L'Union Belge a donc décidé logiquement, le premier week-end de mars, de remettre en bloc toutes les rencontres devant se dérouler le vendredi, le samedi et le dimanche. Tous les comités provinciaux ont suivi l'exemple excepté celui du Brabant, qui laissa l'arbitre décider au terrain des quelques matches d'alignement des équipes seniors prévus au programme. Ici et là, quelques rencontres purent se dérouler alors que la pelouse d'Anderlecht avait été jugée impraticable.
...

L'Union Belge a donc décidé logiquement, le premier week-end de mars, de remettre en bloc toutes les rencontres devant se dérouler le vendredi, le samedi et le dimanche. Tous les comités provinciaux ont suivi l'exemple excepté celui du Brabant, qui laissa l'arbitre décider au terrain des quelques matches d'alignement des équipes seniors prévus au programme. Ici et là, quelques rencontres purent se dérouler alors que la pelouse d'Anderlecht avait été jugée impraticable. Pourquoi ne pas remettre tous les matches provinciaux lorsque la Fédération décrète une remise générale au niveau national ? Celle-ci décide de postposer le derby wallon Standard-La Louvière au lundi 7 mars, comme si les conditions climatiques allaient s'améliorer en si peu de temps dans la province la plus touchée par la neige (le Luxembourg et Namur n'ont pas... encore d'équipe de D1). D'où, nouvelle remise, alors que toutes les autres rencontres ont lieu mardi et mercredi, en concurrence avec la Ligue des Champions. Comprenne qui pourra alors que l'Union Belge refuse à la province de Luxembourg de faire disputer une journée complète le samedi 26 mars à 15 heures sous prétexte que notre équipe nationale se produit le soir au stade Roi Baudouin ! Cette remise générale m'aura permis de goûter au sport français grâce à la télévision et force est de reconnaître que le légendaire chauvinisme des journalistes d'outre-Quiévrain n'a pas pris une ride. Entre Téléfoot, les Championnats d'Europe d'athlétisme en salle et la Coupe Davis France-Suède, les cocoricos ne manquent pas ! L'émission de football du dimanche matin met chaque semaine en valeur les performances des joueurs français à l'étranger, invite sur le plateau une personnalité généralement proche de l'équipe nationale, se remémore les exploits français du passé (cette fois l'élimination du grand Milan AC par Bordeaux en 1996). Le tennis, où Paul-Henri Mathieu était constamment déclaré par les commentateurs comme trop fort pour son adversaire suédois (merci pour celui-ci), atteignait le paroxysme du chauvinisme. Ceci jusqu'au gain du troisième set remporté par le protégé de Mats Wilander où les propos devinrent directement beaucoup plus humbles. Les Championnats d'Europe en salle n'étaient eux non plus pas en reste quant au comportement très bleu-blanc-rouge des journalistes. La victoire de Ladji Doucouré sur 60 mètres haies le plaçait déjà comme le futur roi du 110 mondial. L'enthousiasme généré par la victoire du relais 4x400 mètres alors que les Allemands et les Espagnols, qui étaient en lutte pour la médaille d'or, s'étaient télescopés au moment du dernier passage de témoin, aurait pu être un peu plus réservé. Je me réjouissais déjà d'assister à la finale du 60 mètres dames pour voir KimGevaert en action mais vu que la " reine " Christine Arron avait été éliminée en séries, on n'en a même pas parlé ! Ceci dit, peut-être devrions-nous prendre exemple de temps en temps sur les Français lorsque des sportifs belges réalisent des exploits plutôt que d'essayer de les opposer par communautarisme stupide ! Sans tomber dans la démesure, bien entendu. Étienne Delangre" Lorsque des Belges réalisent des exploits, imitons les Français plutôt que d'essayer de LES OPPOSER PAR COMMUNAUTARISME STUPIDE "