sont pas passés par où Axel est passé. Il a mûri et est prêt pour un grand championnat. Il est capable de jouer dans un des quatre meilleurs clubs de n'importe quel grand championnat. Cependant, avant d'aller au Real ou à Barcelone, il faudrait qu'il aille dans un club plus abordable ", conclut papa Witsel. Le championnat allemand n'est pas dans les priorités de Witsel malgré l'intérêt poussé de certains clubs comme Hambourg ou le Werder Brême. " Il conviendrait très bien au style de jeu de Dortmund mais même si le club est champion, il ne fera pas de grosses folies sur le marché des transferts ", explique Christof Kneer, journaliste au Sueddeutsche Zeitung. " Quant au Bayern, on a entendu qu'il y avait de l'intérêt mais avec Bastian Schweinsteiger et Toni Kroos, le club dispose déjà de deux profils similaires à celui de Witsel. A moins que le Bayern, déçu de sa saison, ne décide de faire la grande lessive et de renouveler son effectif. Mais ce n'est pas encore à l'ordre du jour. Il y aura des changements mais sans doute plus en défense et en attaque que dans l'entrejeu. " PAR STÉPHANE VANDE VELDE" Everton et Aston Villa sont capables de mettre 10 à 15 millions car ces clubs savent que Witsel en vaudra le double dans deux ans. " (Un agent anglais) " Les joueurs du Standard coûtent une fortune. Ils sont largement surestimés et sur-côtés. " (Paul Marchioni, à la tête de la cellule scout de Monaco)