G uido Brepoels : " Un garçon fantastique, ce François Sterchele. Durant l'année qu'il a passée sous ma direction à Louvain, il m'a fait une excellente impression, et pas seulement sur le terrain. Sportivement, il a joué un rôle-clef, puisque c'est grâce à lui que nous avons été promus en D2. Il a marqué huit buts dans les cinq matches du tour final. En championnat, il avait inscrit 21 goals. Oud-Heverlee Louvain n'a pareil buteur que tous les dix ans.
...

G uido Brepoels : " Un garçon fantastique, ce François Sterchele. Durant l'année qu'il a passée sous ma direction à Louvain, il m'a fait une excellente impression, et pas seulement sur le terrain. Sportivement, il a joué un rôle-clef, puisque c'est grâce à lui que nous avons été promus en D2. Il a marqué huit buts dans les cinq matches du tour final. En championnat, il avait inscrit 21 goals. Oud-Heverlee Louvain n'a pareil buteur que tous les dix ans. Il est surtout doué pour les situations homme contre homme et la contre-attaque. Sterchele n'est jamais plus dangereux que quand on ne le voit pas de tout le match : brusquement, il frappe. On ne peut plus l'arrêter quand il se défait d'un duel devant le but et tire. Il reste très calme quand il apparaît seul devant le but aussi. Alors que beaucoup d'attaquants se précipiteraient, il attend que le gardien bouge ou se couche. François est donc idéal pour une équipe qui pratique le contre. Je ne veux pas dire que Charleroi en est une mais il a fait un bon choix en signant là et vice-versa. François a en plus un brillant jeu de position dans le rectangle. Il récupère beaucoup de ballons. En revanche, il passe moins bien de l'attaque à la défense. De la ligne de touche, je devais souvent lui crier : -Çois ! Défendre ! C'est un pur avant et il ne pense qu'à marquer. Son jeu de tête gagnerait à être bonifié mais je pense qu'il s'y exerce à Charleroi. Il aime répéter à l'entraînement des gestes vus à la télévision. Chez nous, il effectuait les trucs de Ronaldinho et je dois avouer qu'il réussissait plutôt bien. En dehors du terrain aussi, François est un chouette gars. Il se plaint rarement. La saison passée, il a été blessé deux semaines mais il n'a pas voulu se reposer. Autre exemple de sa mentalité : il a marqué 17 buts au premier tour mais de janvier à mars, il n'a plus trouvé le chemin du but. Il n'a jamais râlé sur ses coéquipiers mais il a cherché l'origine du problème en lui. Quand il rate une occasion, il s'en veut et il peste contre lui-même. Je suppose que son sang italien remonte à la surface, dans ces moments-là ! Il ne dédaigne pas un peu de show dans le vestiaire. Quand on raconte des blagues, il n'est jamais très loin. Pour son anniversaire, nous lui avions fait une surprise : nous avions fait venir une strip-teaseuse dans le vestiaire. C'est le genre de trucs qui fait rire François. Son jeu est imprégné de cette joie de vivre. Il savoure ses matches. Il a une amie depuis l'année dernière. J'ai l'impression qu'elle le tient un peu et qu'il se soigne comme un vrai professionnel. Je m'attendais à ce qu'il reste un an de plus à Louvain mais il a éveillé l'intérêt de clubs de D1 dès la trêve, grâce à ses 17 buts. Je ne suis pas surpris qu'il ait trouvé ses marques à Charleroi aussi vite. Ce garçon s'intègre aisément partout. Quand il est arrivé chez nous, seul Wallon dans une formation flamande, il a suivi de sa propre initiative des cours de néerlandais. Nous avons disputé un match contre Charleroi pendant la préparation. Déjà, Jacky Mathijssen ne tarissait pas d'éloges à son égard. Il n'était qu'un deuxième choix en attaque mais la blessure d' Izzet Akgül a accéléré son intégration en D1. Auparavant, il avait déjà allègrement franchi le cap de la Promotion à la D3. J'étais donc optimiste à son égard. J'espère cependant qu'il ne connaîtra pas de contrecoup. Chez nous comme à La Calamine avant, il signait toujours un brillant premier tour mais le second était de moins bonne facture ". MATTHIAS STOCKMANS" STERCHELE N'EST JAMAIS AUSSI DANGEREUX QUE QUAND ON NE LE VOIT PAS "