Les entraîneurs des deux grands clubs espagnols connaissent des fortunes diverses, c'est le moins que l'on puisse écrire. PepGuardiola, après des débuts un peu hésitants, fait aujourd'hui l'unanimité : le FC Barcelone gagne souvent sur des scores-fleuves en produisant un football brillant. BerndSchuster, en revanche, est critiqué et même carrément sur la sellette. Et peut-être qu'après la victoire contre Huelva par le plus petit écart il devra céder sa place.
...

Les entraîneurs des deux grands clubs espagnols connaissent des fortunes diverses, c'est le moins que l'on puisse écrire. PepGuardiola, après des débuts un peu hésitants, fait aujourd'hui l'unanimité : le FC Barcelone gagne souvent sur des scores-fleuves en produisant un football brillant. BerndSchuster, en revanche, est critiqué et même carrément sur la sellette. Et peut-être qu'après la victoire contre Huelva par le plus petit écart il devra céder sa place. Schuster a cessé de plaire. A l'époque où il entraînait Getafe, ses bons mots en conférence de presse faisaient rire tout le monde. Deux ans ont passé, et aujourd'hui, ses déclarations n'amusent plus personne. Depuis qu'il a rejoint le Real Madrid, son image s'est noircie, jusqu'à atteindre une cote d'anti-popularité qui s'est encore aggravée cette saison. Diverses raisons en sont la cause, et aussi curieux que cela puisse paraître, Guardiola y est aussi pour quelque chose. La réussite du nouveau mentor catalan a mis en évidence les... défauts de l'Allemand. La personnalité d'un entraîneur joue un rôle dans la sympathie ou l'antipathie qu'on lui voue. La saison dernière, le président du Real Madrid RamonCalderon disait déjà : " Il a un caractère un peu particulier. " Les différences entre Schuster et Guardiola vont au-delà de l'éternelle rivalité qui oppose Madrid à Barcelone. L'élégance, l'expression et le savoir-faire de Pep contrastent avec la personnalité despotique de Bernd, face aux médias notamment. Certains pensent que l'Allemand utilise volontairement des déclarations fracassantes pour concentrer les critiques sur sa propre personne et ainsi ôter la pression des épaules des joueurs. Un peu comme JoséMourinho. Mais ce comportement n'a pas le même effet partout. Dans une maison respectable comme celle du Real Madrid, on accorde beaucoup d'importance à l'image et à la prestance. Les critiques envers les arbitres, les disputes avec certains dirigeants et les remarques acerbes envers certains journalistes furent monnaie courante la saison dernière, mais on lui a tout pardonné grâce au titre. Aujourd'hui, cela va un peu moins bien et donc... L'ESPAGNE a battu le Chili 3-0 en match amical. Une prestation convaincante, si l'on en croit VicenteDelBosque lui-même. SERGIOAGUERO (20 ans), l'attaquant de l'Atletico Madrid, a quitté l'hôtel de l'équipe nationale argentine avant le match face à l'Ecosse car la grossesse de sa compagne (la fille de DiegoMaradona) connaît des complications. JOSEBA LLORENTE (28 ans), l'attaquant de Villarreal, est sur la touche pour un mois en raison d'une déchirure à la jambe droite. Il a donc raté les retrouvailles avec son ancien club, Valladolid, qui s'est imposé 0-3 au Madrigal. RUBENDELARED (23 ans), le milieu de terrain du Real Madrid qui s'était effondré sur la pelouse d'Irun en Coupe du Roi, voici 15 jours, n'a toujours pas rejoué et continue à subir des tests. On craint des problèmes cardiaques, et comme le décès de JoséAntonioPuerta la saison dernière est encore dans toutes les mémoires, on ne veut évidemment prendre aucun risque. L'ATLETICO MADRID, qui avait été sanctionné d'un match à huis clos par l'UEFA suite aux incidents contre Marseille, n'a obtenu gain de cause devant le TAS et devra donc affronter le PSV Eindhoven dans un stade vide. TOMDEMUL (22 ans) a eu la désagréable surprise de voir sa maison cambriolée, au même titre que plusieurs de ses coéquipiers dont Romaric. LE REAL MADRID cherche un attaquant pour compenser la longue indisponibilité de RuudvanNistelrooy, et parmi tous les noms cités, on relève prioritairement celui d' HernanCrespo. Si l'on en croit le quotidien Marca, CarlosTevez aurait déjà dit oui pour 2009. DANIEL DEVOS