Par un curieux hasard, c'est au moment même où une main heureuse les désignait comme adversaires lors des prochains seizièmes de finale de la Coupe de Belgique que des représentants d'Anderlecht et du FC Brussels se trouvaient au siège du gouvernement bruxellois, mercredi passé. Les deux clubs les plus représentatifs du football de la capitale avaient uni leurs forces en la circonstance afin d'obtenir de concert un soutien financier pour leurs écoles de jeunes...

Par un curieux hasard, c'est au moment même où une main heureuse les désignait comme adversaires lors des prochains seizièmes de finale de la Coupe de Belgique que des représentants d'Anderlecht et du FC Brussels se trouvaient au siège du gouvernement bruxellois, mercredi passé. Les deux clubs les plus représentatifs du football de la capitale avaient uni leurs forces en la circonstance afin d'obtenir de concert un soutien financier pour leurs écoles de jeunes respectives. Les trois ministres régionaux assis à la table des négociations Daniel Ducarme (ministre-président, MR), Guy Vanhengel (ministre du Budget, VLD) et Didier Gosuin (ministre de l'Environnement, MR) se sont montrés favorables à une intervention de la Région via l'enveloppe des subsides aux infrastructures communales. Celle-ci s'élève à 2,3 millions d'euros annuels pour les 19 communes. Soit la moitié de la somme souhaitée à la fois par le RSCA pour ériger un centre de formation flambant neuf à Neerpede, et au Brussels pour la construction d'un projet similaire et celle d'antennes régionales implantées aux quatre coins de la capitale (Woluwé-St-Lambert, Schaerbeek, Neder-over-Heembeek, etc...) Un agenda des travaux et un découpage budgétaire répartis sur plusieurs années devraient permettre un premier volet de financement, de part et d'autre, dès 2004, pour peu, bien sûr, que chacun épouse les mêmes vues au sein du gouvernement bruxellois. Sondés à ce propos en fin de semaine dernière, les groupes parlementaires PS, Ecolo et CDH émettent toutefois des réserves à ce sujet, arguant que le financement d'infrastructures sportives publiques est nettement plus indiqué qu'un soutien financier à des clubs professionnels. Jusqu'à présent, la Région bruxelloise avait toujours £uvré dans ce sens, puisqu'en l'espace de 12 ans, quelque 25 millions d'euros avaient été investis par elle dans la construction ou la modernisation de telles infrastructures (piscines, salles de sports, terrains synthétiques, pistes d'athlétisme). Changera-t-elle son fusil d'épaule cette fois en privilégiant deux demandes ? A Anderlecht, l'optimisme est de mise en tout cas. Car comme le dit Michel Verschueren : " Jamais le projet de réaménagement du site de Neerpede n'a été en aussi bonne voie de concrétisation qu'aujourd'hui ". (B. Govers) Bruno Govers